Tyrone Pillay : l'ancien outsider veut finir sa carrière en beauté à Tokyo 2020

Sao Paulo, BRÉSIL - 24 avril 2014 : Le lanceur de poids sud-africain Tyrone Pillay.
Sao Paulo, BRÉSIL - 24 avril 2014 : Le lanceur de poids sud-africain Tyrone Pillay.

Le lanceur de poids sud-africain est arrivé incognito à Rio pour rafler la médaille de bronze aux Jeux paralympiques de 2016. 

Le Sud-Africain Tyrone Pillay était au meilleur de sa forme et se sentait prêt pour une médaille aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. Si le report en mars dernier a changé ses plans, le quadragénaire reste déterminé à finir ses années d'athlétisme sur une bonne note.

« Le COVID-19 a certainement affecté le mode de vie et changé les normes », a déclaré Pillay.

« Le monde du sport n'a pas été épargné non plus et mon entraînement a été affecté. En mars, avant le report des Jeux, j'étais au sommet de ma forme et de mon niveau. Avec le report des Jeux, je dois absolument me réévaluer et me concentrer sur ce que je peux faire. »

« Seul le temps nous dira dans quelle mesure je serai prêt pour les Jeux de 2021 », a poursuivi Pillay, qui a transformé son garage en salle de sport, « mais j'ai l'intention de travailler aussi dur que possible et de donner le meilleur de moi-même pour la dernière partie de ma carrière sportive. »

Le Sud-africain veut améliorer le résultat de ses débuts paralympiques à Rio 2016, où il a remporté sa première médaille, une médaille de bronze dans la catégorie F42 masculine. Un effort dûment récompensé après avoir manqué des podiums lors de deux Championnats du monde consécutifs.

(de gauche à droite) Le médaillé d'argent Iranien Sajad Mohammadian, le médaillé d'or Britannique Aled Davies et le médaillé de bronze Sud-Africain Tyrone Pillay sur le podium après le lancer du poids masculin - F42 aux Jeux paralympiques de Rio 2016.
(de gauche à droite) Le médaillé d'argent Iranien Sajad Mohammadian, le médaillé d'or Britannique Aled Davies et le médaillé de bronze Sud-Africain Tyrone Pillay sur le podium après le lancer du poids masculin - F42 aux Jeux paralympiques de Rio 2016.
Photo de Atsushi Tomura/Getty Images for Tokyo 2020

Comment tout a commencé

Pillay, né avec une déficience de la jambe gauche, aimait jouer au cricket, et son père a toujours appris à son fils comment vivre avec sa déficience. Mais à 22 ans, son père est décédé et Pillay a cessé de se consacrer au sport pour aider sa famille.

Il a fallu sept ans à Pillay pour reprendre le sport - il avait alors 29 ans. Il avait regardé les Jeux Paralympiques de Pékin 2008 et pensait que son corps était plutôt fait pour le lancer du poids. Il a donc travaillé à la construction de sa masse musculaire en vue de son objectif de se qualifier pour Londres 2012. Cherchant à augmenter son poids, qui était alors de 75 kg, il a regardé des vidéos sur YouTube pour l'aider dans sa prise de poids et la musculation.

« J'avais la détermination et la résilience nécessaires, alors j'ai fait tous les efforts supplémentaires pour être sûr d'arriver là où je voulais », a déclaré Pillay.

Je suis passé d'outsider à médaillé olympique

Le travail et les efforts finissent par payer

Pillay a fait ses débuts sur la scène internationale en 2011, lors des Championnats de para-athlétisme de Sharjah.

« Je me souviens encore de mon équipement livré à ma porte le soir même », se souvient-il. « J'étais tellement excité. Imaginez à l'âge de 30 ans, j'étais excité comme un enfant. »

Il a terminé quatrième, mais voir l'un de ses coéquipiers sud-africains remporter une médaille d'or l'a rendu fier.

La compétition était cependant rude, et Pillay n'a pas réussi à faire partie de l'équipe pour Londres 2012. Mais quatre années de travail acharné ont conduit à ses débuts à Rio 2016. Contre les pronostics, il a remporté sa première médaille paralympique, participant aux 16 médailles de l'Afrique du Sud.

Il prévoit de prendre sa retraite après Tokyo 2020 et espère faire mieux qu'à Rio 2016.

« Je suis passé d'outsider à médaillé olympique », a déclaré Pillay. « La médaille de bronze a apporté un sentiment d'étonnement absolu et un sentiment d'accomplissement au niveau personnel et national. Chaque athlète paralympique rêve de participer aux Jeux Paralympiques. Selon moi, c'est le sommet du sport paralympique. »

Par Paralympic.org