Kakehata : L'or paralympique ou rien

La Japonaise Eiko Kakehata lors d'un match de goalball féminin aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
La Japonaise Eiko Kakehata lors d'un match de goalball féminin aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.

La joueuse de goalball japonaise veut remporter la plus belle des médailles devant son public, à Tokyo 2020.

La joueuse de goalball japonaise KAKEHATA Eiko a une devise dans la vie : s'imposer des défis, tout le temps.

Et comme les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 doivent se tenir chez elle, aucun défi n'est plus grand que de remporter l'or devant son public.

« Nous sommes déterminées à gagner l'or », affirme Kakehata.

Le Japon est devenu le grand favori après avoir terminé sur la plus haute marche du podium des Championnats d'Asie-Pacifique de 2019 de Chiba (à 40 km de Tokyo) en battant les meilleures nations, notamment les triples médaillées d'argent paralympiques, la République populaire de Chine 2-1.

Cependant, bien qu'elle ait marqué le but de la victoire lors de cette rencontre, Kakehata se veut prudente.

« Je travaille beaucoup mes points faibles. Ma technique et mon esprit deviennent plus forts. J'aimerais être marquer plus de buts », a-t-elle ajouté.

« Je dois encore améliorer mon tir si nous voulons battre les meilleures équipes de ce sport », a déclaré Kakehata, qui veut faire progresser son jeu en s'inspirant de la Turque Sevda Altunoluk et de la Russe Irina Arestova.

La Japonaise Eiko Kakehata tire au but lors des Jeux Paralympiques de Rio 2016.
La Japonaise Eiko Kakehata tire au but lors des Jeux Paralympiques de Rio 2016.
Atsushi Tomura / Getty Images pour Tokyo 2020

La rivalité avec la Chine

Kakehata est bien consciente de la menace chinoise malgré le récent succès contre ces dernières. La victoire la plus récente contre leurs rivaux continentaux remonte aux Jeux Asiatiques handisport de 2018 et à trois autres éditions des Championnats d'Asie-Pacifique.

Cependant, la douloureuse défaite en quart de finale des Jeux Paralympiques de Rio 2016 est encore fraîche dans la mémoire de Kakehata.

« C'était un tournoi peu glorieux. J'ai travaillé dur pour devenir encore plus forte à partir de là. Lors des prochains Jeux Paralympiques, j'aimerais être plus performante pour remercier ceux qui m'ont soutenu jusqu'à présent ».

Quatre ans auparavant, le Japon avait pourtant remporté un match important contre la République populaire de Chine lors de la finale de Londres 2012. Les deux rivaux asiatiques se livrent une bataille sans fin.

« Elles ne nous battront plus », a assuré Kakehata avant d'ajouter : « Nous sommes numéro un en Asie, mais pas numéro un dans le monde. Notre objectif est maintenant d'être numéro un dans le monde ».

Par Paralympic.org

Données non disponibles