Haleiwa, Hawaii - 19 décembre 2019 : l'Hawaïenne John John Florence lors du Billabong Pipe Masters.
Haleiwa, Hawaii - 19 décembre 2019 : l'Hawaïenne John John Florence lors du Billabong Pipe Masters.

Les meilleurs surfeurs du monde célébreront les débuts olympiques de leur sport en concourant sur la spectaculaire côte Pacifique du Japon.

Une Minute, Un Sport : le surfing de Tokyo 2020 en images

Nous vous montrons les règles et les spécificités du surfing en une minute. Que vous soyez familier avec le surfing ou que vous souhaitiez en savoir plus, « Une minute, Un sport » vous explique ce sport et comment il fonctionne.

Une Minute, Un Sport | Surf
01:23

Présentation 

Le surf est l'un des cinq sports supplémentaires proposés par le Comité d'organisation de Tokyo 2020 afin d'intégrer des épreuves et des activités plus jeunes et plus dynamiques dans le programme olympique. En 2016, son inclusion a été approuvée par le Comité International Olympique. 

La compétition se déroulera en plein océan, où l'état des vagues, la direction et la force du vent ainsi que la hauteur des marées seront des facteurs déterminants. Il n'y a pas deux vagues qui se ressemblent, ce qui fait du surf une compétition où les athlètes s'affrontent tout en cherchant à maîtriser les conditions naturelles changeantes. 

On dit que l'art de surfer sur des vagues avec une planche remonterait aux anciens Polynésiens d'Hawaï et de Tahiti. Le surf a été popularisé par Duke Kahanamoku, un Hawaïen, qui a remporté trois médailles d'or en natation aux Jeux de Stockholm en 1912 et à ceux d'Anvers en 1920 alors qu'il concourait pour les États-Unis. Kahanamoku est considéré comme « le père du surf moderne ». Il a semé les germes de l'inclusion olympique future du surf en exprimant son rêve de voir ce sport devenir un sport olympique alors qu'il recevait sa médaille sur le podium des Jeux de 1912. 

Le surf en tant que sport est généralement catégoriser en fonction de la taille et du type de planche utilisée. Le longboard mesure environ neuf pieds (2,7 mètres) de long et est plus flottant que le shortboard, qui est apparu vers 1970 et mesure environ six pieds (1,8 m) de long. Le shortboard a un bout pointu qui facilite les virages, elle est plus rapide à manœuvrer et a tendance à être réceptive aux techniques plus dynamiques. Les shortboards seront utilisés aux Jeux de Tokyo 2020, où 20 hommes et 20 femmes participeront à des compétitions séparées.

Programme

  • Shortboard (Hommes/Femmes)

L'essence du sport

Recherche de vitesse, de puissance et de style

En compétition olympique, le format évoluera des tours préliminaires aux tours principaux, pour arriver à des matchs pour la médaille d'or et la médaille de bronze. Les tours préliminaires se composeront de séries de quatre et cinq participants, et les tours principaux auront des séries de deux participants où le vainqueur avancera au tour suivant, le perdant étant éliminé.

La durée d'une série est normalement de 30 minutes et est décidée par le directeur technique en fonction des conditions de la journée. Durant cette période, chaque athlète aura droit à un maximum de 25 vagues, et ses deux vagues les mieux notées seront prises en compte dans le total de la série, ce qui donnera son résultat de la série.

Dans l'océan, il n'y a jamais deux vagues identiques. Chaque vague se brise différemment et offre un potentiel de pointage différent. Un jury de cinq juges notera chaque épreuve sur la base des « critères d'évaluation ». Les critères reflètent la définition d'un bon surf et sont basés sur les éléments clés que sont l'engagement et le degré de difficulté, les manœuvres innovantes, les combinaisons de manœuvres majeures, la variété des manœuvres, la vitesse, la puissance et la fluidité. Au lieu de faire le maximum de vagues ou d'effectuer un grand nombre de manœuvres, les athlètes auront tendance à être très sélectifs. Ceci afin de choisir les vagues offrant les sections les plus importantes, permettant d'effectuer les plus belles manœuvres.

Les manœuvres n'ont pas de scores imposés et l'accumulation de points dépend de l'application globale des critères à chaque vague. On trouve différentes manœuvres, soit de powersurfing dont des variations des cutbacks, des off the lips, des floaters, soit de progressive surfing comme les variations

L'essence du sport

Recherche de vitesse, de puissance et de fluidité 

En compétition olympique, le format évoluera des tours préliminaires aux tours principaux, pour arriver à des matchs pour la médaille d'or et la médaille de bronze. Les tours préliminaires se composeront de séries de quatre et cinq participants, et les tours principaux auront des séries de deux participants où le vainqueur avancera au tour suivant, le perdant étant éliminé. 

La durée d'une série est normalement de 30 minutes et est décidée par le directeur technique en fonction des conditions de la journée. Durant cette période, chaque athlète aura droit à un maximum de 25 vagues, et ses deux vagues les mieux notées seront prises en compte dans le total de la série, ce qui donnera son résultat de la série. 

Dans l'océan, il n'y a jamais deux vagues identiques. Chaque vague se brise différemment et offre un potentiel de pointage différent. Un jury de cinq juges notera chaque épreuve sur la base des « critères d'évaluation ». Les critères reflètent la définition d'un bon surf et sont basés sur les éléments clés que sont l'engagement et le degré de difficulté, les manœuvres innovantes, les combinaisons de manœuvres majeures, la variété des manœuvres, la vitesse, la puissance et la fluidité. Au lieu de faire le maximum de vagues ou d'effectuer un grand nombre de manœuvres, les athlètes auront tendance à être très sélectifs. Ceci afin de choisir les vagues offrant les sections les plus importantes, permettant d'effectuer les plus belles manœuvres. 

Les manœuvres n'ont pas de scores imposés et l'accumulation de points dépend de l'application globale des critères à chaque vague. On trouve différentes manœuvres, soit de powersurfing dont des variations des cutbacks, des off the lips, des floaters, soit de progressive surfing comme les variations d'aerials, de slides et de reverses. La manœuvre ultime pour les surfeurs est souvent le barrel où un surfeur disparaît et surfe le creux de la vague. Mais cette figure est également notée sur de nombreux critères techniques, particulièrement sévère sur la qualité. 

Quand une vague est sur le point de s'écraser, un « pic » se forme en son sommet. Les athlètes se positionneront souvent sur le « pic » pour entrer dans la vague de leur choix. Lorsque plusieurs athlètes veulent la même vague, « la priorité de passage » pour chaque vague est déterminée par l'athlète qui est le plus près du « pic » de la vague ou par l'athlète ayant la priorité la plus élevée.

Chiba, JAPON- 18 juillet , 2019 : Test Event de surf sur la plage de Tsurigasaki.
Chiba, JAPON- 18 juillet , 2019 : Test Event de surf sur la plage de Tsurigasaki.
Tokyo 2020 / Shugo TAKEMI

En attendant Tokyo 2020...

Régner sur les vagues de Tokyo 2020

Comme il s'agira de la première épreuve olympique de surf, tous les pays qui se sont qualifiés ont hâte d'y laisser leur empreinte. Les États-Unis ont une longue histoire remontant aux racines du sport lui-même. L'Australie est également réputée pour ses surfeurs et sa domination de la compétition d'élite pendant des décennies. Plus récemment, le Brésil a commencé à ouvrir la voie à l'Amérique latine avec son indiscutable « Brazilian Storm » (« tempête brésilienne »), instaurant une nouvelle mainmise dans ce sport et développant le surf dans ce pays au point qu'il est devenu le deuxième sport le plus populaire après le football. 

Depuis des années, les athlètes de ces pays sont des concurrents de premier plan dans le championnat masculin de la World Surf League (WSL). Parmi eux figurent des champions du monde tels que les Américains John John Florence et Kelly Slater, les Australiens Mick Fanning et Joel Parkinson et les Brésiliens Gabriel Medina et Adriano De Souza. Parmi les autres surfeurs qui ont réalisé des performances exceptionnelles sur le Tour, citons l'Américain Kolohe Andino, le Brésilien Italo Ferriera, le Sud-africain Jordy Smith et le Japonais Kanoa Igarashi. 

Du côté féminin, l'histoire du surf a été dominée par l'Australie et les États-Unis au cours des dernières décennies. Les championnes du monde comprennent les Australiennes Stephanie Gilmore et Tyler Wright, et l'Américaine Carissa Moore. Parmi les autres femmes qui se sont distinguées récemment, citons l'Australienne Sally Fitzgibbons, les Américaines Lakey Peterson et Caroline Marks et les Brésiliennes Tatiana Weston-Webb et Silvana Lima. 

Qui sera couronné premier champion olympique de surf sur la plage de Tsurigasaki ?

Le saviez-vous ?