L'aventure d'Andrea Nelson : conquérir les cieux pour maîtriser l'eau

La Canadienne Andrea Nelson, sur son Kayak
La Canadienne Andrea Nelson, sur son Kayak

Andrea Nelson a du mal à croire la rapidité avec laquelle sa carrière paralympique a pris son envol en tant que kayakiste. Il y a deux ans et demi, elle ne connaissait pas vraiment les Jeux Paralympiques.

Mais, cette passionnée de sports a eu un accident.

Nelson était une parachutiste semi-professionnelle avec de nombreux sauts à son actif. Mais elle a été déconcentrée lors d'un atterrissage et s'est fracturée la colonne vertébrale. Elle est devenue paralysée.

View this post on Instagram

Coming up on 6 months since my injury, and finally deciding to re-enter the social media world. Over the next few weeks I'll be sharing what my last 6 months have involved. Above are just some of the amazing people in my life that came to visit me those first few days in the hospital. I was overwhelmed with visitors, too many of you to name, and I thank all of you so much for the support ❤️ Special thanks to my family, (@_meredithn @kathlyne_n) and @evertoberholzer who stuck by my side day and night, to my roomates @wrongcody and @swoopnflip96 for being beyond amazing, and to the whole skydiving community for being such a supportive second family. For those of you who don't yet know, I f*cked up on a landing and hit the ground real hard. Fortunately, my beautiful face and legs remained in tact, with not even a bruise. Unfortunately, my spine suffered from a burst fracture of my L2, causing paralysis from the waist below.

A post shared by Andy Nelson (@andreanels) on

Pendant sa rééducation à l'hôpital, un thérapeute lui a suggéré d'essayer le vélo, le hockey et d'autres sports paralympiques. Peu de temps après, le comité paralympique canadien a organisé une détection de sportifs paralympiques à Toronto.

Nelson a rencontré des entraîneurs de différents sports pour savoir lequel correspondrait le mieux à ses attentes.

« Trois mois après ma blessure, je suis allée à la recherche d'un sport paralympique. Je savais que je devais me remettre au sport pour mon bien-être ».

Elle a rencontré un responsable de l'association de canoë-kayak de sa province et a été impressionnée par son discours, le timing était parfait.

« Il était du genre "venez et essayez le kayak". Il voulait mettre en place un programme para pour impliquer davantage de personnes », a déclaré Nelson.

Nelson a fait équipe avec trois autres athlètes qui n'avaient jamais fait de kayak auparavant et, dès la première année, ils ont participé à des compétitions dans tout le Canada et au niveau international.

« C'était une sorte de programme qui nous permettait d'apprendre à faire des compétitions assez rapidement dans le but d'être potentiellement présente à Tokyo 2020 ».

Nelson s'est avérée être une personne qui apprend vite et un des nouveaux talents. En 2019, elle a remporté une médaille d'argent et de bronze aux championnats panaméricains au Brésil. Elle a également terminé cinquième aux Championnats du monde, ce qui a offert au Canada une place pour Tokyo 2020.

Bien que Nelson soit ravie, elle aimerait que les athlètes des autres pays du monde aient la même chance.

« Je pense que c'est très important. Je veux dire que certaines personnes découvrent le sport très tôt, mais il y en a d'autres pour qui il faut des années pour s'initier au sport [si tant est qu'il y en ait l'opportunité] ».

Dans son cas, Nelson estime que le fait que son entraîneur l'ait encouragé à essayer le kayak l'a beaucoup aidé.

C'est agréable d'entendre quelqu'un dire : « "Je pense que tu serais vraiment douée pour ça, viens et essaie". Ils vous recrutent et parfois les gens ont besoin de cette impulsion ».

Une chose que Nelson n'a pas eu besoin dans le parachutisme, même si c'est cette activité qui l'a laissée en fauteuil roulant.

« Environ un an après ma blessure, j'ai repris le sport et j'adore ça ».

Elle a maintenant besoin d'aide pour mettre son équipement et prendre l'avion, mais c'est à peu près la même chose pour Nelson quand elle est dans les airs.

« C'est vraiment un mélange d'adrénaline et de cette sensation extrême quand vous sautez d'un avion. Mais en même temps, surtout quand vous l'avez fait tant de fois, c'est aussi très paisible. C'est incomparable à quoi que ce soit, vous devez vivre ce moment ».

Elle dit que certaines personnes sont surprises qu'elle soit de retour au parachutisme.

« Fascinant est le mot juste. Je pense que certaines personnes pensent que c'est un peu fou. Pour moi, la question n'était pas vraiment de savoir si j'allais y retourner ou non - c'était quelque chose que je savais, que je devais y retourner et maîtriser ».

Tout comme Nelson est en train de maîtriser l'eau avec son kayak. Et elle essaie en même temps de sensibiliser les gens au paralympisme.

« J'aimerais que le public soit aussi intéressé par les Jeux Paralympiques, ses athlètes et leurs résultats qu'ils le sont pour les Jeux Olympiques ». Elle a ajouté : « Je ne pense pas que beaucoup de gens se rendent compte des changements que les athlètes font pour les Jeux Paralympiques, comme utiliser leurs dents pour le tir à l'arc, des choses super difficiles et que la plupart des gens ne pourraient pas faire ».