ZHU Zhenzhen rêve de développer le tennis en fauteuil roulant en Chine

La Chinoise Zhu Zhenzhen lors du quart de finale du tennis féminin en fauteuil roulant contre la Néerlandaise Aniek van Koot à Rio 2016.
La Chinoise Zhu Zhenzhen lors du quart de finale du tennis féminin en fauteuil roulant contre la Néerlandaise Aniek van Koot à Rio 2016.

La star chinoise a des ambitions sur et en dehors des courts de tennis

ZHU Zhenzhen a fait la une des journaux au début de l'année en devenant la première joueuse chinoise de tennis en fauteuil roulant à participer à un tournoi Grand Chelem, l'Open d'Australie, où elle a battu la numéro une mondiale Diede de Groot en quart de finale.

« C'était mon meilleur match jusqu'à présent. Je veux faire le match parfait à chaque fois, mais il y a toujours des erreurs qui trainent. Dans ce match, j'ai fait des erreurs mais j'ai su les corriger », a-t-elle déclaré.

La joueuse de 30 ans continue sa progression dans le classement mondial.

Zhu s'est fait un nom en 2017, lorsqu'elle a mené l'équipe chinoise qui a marqué l'histoire en battant l'équipe des Pays-Bas en finale de la Coupe du monde par équipe.

« J'avais la très forte conviction que je pouvais y arriver, nous nous sommes préparés pour ce match pendant longtemps. Nous voulions réaliser l'exploit, car elles ont gagné à de nombreuses reprises. Je ne peux pas exprimer ma joie avec des mots », a-t-elle déclaré à l'époque.

En quête de perfection

Qu'il s'agisse de manier son fauteuil, de son revers, de la volée ou de la stratégie de jeu, pour Zhu, il y a toujours des détails à corriger.

Dans la nuit du 28 janvier 2020, elle savait que battre la championne en titre de l'Open d'Australie serait un exploit. Cela ne l'a toutefois pas empêchée de trouver des failles.

Mais lorsqu'elle subit une défaite, elle pousse son analyse plus loin.

« Dans ce cas, je fais une analyse de chaque point et j'essaie de trouver la raison de la défaite afin de pouvoir la rattraper. Je dois juste continuer et continuer jusqu'à ce que je gagne. »

La Chinoise Zhu Zhenzhen lors du quart de finale du tennis féminin en fauteuil roulant contre la Néerlandaise Aniek van Koot aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
La Chinoise Zhu Zhenzhen lors du quart de finale du tennis féminin en fauteuil roulant contre la Néerlandaise Aniek van Koot aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
Photo de Lucas Uebel/Getty Images

Devenir l'une des meilleures

C'est l'année dernière que Zhu a finalement confirmé sa place parmi les meilleurs joueuses du monde en remportant 11 titres et en entrant dans le top 10.

« Ce fut une année chargée et réussie dans les compétitions internationales. J'ai été classée cinquième mondiale et j'ai surmonté toutes les épreuves », a-t-elle déclaré.

Mais il y a aussi eu quelques désillusions.

« C'est dommage de ne pas avoir remporté le titre en simple aux Jeux nationaux paralympiques. » (Tianjin 2019)

Montrer l'exemple

« L'Open d'Australie a marqué un avant et un après, et je veux continuer à participer à ces compétitions et obtenir de meilleurs résultats », a déclaré Zhu.

Grâce à ses résultats, elle reconnaît que « les athlètes chinois seront probablement plus nombreux à participer aux quatre grandes compétitions à l'avenir ».

Mais elle veut aider davantage.

« Avec mes efforts, je veux organiser des compétitions de tennis en fauteuil roulant en Chine. »

« Je travaille à la promotion du tennis en fauteuil roulant. J'espère que davantage de personnes handicapées en Chine pourront pratiquer ce sport, même si nous n'en sommes qu'au stade de la planification et que la mise en œuvre est difficile. »

« J'adore être une athlète et avoir la responsabilité de rendre possible la pratique de ce sport pour tout le monde. J'aime incarner cet esprit des Jeux Paralympiques, cette vision, l'amitié et la solidarité et le fair-play. Et pouvoir transmettre ces valeurs dans ma vie de tous les jours. »

Par Paralympic.org