Zersenay Tadese: d’un rêve de Tour de France à l’athlétisme

L'Erythréen Tadese Zersenay fête la victoire lors d'une course des Championnats de l'IAAF le 8 octobre 2006 à Debrecen, Hongrie
L'Erythréen Tadese Zersenay fête la victoire lors d'une course des Championnats de l'IAAF le 8 octobre 2006 à Debrecen, Hongrie

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Zersenay Tadese est né en Erythrée en 1982 au beau milieu d’un conflit armé trentenaire. Cependant, Tadese a eu la chance de ne pas trop subir l’impact de la guerre, sa famille vivant à quelque 200 kilomètres d’Asmara, la capitale.

Quand il était enfant, Tadese avait un rêve, celui de devenir une star du cyclisme et de gagner le Tour de France.

“Je rêvais d’être un cycliste professionnel pour une des grandes équipes européennes », a-t-il expliqué à World Athletics. « J’aurais adoré participer à une grande course comme le Tour. J’ai gagné de nombreuses courses de petites distances, de 30 ou 50 kilomètres. »

Au bout d’un certain temps, il a attiré l’attention d’athlètes qui le virent en compétition. C’est là que Tadese a décidé de tenter sa chance à la course.

“Mes succès en cyclisme ont laissé penser à des responsables en athlétisme que je pouvais avoir un bon coffre et du coup ils m’ont invité pour une course », explique-t-il. « J’ai gagné cette course et j’ai eu de bons résultats après, du coup j’ai continué ! ».

Et il ne s’est plus arrêté.

En 2002, Tadese commence sa carrière internationale, terminant sixième du 10 000 m des Championnats d’Afrique, avant de finir dans le top 30 des championnats du monde de cross-country.

Un an plus tard, il se présente sur trois disciplines au Championnats du Monde : 5000 m, cross country et semi-marathon et termine dans le top 10 des trois catégories.

Il part alors dans une préparation intensive pour ses premiers Jeux Olympiques : Athènes 2004.

Le moment historique

En 1996, le Comité national olympique d’Erythrée est créé.

Le petit pays de six millions d’habitants envoie trois athlètes à Sydney en 2000 et quatre en Grèce quatre ans plus tard. Parmi les quatre athlètes, Tadese, 22 ans, inscrit sur le 5000 m et le 10 000 m.

Première épreuve, le 10 000 m.

Avec un record personnel en 27’32’’61 acquis quelques mois plus tôt, Tadese arrive aux Jeux plein d’optimisme. Mais, léger problème, l’Erythréen n’est pas seul en course, deux adversaires en particulier sont des monstres : le Champion Olympique en titre Haile Gebreselassie et son compatriote kenyan Kenesisa Bekele, qui frappe à la porte de son aîné.

Bref, le challenge est quasi insurmontable.

Tadese n’a rien à perdre et se place dans le groupe de tête, avant que Bekele, accompagné de son compère Sileshi Sihine, décide de prendre le large à 1500 m de l’arrivée. Mais Tadese s’accroche, augmente lui-aussi son rythme et finit troisième pour gagner la médaille de bronze. Gebresselassie finit 5ème, la fin d’une ère.

Avec cette médaille, Tadese entre directement dans les annales du sport érythréen, huit ans seulement après la création du Comité Olympique national.

Les conséquences

Huit jours plus tard, il prend la septième place du 5000 m.

Même s’il n’a plus gagné de médailles olympiques, Tadese est devenu une star de l’athlétisme : il gagne trois titres mondiaux de semi-marathon (2008, 2009 et 2012) et un en cross-country (2007).

En 2009, Tadese est devenu le deuxième coureur de l’histoire à remporter une médaille mondiale sur trois surfaces différentes : le bronze en cross-country, l’argent sur le 10 000 m et l’or en semi-marathon. Seul le Kenyan Paul Tergat, immense star du fond, était lui aussi parvenu à une telle performance.

Tadese peut se targuer d’avoir tenu le record du monde du semi-marathon pendant huit années, de 2010 à 2018, avec un temps de 58’23’’.

Inépuisable, l’Erythréen a continué a courir et il était encore en course lors des Championnats du monde en 2019 à Doha en marathon, où il a terminé à une remarquable sixième place.