RIO DE JANEIRO, BRÉSIL - 11 AOÛT : Sun Yiwen, de Chine, affronte Irina Embrich, d'Estonie, lors d'un combat de demi-finale d'Épée par équipes féminine, le 11 août 2016 à la Carioca Arena 3, lors de la 6e journée des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, au Brésil.  (Photo par Laurence Griffiths/Getty Images)
RIO DE JANEIRO, BRÉSIL - 11 AOÛT : Sun Yiwen, de Chine, affronte Irina Embrich, d'Estonie, lors d'un combat de demi-finale d'Épée par équipes féminine, le 11 août 2016 à la Carioca Arena 3, lors de la 6e journée des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, au Brésil. (Photo par Laurence Griffiths/Getty Images)

L'objectif de l'escrime est de toucher son adversaire tout en évitant d'être atteint soi-même. La vitesse d’exécution est l’atout majeur en escrime.

Animation « Une Minute, Un Sport » de la compétition de Tokyo 2020 

Nous vous montrerons les règles et les points saillants de l'escrime en une minute. Que vous soyez familier avec l'escrime ou que vous souhaitiez en savoir plus, « Une minute, Un sport » vous explique ce sport et comment il fonctionne. Regardez la vidéo ci-dessous.

Une Minute, Un Sport | Escrime
01:23

Présentation 

Deux concurrents, chacun tenant une arme dans une main, se font face pour toucher leur adversaire sur une zone cible (surface) valable du corps. Il y a trois épreuves différentes : le fleuret, l'épée et le sabre. Les armes, la zone cible et les règles de priorité diffèrent d'une épreuve à l'autre. Le sol en plaques conductrices est connu sous le nom de « piste » et il constitue la surface de compétition de l'escrime. 

L'escrime est présente aux Jeux Olympiques modernes depuis 1896, connus sous le nom de Jeux de la première Olympiade, avec, au départ, le fleuret et le sabre individuels masculins. Le fleuret individuel féminin a été ajouté aux Jeux de Paris en 1924, l'épée individuelle féminine a été ajoutée aux Jeux d'Atlanta en 1996 et le sabre individuel féminin aux Jeux d'Athènes en 2004. Aux Jeux de Tokyo, en 2020, les 12 épreuves (fleuret/épée/sabre, femmes/hommes, individuel/par équipes) auront officiellement lieu. 

Épreuves ; 

  • Fleuret individuel (Hommes/Femmes) 
  • Épée individuelle (Hommes/Femmes) 
  • Sabre individuel (Hommes/Femmes) 
  • Fleuret par équipes (Hommes/Femmes) 
  • Épée par équipes (Hommes/Femmes) 
  • Sabre par équipes (Hommes/Femmes) 

Les épreuves individuelles au fleuret et à l'épée se disputent sur trois périodes de trois minutes (ou jusqu'à ce que le temps soit écoulé), le vainqueur étant soit le premier à atteindre 15 points, soit celui qui a le plus de points à la fin des trois périodes. En cas d'égalité, le match se poursuit en prolongation avec mort subite. Au sabre, deux périodes ont lieu avec une pause lorsque le premier tireur atteint huit points. 

Les tournois par équipe impliquent trois tireurs (plus un remplaçant) qui participent à un tournoi sous forme de « relais à l'italienne », chaque tireur d'une équipe rencontre chacun des trois autres de l'équipe adverse une fois. Cela signifie qu'un total de neuf assauts de trois minutes ont lieu (chacun jusqu'à un maximum de cinq points), avec une équipe déclarée vainqueur après avoir marqué un total de 45 points ou ayant obtenu le score le plus élevé après les neuf assauts.

L'essence du sport

Des affrontements tactiques, des combats qui évoluent rapidement et le formidable maniement des armes 

L'attrait de l'escrime réside dans l'affrontement tactique de deux athlètes avec des mouvements précis et des duels qui évoluent rapidement. Le formidable maniement des armes par des athlètes à courte distance est l'un des moments forts de n'importe quel match. Les combats énergiques d'escrimeurs concentrés, dans une atmosphère sombre, remplissent la salle d'actions intenses et de puissance athlétique. 

L'une des principales différences entre le fleuret, l'épée et le sabre est la zone (surface) cible. La surface valable pour le fleuret est le torse y compris le dos, pour l'épée c'est le corps entier, et pour le sabre, il s'agit du torse ainsi que de la tête et des bras. On utilise des appareils électriques pour le pointage. Lorsque des surfaces valables sont touchées, des lampes vertes et/ou rouges s'allument, se référant au tireur qui se trouve sur le côté droit ou gauche de la piste. Au fleuret, si une touche est « hors surface » (pas sur la surface valable du torse), un voyant blanc indique que la touche n'est pas valable. 

Pour le fleuret et le sabre, il existe une règle connue sous le nom de « priorité à la touche ». Une des façons de porter un coup avec la priorité est d'allonger le bras, de menacer la surface valable avec la pointe de la lame, et de lancer l'action de fente (mouvement en avant) ou l'attaque. Si l'autre tireur esquive ou fait une parade défensive, il obtient « la validité ou la priorité de la touche » et lance souvent une contre-attaque, ou riposte, immédiate. 

Alors que le fleuret et le sabre ont la règle de priorité, l'épée n'a pas cette règle et attire plutôt les spectateurs avec son élégante simplicité. Un point est accordé à tout moment lorsque la pointe de la lame touche l'adversaire. Si les deux tireurs touchent en même temps, ils se voient attribuer des points. Puisque tout le corps est une surface valable, les matchs présentent une variété d'actions comme les escrimeurs ciblent des parties inattendues du corps de leur adversaire, et ce, jusqu'aux orteils. 

De plus, au sabre, alors que les coups se font en « enfonçant » la lame au fleuret et à l'épée, les coups portés avec le tranchant (bien que les lames ne soient pas techniquement tranchantes), le plat ou le dos de la lame sont considérés comme valables. L'attrait du sabre tient dans ces actions portées avec la tranche, alors que le fleuret et l'épée privilégient les mouvements ciblés et précis. 

Certains athlètes de grande taille gagnent grâce à l'allonge, tandis que d'autres utilisent la vitesse et le chronométrage comme avantage technique. Certains escrimeurs gagnent avec un style d'escrime traditionnel et d'autres utilisent un style d'escrime novateur.

En attendant Tokyo 2020...

Traditions et innovations

L'escrime au XXIe siècle est moderne et universelle, avec ses racines historiques profondes en tant qu'épreuve olympique originale. Tout en conservant les traditions historiques de l'art de l'escrime, la terminologie européenne (le plus souvent française) et l'honneur entre tireurs, les escrimeurs d'aujourd'hui viennent du monde entier et s'affrontent dans un spectacle éblouissant qui allie technologies futuristes, présentation et d'organisation modernes.

L'escrime mondiale est vraiment mondiale. L'escrime a vu le jour et s'est développée en Europe, mais aujourd'hui, l'Europe, l'Asie/Océanie, les Amériques et l'Afrique sont très compétitives. Avec 157 fédérations nationales membres de la Fédération internationale d'escrime, les spectateurs sont ravis de voir des vainqueurs et des champions venus de pratiquement tous les coins de la planète. Cette universalité est d'autant plus marquée que les Jeux Olympiques se sont déroulés dans des pays tels que la Chine (Beijing 2008) ou le Brésil (Rio 2016) tout comme les Championnats du Monde des dix dernières années, entraînant l’émergence d’athlètes venant de partout dans le monde, écrivant de nouveaux chapitres dans l'histoire de l'escrime et dans celle du sport.

La présentation de l'escrime est un régal technologique, avec un éclairage futuriste, des systèmes de pointage sans fil, une retransmission vidéo instantanée et la possibilité de regarder le sport en ligne de vraiment partout. Les sites d'escrime sont parmi les arènes sportives les plus high-tech de toutes les épreuves olympiques, offrant aux fans et aux athlètes une expérience unique où le passé et l'avenir se rencontrent dans la quête de l'or olympique.

Tokyo 2020 présentera l'escrime comme une combinaison de traditions, d'innovations et de diversité alors que 12 nouvelles équipes et escrimeurs individuels entreront dans l'histoire olympique. Ils portent leurs armes dans le XXIe siècle, menant le monde du sport avec un héritage historique « à la pointe » et un avenir spectaculaire.

Le saviez-vous ?