Youngjin Roh veut l'or pour sa mère souffrante

« Je suis l'œuvre de ma mère, elle a consacré toute sa vie pour moi ».

Le Sud-Coréen Youngjin Roh ne laisse rien au hasard dans sa quête de l'or pour ses débuts aux Jeux Paralympiques de Tokyo en 2020. Il veut absolument gagner pour sa mère, qui a été son modèle et qui lutte maintenant contre le cancer.

« Je suis l'œuvre de ma mère, elle a consacré toute sa vie pour moi », a déclaré Roh, qui s'est fait remarquer en remportant deux médailles, dont sa première médaille d'or individuelle en BC1 aux championnats de boccia Asie-Océanie de 2019 à Séoul, en Corée du Sud.

Cet exploit est d'autant plus remarquable que Roh avait fait ses débuts internationaux, il y a tout juste sept mois, au Dubai Boccia World Open en décembre 2018.

« Malgré les médailles et le quota pour les Jeux Paralympiques, j'ai ressenti des émotions mitigées en pensant à ma mère et à ma future carrière sportive », a avoué Roh, dont la mère, Hyang Mi Lee, a été la principale inspiratrice à chaque compétition.

« Ma mère a assisté à mes compétitions depuis que je suis devenu accro à ce sport en 2007 », a révélé Roh, qui se souvient de la lutte qu'il a dû mener lorsqu'il a commencé à participer aux compétitions et de ce qu'il doit à sa mère pour ce qu'il est aujourd'hui.

« Mon fils n'a même pas pu lancer les six balles du match à cause d'une raideur musculaire. C'est pourquoi nous fixons les objectifs étape par étape. Au début, j'ai dit qu'il fallait juste profiter d'un repas avant la compétition. Et puis, pour la compétition suivante, je lui ai dit de finir de lancer toutes les balles », se souvient Lee, qui a passé les dix années suivantes à parcourir son pays pour s'assurer que son fils participe au plus grand nombre de tournois possible.

« Clairement, c'est un fanatique du boccia. Je voulais donc qu'il acquiert autant d'expérience que possible. Et puis, le voir représenter notre pays était spécial », a déclaré Lee.

Credit : Lee Hyang Mi

Cependant, alors que les choses allaient bon train et que Roh avançait à pas de géant, une tragédie est survenue lorsque Lee a été diagnostiqué d'un cancer colorectal de stade IV en février 2018.

Bien que Lee ait affronté la maladie avec courage, elle a reconnu que son attitude initiale était désinvolte.

« Je n'étais pas consciente de la gravité de la maladie jusqu'au jour de mon opération. J'étais très naïve, car je n'avais pas pensé au traitement du cancer. J'avais trop envie d'être avec Youngjin pendant sa formation", a-t-elle déclaré, ajoutant que la réalité lui est apparue lorsque le médecin a affirmé que « nous allions devenir des amis pour la vie ».

« C'était vraiment difficile de dire à Youngjin que nous devions faire une pause dans ce sport car sans personne pour l'aider, il ne pourrait pas participer. Je n'étais pas sûre qu'il serait capable de se débrouiller sans ma présence. Mais il m'a surpris », a déclaré Lee.

Roh, comme un vrai champion, est resté déterminé et a fait appel à l'entraîneur de son club, Jung Hyun Hwang, pour lui prêter main forte. Le partenariat a déjà porté ses fruits et Roh est devenu l'un des grands favoris de Tokyo 2020.

« J'ai toujours voulu participer aux Jeux Paralympiques avec mes garçons, et Roh est devenu le premier à réaliser ce rêve », a déclaré l'entraîneur Hwang.

Extra-motivation

Le numéro 7 mondial sud-coréen, vise l'or en individuel et par équipe à Tokyo.

« En fait, j'ai commencé à me sentir plus confiant après avoir battu le Thaïlandais Witsanu Huadradit [numéro 2 mondial] en demi-finale avant de décrocher l'or aux championnats de boccia Asie-Océanie de 2019 ».

« Aujourd'hui, mon seul objectif est de gagner l'or à Tokyo et de dire à ma mère que je vais bien. Je travaille très dur. Je veux qu'elle ne s'inquiète pas pour moi et qu'elle profite davantage de sa vie ».