Emanuele Lambertini : effacer les différences grâce aux prothèses

L'escrimeur en fauteuil roulant Emanuele Lambertini a participé à la cinquième place de l’Italie dans l’épreuve de fleuret par équipes de Rio 2016. Il vise désormais l’or à Tokyo.
L'escrimeur en fauteuil roulant Emanuele Lambertini a participé à la cinquième place de l’Italie dans l’épreuve de fleuret par équipes de Rio 2016. Il vise désormais l’or à Tokyo.

L'escrimeur en fauteuil roulant italien vise l'or à Tokyo 2020 mais rêve de révolutionner l’industrie de la prothèse pour aider les personnes handicapées.

Emanuele Lambertini n'a rien d’un jeune homme de 21 ans ordinaire.

Il sait exactement ce qu'il veut faire de sa vie et il est déjà à mi-chemin de son objectif.

« C’est moi qui ai eu l'inspiration. Un jour, il y a trois ou quatre ans, j'étais dans ma clinique orthopédique et je leur ai demandé un genou, un pied bionique spécial et d'autres trucs créatifs que vous voyez dans les films. Le technicien en appareillage orthopédique m'a simplement répondu que ce dont je parlais n'avait pas encore été inventé », explique l’escrimeur.

Avant de poursuivre : « Alors plutôt que de pleurer et de me plaindre que personne n’ait encore inventé ces prothèses, je me suis dit que j’allais le faire pour les autres. »

Ainsi, tout en s'entraînant à fond, le champion du monde de fleuret masculin par équipes 2017 s'inscrit à l'Université de Bologne pour étudier l'automatisation.

Depuis près de trois ans, les mathématiques, la physique ou encore l'informatique côtoient les techniques de fleuret dans la tête d’Emanuele Lambertini. 

« Je vois qu’il existe de nombreuses technologies qui pourraient permettre à une personne comme moi ou à toute autre personne amputée de faire tout ce qu’elle veut, mais il reste encore beaucoup de travail à faire », confie le numéro 4 mondial de fleuret masculin.

« J'étudie parce que je veux effacer les différences qui sont encore criantes (pour les personnes handicapées). »

Et il en est déjà au stade de l'identification de son premier grand projet.

« L’idée est de créer un bras ou une jambe bionique qui permet de tout faire », s’enthousiasme le fleurettiste.

« Par exemple », dit-il, « à l’heure actuelle, il n’existe pas de prothèse unique permettant à la fois de marcher, de courir ou bien encore de nager. Si vous voulez marcher, il faut une prothèse. Si vous voulez courir, il vous en faut une autre et ainsi de suite, ceci pour tout ce que vous souhaitez faire. La première étape serait donc de créer une prothèse unique qui puisse couvrir toutes les activités que tout le monde aimerait faire. »

Comme vous l'aurez compris, et comme le montre son sourire, Emanuele Lambertini n'aime pas rester assis à ne rien faire.

Pour autant, il n’est pas obnubilé par l'ingénierie.

À 17 ans, il est devenu le plus jeune Paralympien italien à participer à Rio 2016 et il a contribué à la cinquième place de l’équipe masculine de fleuret.

« En ce moment, je pense constamment à Tokyo », dit-il en riant, avant d'ajouter : « Mais si vous avez un objectif en tête, y penser tout le temps ne vous aidera pas. »

Une médaille d’or aux Championnats du monde des moins de 23 ans ainsi qu’une médaille d’argent par équipe senior l’année dernière a confirmé que le natif de Cento était en pleine forme. Sa bonne condition physique et son expérience précédente il y a quatre ans pourraient lui permettre de quitter Tokyo avec une médaille d'or en septembre 2021.

Quoi qu'il arrive, Emanuele Lambertini n'arrêtera pas d’aller de l’avant !

« Ne soyez jamais gêné de votre situation », sourit-il. « Profitez toujours de la vie car elle est merveilleuse. »

By the International Paralympic Committee

  • Bebe Vio célèbre sa médaille d'or aux Jeux Paralympiques de Rio 2016.
    Escrime en fauteuil roulant

    Grands moments paralympiques : Les larmes de joie de Bebe Vio à Rio 2016

  • Le Brésilien Jovane Guissone Silva après sa victoire au match à l'épée contre le Français Marc-André Cratere à Londres 2012.
    Escrime en fauteuil roulant

    Les bons souvenirs motivent Jovane Guissone