Les grands records : Siamand Rahman, l'homme le plus fort des Jeux Paralympiques

Le médaille d’or iranien Siamand Rahman célèbre sa victoire  aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
Le médaille d’or iranien Siamand Rahman célèbre sa victoire aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.

Rares sont les occasions de croiser la route d'un athlète comme Siamand Rahman.

C'est le premier athlète à casser la barre des 300 kg, en soulevant 310 kg aux Jeux Paralympiques de Rio 2016. Il a ainsi conservé son titre paralympique.

S'adressant à Tokyo 2020 en décembre 2017, le champion paralympique a déclaré qu'il espérait « battre le record du monde » aux Jeux. L'athlète de la République islamique d'Iran cherchait à poursuivre sa domination sur les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 avec un troisième titre paralympique consécutif.

Mais malheureusement, le 1er mars de cette année, il est décédé à l'âge de 31 ans, dans sa ville natale d'Oshnavieh.

« Siamand était un pionnier de son sport, une inspiration pour beaucoup dans son pays d'origine, l'Iran, et dans le monde entier, et un fantastique ambassadeur du mouvement paralympique », a déclaré le président du Comité international paralympique (IPC), Andrew Parsons.

« C'était aussi un être humain merveilleux, un sympathique géant et l'une des personnes les plus aimables que l'on puisse rencontrer. »

L'homme le plus fort de l'histoire des Jeux Paralympiques

C'est lors des Jeux de Londres 2012 que Siamand Rahman s'est fait connaître. Sur le sol anglais, il est devenu l'homme le plus fort du monde. Mais son épopée avait commencé 4 ans plus tôt.

Sa carrière d'haltérophilie débute à l'adolescence, en février 2008, mais ce n'est qu'aux Championnats du monde de 2010 à Kuala Lumpur qu'il débarque sur la scène mondiale senior en participant à la compétition dans la catégorie des +100 kg et en remportant une médaille d'argent.

Cinq mois plus tard, aux Jeux para d'Asie, Rahman établit un record du monde en soulevant 287,5 kg, décrochant l'or.

Il a continué à battre des records jusqu'aux Jeux de Londres 2012.

À Londres, il a battu le record des Jeux Paralympiques en soulevant 280 kg, un record détenu auparavant par son compatriote Kazem Rajabi Golojeh.

Londres, ANGLETERRE - 05 septembre 2012 : L'Iranien Siamand Rahman réagit après avoir réussi sa soulevée lors de l'épreuve de powerlifting masculin (+100 kg) des Jeux Paralympiques de Londres 2012.
Londres, ANGLETERRE - 05 septembre 2012 : L'Iranien Siamand Rahman réagit après avoir réussi sa soulevée lors de l'épreuve de powerlifting masculin (+100 kg) des Jeux Paralympiques de Londres 2012.
Matthew Lloyd/Getty Images

Cependant, un des plus grands exploits de Rahman restera les Jeux Paralympiques de Rio 2016. À 28 ans, Rahman avait tenu les spectateurs et les médias en haleine pour savoir s'il allait ou non tenter de soulever 300 kg.

Rahman, qui figure dans la catégorie des +107 kg, commence la compétition avec 270 kg avant que les juges ne lui donnent le feu vert pour son second essai, de 300 kg. Il réussit à soulever 305 kg, mais n'en a pas fini... Rahman et son équipe décident alors de tenter 310 kg pour la quatrième et dernière tentative.

La foule s'est déchainé au Riocentro. Après la réussite de Rahman, les applaudissements ont été à la hauteur de la performance.

Tokyo 2020

Lors de la campagne de promotion des Jeux de Tokyo 2020, qui met en avant des athlètes paralympiques exceptionnels aux côtés de monuments emblématiques de la ville, Rahman a été retenu pour cette photo face au théâtre Kabukiza du quartier de Ginza.

Ce théâtre est connu pour le kabuki, une forme de théâtre traditionnel japonais datant de plus de 400 ans.

« C'est formidable de participer à cette campagne de promotion. Nous sommes à un an seulement des Jeux Paralympiques et je suis très heureux de voir que nous nous en rapprochons », a déclaré Rahman.

« J'ai hâte de participer aux Jeux Paralympiques de Tokyo en 2020. À Tokyo, ce sera cette barre et moi. Je vais repousser encore plus les limites. »

Faire honneur à son héritage

Après la mort de Rahman en mars, le Comité National Paralympique iranien a planté un jeune arbre en sa mémoire.

« Siamand était connu pour son savoir vivre et son esprit sportif et je pense qu'il est un modèle pour les autres athlètes iraniens. Siamand nous manquera à jamais », a déclaré Hadi Rezaei, le chef de mission iranien pour les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020, au Tehran Times.

Une statue du champion des Jeux Paralympiques a été érigée dans sa ville natale, Oshnavieh.

Il ne fait aucun doute que Rahman sera une source d'inspiration pour de nombreux athlètes du monde entier. Sa capacité à repousser les limites a laissé un héritage non seulement au Mouvement paralympique, mais pour tout le monde du sport.