Natation en eau libre

Photo by Clive Rose/Getty Images
Photo by Clive Rose/Getty Images

La plus longue course de natation. Un test d'endurance pouvant durer jusqu'à deux heures.

Une Minute, Un Sport : la natation en eau libre en images

Nous vous montrons les règles et les spécificités de la natation en eau libre en une minute. Que vous soyez familier avec la natation en eau libre ou que vous souhaitiez en savoir plus, « Une minute, Un sport » vous explique ce sport et comment il fonctionne.

Une Minute, Un Sport | Nage en Eau Libre
01:18

Présentation

Se déroulant dans des milieux d'eau libre (mer, rivières et lacs), tout en privilégiant la sécurité, l'épreuve de natation en eau libre de 10 km pour les hommes et les femmes est connue sous le nom de natation en eau libre. Cette épreuve est relativement nouvelle dans le programme olympique, puisqu'elle a fait ses débuts en tant qu'épreuve olympique officielle aux Jeux de Beijing en 2008.

Habituellement organisé sur un parcours circulaire, les nageurs sont ravitaillés en eau potable à intervalles réguliers, car leur endurance est mise à l'épreuve pendant près de deux heures.

Bien sûr, les records sont importants, mais comme les courses sont souvent déterminées par la météo et les conditions d'eau libre, la planification d'une stratégie est d'une importance vitale. Les nageurs qui sont capables de maîtriser au mieux les vagues, les marées et les courants sont souvent ceux qui obtiennent les meilleurs résultats.

Une condition physique optimale est une évidence, mais de nombreux nageurs, expérimentés, sont capables de réagir habilement aux conditions existantes et de planifier des stratégies optimales. Regarder les concurrents nager au coude à coude et se dépasser est un grand spectacle !

Programme

  • Natation en eau libre de 10 km (Hommes/Femmes)

L'essence du sport

Prendre la tête et être à son tour dépassé - cette course vers la ligne d'arrivée est un spectacle à ne pas manquer !

La natation en eau libre, ou natation de marathon, est le premier et le plus ancien « environnement » de la nage, lorsque les piscines n'existaient pas. Ainsi, lors des trois premières éditions des Jeux Olympiques (Athènes en 1896, Paris en 1900 et St-Louis en 1904), les épreuves de natation se sont déroulées dans des « milieux naturels ». Ce n'est qu'en 1991, lors des Championnats du monde de sports aquatiques tenus à Perth, en Australie, que la natation de marathon est devenue une épreuve officielle. À l'époque, les épreuves masculines et féminines se déroulaient sur 25 km et duraient plus de cinq heures. La première fois que l'épreuve a eu lieu sur 10 km, c'était aux 9e Championnats du monde de natation de la FINA à Fukuoka, au Japon, en 2001, et c'est sur cette distance que la natation de marathon est devenue une épreuve olympique officielle.

L'épreuve a été inscrite pour la première fois au programme olympique lors des Jeux de la XXIXe Olympiade à Beijing en 2008. Le nageur néerlandais Maarten van der Weijden a remporté la première médaille d'or de l'épreuve masculine ; il avait aussi remporté sa lutte contre la leucémie. Larisa Ilchenko, une nageuse russe de longue distance qui a longtemps dominé les championnats du monde de natation, a remporté l'épreuve féminine. En fin de course, Ilchenko a dépassé sa rivale la plus proche, pour franchir la ligne avec quelques secondes d'avance seulement et remporter la médaille d'or pour la Russie.

L'un des aspects les plus intéressants cette course d'endurance de 10 km est la marque des 7 km, qui marque la “ligne droite finale”. Parmi les facteurs qui distinguent le médaillé des autres nageurs, sa capacité de gérer son effort final, sans trop dépenser d'énergie, est cruciale.

Un autre aspect important est la façon dont les concurrents réagissent aux conditions du parcours et à l'évolution du tempo de la course, où ils se positionnent pendant les changements de tempo, et comment ils sont capables de maintenir une trajectoire efficace. Le maintien d'un parcours efficace dépend en grande partie des conditions du cours.

En mer, les marées et les courants peuvent changer rapidement, et il est impératif d'en tenir compte dans la planification. Les concurrents expérimentés sont capables d'utiliser à leur avantage les changements de marées et de courants. Les vainqueurs des courses sont souvent ceux qui renoncent aux trajectoires les plus courtes, choisissent leur propre position et s'éloignent à la nage du peloton principal des nageurs.

Ces dernières années, le nombre de courses remportées par les plus faibles marges a augmenté. La force physique, la force mentale, la capacité de lire avec précision les conditions du parcours, de trouver les solutions optimales au moment important, et de rester inébranlable face à une course qui s'étend sur une distance de 10 km sont des atouts cruciaux. Des athlètes capables d'allier détermination, technique et force et de concourir pour l'honneur d'être les meilleurs au monde - c'est l'essence même de la natation de marathon.

Photo by Quinn Rooney/Getty Images
Photo by Quinn Rooney/Getty Images
2016 Getty Images

En attendant Tokyo 2020...

Des courses très disputées qui ne donnent pas l'impression d'être disputées sur 10 km. Une course d'endurance qui s'apparente de plus en plus à une épreuve de sprint

Lorsque la natation en eau libre a été présentée pour la première fois comme une épreuve olympique aux Jeux de Beijing en 2008, la majorité des concurrents étaient des nageurs qui se consacraient uniquement à ce sport. Cependant, au fur et à mesure que la discipline a commencé à s'imposer, le paysage concurrentiel a commencé à changer. Des nageurs d'autres épreuves de longue distance ont peu à peu commencé à participer aux compétitions.

Le nageur tunisien Oussama Mellouli, médaillé d'or de natation en eau libre masculine aux Jeux de 2012 à Londres, en est un bel exemple. Mellouli avait remporté la médaille d'or dans l'épreuve masculine du 1 500 m nage libre aux Jeux de Beijing en 2008 et une médaille de bronze dans la même épreuve aux Jeux de Londres en 2012.

Son succès en natation en eau libre l'a vu devenir le premier homme à gagner des médailles olympiques à la fois en piscine et en eau libre. La raison de ce double succès réside peut-être dans le fait que le parcours du marathon de natation des Jeux de 2012 à Londres était le lac Serpentine aux eaux calmes dans Hyde Park. Dès lors, les nageurs dont la spécialité était la vitesse plutôt que l'endurance avaient peut-être un avantage du fait de ces conditions. Soit dit en passant, les épreuves de natation en eau libre des Jeux de Beijing et de Londres se sont déroulées sur des lacs situés dans des parcs publics.

Depuis les Jeux de 2012 à Londres, une augmentation remarquable de la vitesse à laquelle les épreuves du marathon de natation se sont déroulées a été notée. En plus de la stratégie et de l'expérience, l'accent a été mis sur la vitesse. La majorité des nageurs qui participent actuellement aux épreuves de marathon de natation participent également à d'autres épreuves de longue distance aux Jeux olympiques et dans d'autres grandes compétitions internationales.

C'est peut-être la raison pour laquelle tant de courses de longue distance ces dernières années - même une course aussi longue et épuisante que le 10 km - sont remportées avec des marges de quelques secondes seulement. L'épreuve du 10 km masculin aux Jeux de Rio en 2016 en est un bon exemple.

Pour la première fois depuis que l'épreuve était devenue régulière au programme olympique, il se tenait en mer. Quelque 13 nageurs ont participé ensemble aux 100 derniers mètres ; le nageur grec Spyridon Gianniotis et le Néerlandais Ferry Weertman se sont détachés du peloton et sont arrivés exactement dans le même temps. Finalement, ils ont dû être départagés par une photo-finish. La photo montre Gianniotis devant d'une tête, mais Weertman a touché la ligne d'arrivée en premier et donc remporté l’or. Pour les spectateurs, ce fut un final époustouflant avec un résultat décidé au tout dernier mouvement.

Même si la course s'est déroulée en eau libre, pour la première fois la vitesse a joué un rôle aussi crucial. Les nageurs européens se sont améliorés ces dernières années et vont certainement jouer un rôle important dans la natation en eau libre. Alors, la vitesse devenant un facteur si important, à quel genre de course pouvons-nous attendre aux Jeux de Tokyo en 2020 ? Une chose est sûre : vous ne pourrez pas quitter des yeux, ne serait-ce qu'une seconde, cette course de deux heures !

Le saviez-vous ?

Données non disponibles