Tout ce qu'il faut savoir sur la cérémonie d'allumage de la flamme

Une grande prêtresse passe la flamme olympique dans le Temple d'Héra lors de la cérémonie d'allumage de la flamme olymmpique dans l'ancienne Olympie en Grèce.
Une grande prêtresse passe la flamme olympique dans le Temple d'Héra lors de la cérémonie d'allumage de la flamme olymmpique dans l'ancienne Olympie en Grèce.

Le 12 mars 2020, la flamme olympique sera allumée près du temple d'Héra, sur le site sacré de l'ancienne Olympie en Grèce.

 Mais que savez-vous de l’événement en lui-même, comment la flamme est-elle allumée et pourquoi la Grande Prêtresse porte-t-elle une robe plissée de couleur vert olive ?  

L'historien des Jeux Olympiques Philip Barker explique tout ce que vous devez savoir sur la cérémonie alors que le compte à rebours pour Tokyo 2020 avance à grands pas.

Que se passe-t-il lors de la cérémonie?

La cérémonie en elle-même est largement symbolique et sert à relier les Jeux de la Grèce antique aux Jeux Olympiques modernes. Comme son nom l'indique, la flamme olympique sera allumée pendant la cérémonie, qui se déroule sur le site des premiers Jeux Olympiques de l'Antiquité à Olympie, en Grèce.

Que représente la flamme ?

La flamme est destinée à invoquer la légende de Prométhée qui a volé le feu des dieux au nom de l'humanité, et continue à être utilisée pour représenter les valeurs que les humains ont toujours associé à la symbolique du feu.

Comme le veut la tradition, la flamme allumée pendant la cérémonie servira à allumer la vasque olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux.

La flamme olympique a-t-elle toujours été allumée en Grèce ?

Bien qu'une flamme ait brûlé depuis une tour aux Jeux d'Amsterdam de 1928 et de Los Angeles de 1932, ce n'est qu'en 1936, avant les Jeux Olympiques de Berlin, qu'une flamme a été allumée pour la première fois lors d'une cérémonie d'allumage dans l'Olympie antique, en Grèce.

La prêtresse tient la flamme olympique
La prêtresse tient la flamme olympique
2017 Getty Images

Comment l'allument-ils réellement ?

Plutôt que d'utiliser des moyens artificiels, la flamme est allumée à partir des rayons du soleil pour démontrer sa pureté.

Le procédé est très simple : on utilise un miroir parabolique, qui agit comme une loupe géante pour capter les rayons du soleil, avec des vieilles pellicules d'appareil photo - qui brûlent facilement -  placées dans la vasque.

La torche utilisée pour allumer la flamme pendant la cérémonie est différente de celles qui seront utilisées pendant le relais - elle est forgée en argent et inspirée par le design des piliers du temple de la déesse Héra.

La flamme est allumée de la même manière depuis 1936.

Que se passe-t-il s'il fait nuageux ou s'il pleut pendant la cérémonie ?

Une répétition de la cérémonie d'allumage a lieu quelques jours auparavant. La flamme allumée est conservée dans une ampoule de sécurité comme réserve en cas de mauvais temps le jour de la cérémonie.

Que se passe-t-il pendant la cérémonie ?

La cérémonie commencera avec le lever des drapeaux de la Grèce et du Japon tandis que les hymnes nationaux seront joués. Le drapeau olympique est aussi levé et l’hymne olympique joué par le chœur des enfants et de la jeunesse de la Municipalité de Lavreotiki.

Trente-cinq prêtresses arrivent au Temple et se dirigent vers une place connue comme l’Altis Sacré. C’est là que les cérémonies religieuses se seraient tenues dans la Grèce Antique. 

Après leur arrivée, douze jeunes hommes appelés "Kouri" - ceux qui ont annoncé les Jeux Olympiques de l'Antiquité dans les cités-États de Grèce - rappellent les hérauts de l'époque.

La "grande prêtresse", qui dirige la cérémonie et porte le titre de "grande prêtresse de la déesse Héra", traverse le temple et adresse une invocation à Apollon, appelant à un "silence sacré" et à un "ciel clair" pour que la flamme puisse être allumée.

Elle tient la torche dans le bol jusqu'à ce que la flamme s'anime.

Une seconde prêtresse, appelée "Estiada", reçoit alors la flamme dans un ancien pot (amphore), avant que la congrégation ne marche en une lente procession vers l'ancien stade voisin.

Qui est la Grande Prêtresse de Tokyo 2020 ?

Cette année, Xanthi Georgiou tiendra ce rôle pour la première fois en Olympie Antique. Georgiou a allumé la flamme des Jeux olympiques de la jeunesse d'hiver de Lausanne 2020 à Athènes et s'est produite en tant que danseuse lors de la cérémonie précédant les Jeux Olympiques de Pékin 2008.

La plus ancienne Grande Prêtresse a été Maria Moscholiou, qui a interprété ce rôle lors de quatre Jeux d'été consécutifs : Mexico 1968, Munich 1972, Montréal 1976 et Moscou 1980.

Que portent les prêtresses ?

La conception du costume, connu sous le nom de "Chiton", a toujours été basée sur les robes portées dans l'Olympie antique.

Lors des cérémonies passées, elles ont varié en couleur, mais plus récemment, elles étaient soit de couleur crème, soit turquoise clair avec des plis vert olive.

Elles sont conçues pour refléter le paysage grec.

Les prêtresses répètent le rituel de la cérémonie d’allumage de la flamme en 2017 en Ancienne Olympie, en Grèce.
Les prêtresses répètent le rituel de la cérémonie d’allumage de la flamme en 2017 en Ancienne Olympie, en Grèce.
2017 Getty Images

Que se passe-t-il à l'intérieur du stade ?

La cérémonie se poursuit par une danse traditionnelle sur le flanc des collines, tandis qu'une musique inspirée de la Grèce antique - composée et interprétée par Yiannis Psimadas - est jouée à la harpe, à la flûte et aux percussions.

Lorsque la danse touche à sa fin, l'Estiada apparaît avec une coupe et la place sur un petit autel. La grande prêtresse répète sa prière à Apollon, et le premier porteur de la flamme pour Tokyo 2020 - la médaillée d'or des Jeux Olympiques de Rio 2016 au tir Anna Korakaki - s'avance.

Elle tiendra la torche en feu dans une main et un rameau d'olivier dans l'autre. Au moment de son départ, une jeune fille s'avance pour libérer une colombe, symbole de paix.

Anna Korakaki quittera ensuite le stade et courra vers un monument en hommage au baron Pierre de Coubertin - le noble français qui a fait revivre les Jeux Olympiques moderne.

Elle passera ensuite la flamme à une deuxième relayeuse, NOGUCHI Mizuki, la médaillée d'or du marathon d'Athènes 2004, qui est la première japonaise à participer au relais de la flamme.