Kelly Cartwright est de retour pour Tokyo

Londres, ANGLETERRE - 2012 : L'Australienne Kelly Cartwright lors du saut en longueur aux Jeux Paralympiques de Londres.
Londres, ANGLETERRE - 2012 : L'Australienne Kelly Cartwright lors du saut en longueur aux Jeux Paralympiques de Londres.

« Je n'ai jamais vraiment pu renoncer à l'athlétisme. J'ai toujours aimé ça et je sais que je n'en ai pas fini. »

La dernière fois que la championne paralympique australienne Kelly Cartwright a foulé une piste d'athlétisme, c'était il y a 7 ans.

À cette époque, elle participait à des compétitions dans un sport totalement différent. Elle a eu deux enfants et elle est même entrée dans l'histoire en devenant la première femme enceinte handicapée à apparaître dans l'émission de télévision Dancing With The Stars (Danse avec les stars, en francais).

Aujourd'hui, Cartwright est prête à revenir sur la piste.

« J'y ai toujours pensé, tout au long de ces sept années. C'est pourquoi je n'ai jamais officiellement pris ma retraite en athlétisme », a déclaré la star du saut en longueur.

« Je n'ai jamais vraiment pu renoncer à l'athlétisme. J'ai toujours aimé ça et je sais que je n'en ai pas fini. »

Après avoir abandonné le para-athlétisme pour la para-haltérophilie (powerlifting) suite à une blessure à la cheville après Londres 2012, Cartwright prend chaque séance d'entraînement comme elle vient, mais rêve déjà de participer à Tokyo 2020 en saut en longueur.

« Je ne cours que depuis quelques semaines, mais depuis que je suis de retour, c'est vraiment super. Je suis loin d'être au sommet de ma forme, et je ne sais pas si c'est le temps que j'ai passé au repos, ou le fait d'avoir eu deux enfants, mais je suis vraiment plus forte mentalement que je ne l'ai jamais été. »

« Tokyo est évidemment une éventualité, et il y a beaucoup de travail à faire, mais ce n'est pas entièrement hors de portée. »

Après avoir rapidement gravi les échelons du circuit australien de la para-haltérophilie, Cartwright a eu l'honneur de porter la tenue vert et or aux Jeux du Commonwealth en Australie en 2018.

Mais malgré son succès, elle reconnaît que lorsqu'il s'agit de sport, son premier amour lui fait toujours de l'oeil.

« Après avoir eu [mon fils] Max, c'était trop proche de Rio, et avec le temps qui s'est écoulé entre le moment où j'ai eu Charley et celui où les Jeux étaient censés avoir lieu, il était logique que je me concentre sur le powerlifting. Mais avec le report des Jeux Paralympiques, c'est le moment idéal pour moi de me remettre à ce que je préfère ».

« J'aime pouvoir courir sur une seule jambe. Parfois, c'est difficile de travailler à la salle de sport, mais cela me fait sentir puissante. J'ai toujours été beaucoup plus compétitive en athlétisme qu'en powerlifting ».

Sous la supervision de l'entraîneur Tim Matthews, Cartwright a mis en place un plan pour être au meilleur de sa forme pour la reprise des compétitions nationales et internationales.

« Je prends chaque mois comme il vient. Je dois me rappeler sans cesse que depuis sept ans, j'ai toujours la même blessure à la cheville, ça ne sera jamais mieux et le mal est fait, mais je veux vraiment tenter ma chance ».

« Tim a été incroyable. Il a toujours eu le même état d'esprit que moi - il n'a jamais perdu espoir et il a aussi en tête le fait que je reviendrais sur la scene sportive. Je ne pourrais pas avoir un meilleur coach et mentor. »

Le premier objectif pour Cartwright, c'est d'être au meilleure de sa forme sur piste.

« Je ne fais littéralement que travailler sur piste et travaille avec un fabricant de prothèse de jambe à Melbourne. Je fais aussi beaucoup de travail de renforcement musculaire. »

« Il faudra encore au moins trois semaines avant que je ne puisse reprendre le saut, mais ma cheville se remet plus vite que prévu. Il est évident que je vais dans la bonne direction. »

« J'ai vraiment hâte de retourner à la compétition. »

INSERT IPC VIDEO HERE

Par Paralympic.org