Wilma Rudolph : trois médailles d'or qui viennent de loin

De gauche à droite : La Britannique Dorothy Hyman (bronze), l'Américaine Wilma Rudolph (or) et l'Allemande Jutta Heine (argent), après la finale du 200 m féminin aux Jeux Olympiques de Rome en 1960.
De gauche à droite : La Britannique Dorothy Hyman (bronze), l'Américaine Wilma Rudolph (or) et l'Allemande Jutta Heine (argent), après la finale du 200 m féminin aux Jeux Olympiques de Rome en 1960.

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous vous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires. Aujourd'hui, les trois médailles d'or de Wilma Rudolph à Rome 1960.

Le contexte

Un jour, Wilma Rudolph apprend qu'elle ne pourra plus jamais marcher... avant de prouver que tout le monde avait tort.

L'enfance de Rudolph n'a pas été facile.

Née prématurément le 23 juin 1940 près de Clarksville, dans le Tennessee, elle était la vingtième enfant sur 22 dans sa famille. Dans sa jeunesse, elle est touchée par une pneumonie, la scarlatine et la polio. Cette dernière paralyse temporairement sa jambe gauche et l'oblige à porter une attelle.

En quête de soins médicaux, la mère de Rudolph a du conduire jusqu'à Nashville - un aller-retour de plus de 160 km - chaque semaine, pendant deux ans. De retour à la maison, les membres de la famille se relayaient pour lui masser la jambe plusieurs fois par jour.

« Mon médecin m'a dit que je ne marcherai plus jamais », écrit Rudolph dans son autobiographie. « Ma mère m'a dit que je le ferai. J'ai cru ma mère. »

Rudolph a fait des progrès jusqu'à surprendre ses médecins lorsqu'elle a recommencé à marcher sans aide à l'âge de 12 ans.

Suivant les traces de ses sœurs aînées, Rudolph a alors décidé de rejoindre l'équipe de basketball du collège.

Au début, elle ne joue pas, restant toujours sur le banc. Mais Rudolph ne se décourage pas et, après trois ans d'entraînement, devient titulaire dans l’équipe du lycée.

Elle finit par mener son équipe jusqu'au championnat de l'État du Tennessee.

Elle est alors remarquée par Ed Temple - considéré comme un pionnier de l'athlétisme féminin - qui entraînait l'équipe d'athlétisme de l'université de l'État du Tennessee.

Après avoir été invitée à participer à un stage d'entrainement d'été par Temple, Rudolph s'entraîne pendant une année réussit à rejoindre l'équipe d'athlétisme américaine pour les Jeux Olympiques de Melbourne en 1956.

Elle était la plus jeune membre de l'équipe américaine à seulement 16 ans, mais revient avec une médaille de bronze en relais 4 x 100 m.

L'arrivée du 100 m aux Jeux Olympiques de Rome avec Wilma Rudolph, remportant l'or et Dorothy Hyman, l'argent et l'Italienne G Leone, le bronze.
L'arrivée du 100 m aux Jeux Olympiques de Rome avec Wilma Rudolph, remportant l'or et Dorothy Hyman, l'argent et l'Italienne G Leone, le bronze.
Photo de Douglas Miller/Keystone/Getty Images

La finale

Mais c'est quatre ans plus tard, à Rome 1960, que Rudolph a gravé son nom dans les livres d'histoire.

Les Jeux eux-mêmes ont été les premiers à passer a la télévision, mais personne n'aurait pu savoir ce à quoi ils allaient assister.

Sur huit jours, Rudolph allait courir neuf courses.

En demi-finale du 100 m, Rudolph égale le record du monde en réalisant un temps de 11 s 3, avant de remporter l'or en finale avec un temps de 11 s (le record du monde n'a pas été validé à cause du vent trop important).

Trois jours plus tard, la jeune femme de 20 ans a remporté une autre médaille d'or - et un record du monde officiel - sur 200 m.

Mais sa course la plus incroyable a eu lieu le 8 septembre 1960, dans le relais 4 x 100 m.

L'équipe a battu un record du monde en demi-finale et tout le monde attendait l'équipe américaine - composée de Barbara Jones, Lucinda Williams, Martha Hudson et Rudolph - remporter l'or dans la chaleur torride de Rome (43°C).

Rudolph a failli lâcher le témoin, mais déterminée à remporter la course - et pour rendre hommage à son idole Jesse Owens - elle a passe l'équipe allemande pour l'emporter de justesse.

Rudolph est entrée dans l'histoire en devenant la première femme américaine à remporter trois médailles d'or en athlétisme lors d'une même édition des Jeux.

L'incroyable histoire de Wilma Rudolph
01:00

Les conséquences

Après son succès à Rome, Rudolph a été accueillie en héros dans sa ville natale de Clarksville. Malgré le contexte de l'époque, ce défilé deviendra le premier événement où population noire et blanche se réunissent.

L'année suivante, Rudolph est invitée à participer à diverses compétitions d'athlétisme, dont le Los Angeles Invitational, mais le moment le plus marquant se déroulera lors des Jeux de Millrose, où elle devient la première femme à participer à cette compétition, auparavant réservée uniquement aux hommes.

La double olympienne s'est retirée en 1962 - à 22 ans seulement - avec les records du monde du 100 m, 200 m et relais 4 x 100 m.

Elle est retournée dans l'État du Tennessee pour reprendre ses études où elle a obtenu sa licence pour être professeur l'année suivante.

Rudolph a été intronisée au National Track and Field Hall of Fame en 1980, ainsi qu'au Women's Sports Foundation Hall of Fame, au Black Athletes Hall of Fame et au U.S. Olympic and Paralympic Hall of Fame. Un an plus tard, elle a créé la Wilma Rudolph Foundation, qui met en place des programmes d'athlétisme communautaires, ainsi que du suivi et soutien scolaire.

En juillet 1994, après être retournée dans son État d'origine, Rudolph a été diagnostiquée d'un cancer du cerveau et de la gorge. Elle est décédée le 12 novembre 1994 à l'âge de 54 ans.