Le Saoudien Ahmed Sharbatly est en selle pour Tokyo 2020

Ahmed Sharbatly fera ses débuts paralympiques à Tokyo 2020.
Ahmed Sharbatly fera ses débuts paralympiques à Tokyo 2020.

Le rêve du para-dresseur aura mis sept ans à se réaliser.

Ahmed Sharbatly a grandi parmi les chevaux, admirant leur beauté, leur élégance et leurs mouvements. Mais il n'a jamais pensé qu'il se lancerait dans l'équitation handisport.

« J'ai toujours côtoyé les chevaux depuis mes sept ans », explique Sharbatly. « J'aimais suivre le dressage mais je n'en ai pas fait car ce n'était tout simplement pas une grande discipline équestre dans mon pays. En Arabie Saoudite, les grands sports équestres sont le saut d'obstacles, les courses ou l'endurance. »

Aux Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 de l'an prochain, Sharbatly réalisera ce qu'il pensait impossible : devenir le premier cavalier arabe de para-dressage aux Jeux. Ce ne sera pas sa première tentative car il y a quatre ans, il était déjà très proche de réaliser son rêve.

« Je m'étais aussi qualifié pour Rio 2016, mais malheureusement ma jument s'est blessée juste avant les Jeux et nous n'avons pas pu y aller », se souvient le cavalier de grade V.

Ses premiers pas dans l'arène du parc équestre de Tokyo seront l'aboutissement d'une aventure qui a commencé il y a sept ans. Inspiré par son cousin Abdulla, classé au niveau mondial, Sharbatly a participé à un concours de saut d'obstacles en Grande-Bretagne en 2013.

Son potentiel en dressage a été remarqué au moment crucial de la compétition de saut d'obstacles - où les cavaliers doivent effectuer un parcours dans le meilleur temps.

« J'ai fait quelques virages serrés, et je tendais trop les rênes », se souvient-il.

« Une charmante femme qui regardait est venue me voir pour me dire : "Vous montiez très bien, mais dans les virages, vous étiez trop tendu sur les rênes". J'ai accepté la critique mais j'ai dit que je ne pouvais rien y faire car j'ai une paralysie du bras et que cela arrive toujours. »

« Elle m'a ensuite demandé si j'avais entendu parler de para-dressage. J'ai répondu que non et elle m'a suggéré d'essayer et de me faire classer. »

Au cours des cinq dernières années, Sharbatly a développé ses compétences en dressage. Il a été suivi de près par la britannique Natasha Baker, multi-championne paralympique, du monde et d'Europe.

« Ce qui ressort vraiment d'Ahmed, c'est à quel point il s'est amélioré », a déclaré Natasha Baker.

« Quand il a commencé, il est juste de dire qu'il était plutôt novice et faisait des scores autour de 50 points. Mais ensuite, il a fait un pas de géant, s'améliorant d'environ 10 points, et ses scores vont maintenant régulièrement autour de 65 voire 70 points. »

« Cela montre son engagement, son dévouement, sa passion et son talent pour notre sport. »

Alors qu'elle était commentatrice à la télévision, Baker s'est souvenue de ses remarques sur sa performance aux Jeux équestres mondiaux de 2018.

« J'ai vu l'augmentation incroyable de ses scores et j'ai été époustouflée. Et je suis sûre qu'il y en a encore beaucoup à venir », a poursuivi Baker, qui comment le para-dressage depuis 2017.

Sharbatly s'entraîne habituellement aux Pays-Bas mais il est de retour en Arabie Saoudite pour aider l'entreprise familiale dans le bâtiment pendant la pandémie de COVID-19. Il espère que la passion pour le para-dressage en Europe se fera sentir un jour chez lui.

« Je suis vraiment heureux d'être qualifié pour Tokyo », a-t-il déclaré. « Je me concentre donc sur ça et je travaille avec ma fédération pour développer le dressage en Arabie Saoudite. »

Par Paralympic.org