Yanina Martínez sur la voie de l'apprentissage

Yanina Andrea Martinez lors de la finale du 100 m T36 du Grand Prix de para-athlétisme de l'épreuve test des Jeux de Rio 2016.
Yanina Andrea Martinez lors de la finale du 100 m T36 du Grand Prix de para-athlétisme de l'épreuve test des Jeux de Rio 2016.

La championne paralympique s'adapte à la nouvelle donne avec l’épidémie de COVID-19.

Le sport a conduit la championne paralympique Yanina Martínez sur la voie de l'apprentissage depuis ses premiers pas dans le para-athlétisme. Dernièrement, l'athlète argentine a dû s'adapter aux nouvelles circonstances dues à l'épidémie de COVID-19 et au confinement qui a suivi.

« Yani n'a pas l'habitude d'être à la maison pendant une longue période car elle est toujours en déplacement pour les entraînements et les compétitions. Durant le confinement, elle a pleuré et nous a dit que la piste et le stade lui manquaient », confie sa mère Claudia Chávez.

Avant de poursuivre : « Nous sommes restés en contact avec son entraîneur Martín Arroyo pendant le confinement. Nous l'appelions avec Tamara, la petite sœur de Yani, pour qu'elle puisse poursuivre sa routine d'entraînement. Nous avons improvisé des poids et d'autres matériels avec ce que nous avions à la maison. »

Malgré les difficultés, Yanina Martínez a abandonné ses craintes pour se plier à la nouvelle réalité.

« Quand ils ont regagné la piste, ma fille a pris son désinfectant pour les mains, son masque et tout ce dont elle avait besoin pour se protéger et protéger les autres. Elle a même nettoyé les starting blocks avant l'entraînement », ajoute sa mère.

Ses débuts en athlétisme

Atteinte d'infirmité motrice d'origine cérébrale, Yanina Martínez est reconnaissante des enseignements et des opportunités que le sport lui a apportés.

Sa mère se souvient : « Elle a commencé à nager parce qu'elle avait un petit corps et avait besoin de devenir plus forte. Elle voulait aussi se faire de nouveaux amis. C'est à ce moment-là qu'est intervenu le professeur Martín Arroyo. »

Depuis 2007, c’est lui qui entraîne la multiple médaillée aux Championnats du monde. « Lorsque j'ai obtenu mon diplôme en éducation physique, Malvina Biglione, une professionnelle expérimentée des sports paralympiques, m'a proposé de travailler avec le groupe d'enfants qui pratiquaient la natation et nous avons formé une équipe d'athlétisme amateure. J'ai alors proposé à Yani de rejoindre le reste du groupe », raconte Martín Arroyo.

Nouveaux enseignements

En 2009, Yanina Martínez reçoit un appel l’invitant à rejoindre l'équipe argentine de para-athlétisme. Sa routine change alors radicalement et elle se retrouve à voyager régulièrement pour participer à des stages d'entraînement et à différentes compétitions à travers le monde. Ceci l’a obligée à gérer son temps.

Sa performance et ses efforts ont rapidement porté leurs fruits. Yanina Martínez a remporté des médailles dans quasiment tous les tournois auxquels elle a participé, y compris les Championnats nationaux, les Championnats du monde et les Jeux para-panaméricains.

Cependant, son succès précoce était une source d’inquiétude pour son entraîneur.

« Yani savait qu'une fois la course terminée, elle recevrait une récompense. Mais elle avait besoin de connaître l'autre versant. C'est pourquoi, en 2014, je lui ai demandé de participer à des épreuves avec des athlètes sans handicap. Une fois l’autorisation accordée, nous avons participé à des compétitions à travers tout le pays », explique Martín Arroyo.

« Elle a couru aux côtés de Victoria Woodward et Vanessa Wohlgemuth, deux des meilleures athlètes d'Argentine, et cela a élevé son niveau. Le fait d’apprendre à perdre a été très important pour changer l’attitude de Yani lors des compétitions. »

Objectif Tokyo 2020

« Elle adore voyager. Le sport a changé sa vie mais à cause de la pandémie, elle a dû passer plus de temps à la maison. Quand elle voit un avion à la télévision, elle dit que ça lui manque », raconte sa mère.

Cette année, Yanina Martínez avait pour objectif de défendre son titre de championne paralympique mais son rêve a été reporté de quelques mois.

« Yani est actuellement deuxième au classement mondial et nous faisons tout pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. Nous voulons revenir sur le podium paralympique à Tokyo », déclare Martín Arroyo.

Par le Comité international paralympique