Le week-end des olympiens : médailles pour les judoka Khyar et Bouda et dix lutteurs tunisiens qualifiés pour Tokyo 2020

Tokyo, JAPON - 25 août 2019 : Le Japonais Naohisa Takato (en blanc) contre le Français Walide Khyar lors des Championnats du monde de judo 2019.
Tokyo, JAPON - 25 août 2019 : Le Japonais Naohisa Takato (en blanc) contre le Français Walide Khyar lors des Championnats du monde de judo 2019.

Le week-end sportif était chargé, et les athlètes francophones ont brillé. Retour sur les épreuves internationales de disciplines olympiques des derniers jours. Au programme : judo, lutte et rugby.

Judo : belle opération pour le judo masculin avec Walide Khyar et Romaric Bouda

L’équipe de France de judo masculin a fait le déplacement en Turquie ce week-end, pour le Grand Slam d’Antalya du 1er au 3 avril, et les -60 kg ont été au rendez-vous. Deux médailles françaises ont été remportées dans cette catégorie.

Le judoka de 25 ans Walide Khyar (17e mondial) est reparti avec la médaille d’argent, avec une journée de combats maîtrisée avant de ressentir une blessure à la cheville en demi-finale. Le champion d’Europe 2016 s’est finalement incliné en finale contre le Belge Jorre Verstraeten, 16e mondial. Une médaille d’argent importante pour Khyar, qui sera à la bataille pour la sélection olympique avec Luka Mkheidze, 20e mondial.

Le Français Romaric Bouda a quant à lui remporté sa deuxième médaille sur le circuit IJF World Tour, avec le bronze en battant le Turc Salih Yildiz lors de son dernier combat.

À noter que la délégation féminine n’était pas présente à Antalya, et que la sélection olympique sera annoncée demain, mardi 6 avril, à midi par Stéphane Nomis, président de la Fédération française de judo, Frédérique Jossinet, vice-présidente en charge du haut niveau, ainsi que Larbi Benboudaoud, directeur de la haute performance.

La décla du médaillé de bronze en -60 kg, Romaric Bouda :

La journée n’était pas facile mais j’ai réussi à rester concentré jusqu’à la fin, ce qui m’a permis de repartir avec le bronze.

Les judokas qualifiés pour Tokyo 2020

Lutte : Dix lutteurs tunisiens et six lutteurs algériens qualifiés pour Tokyo 2020

Le tournoi de qualification olympique (TQO) de lutte pour l’Afrique et l’Océanie a eu lieu ce week-end, du 2 au 4 avril, à Hammamet en Tunisie, et les locaux ont réussi leur pari.

Sur les 18 lutteurs en lice pour une qualification olympique, plus de la moitié est donc repartie de la compétition avec son billet pour les Jeux de Tokyo 2020, qui se dérouleront en 2021. 

La médaillée de bronze de Rio 2016 Marwa Amri, qui a remporté la première médaille olympique de son pays en lutte chez les 58 kg, a logiquement remporté sa catégorie ce week-end, cette fois-ci en 62 kg. 

Quant à l’Algérie, qui sera en quête d’une première médaille olympique dans la discipline, elle a qualifié six lutteurs pour les prochains JO.

La décla du DTN tunisien Ahmed Khédhri, en amont du TQO, à lapresse.tn.

Nous participerons au TQO et aux Championnats d’Afrique avec 18 lutteurs à raison de 6 athlètes dans les trois spécialités (lutte libre, lutte gréco-romaine et lutte féminine). Ils seront bien préparés. Ils sont en mesure de s’imposer.

Les lutteurs africains francophones qualifiés pour Tokyo 2020

  • Libre : Abdelhak Kherbache (57 kg - Algérie), Adama Diatta (65 kg - Sénégal), Haithem Dakhlaoui (65 kg - Tunisie), Fateh Benferdjallah (86 kg - Algérie), Mohamed Saadaoui (97 kg - Tunisie), Mohammed Fardj (97 kg - Algérie).
  • Greco-romaine : Abdelkarim Fergat (60 kg - Algérie), Souleymen Nasr (67 kg - Tunisie) , Abdelmalek Merabet (67 kg - Algérie), Lamjed Maafi (77 kg - Tunisie), Zied Ait Ouagram (77 kg - Maroc), Bachir Sid Azara (77 kg - Algérie), Adem Boudjemline (97 kg - Algérie), Haikel Achouri (97 kg - Tunisie), Amine Guennichi (130 kg - Tunisie).
  • Féminine : Sarah Hamdi (50 kg - Tunisie), Siwar Bouseta (57 kg - Tunisie), Marwa Amri (62 kg - Tunisie), Zeineb Sghaier (76 kg - Tunisie).

Rugby : les équipes de France performantes avant le TQO

Un an après la dernière compétition, les rugbymen français ont repris du service à Dubaï, à l’occasion du Emirates Invitational 7’s, du 2 au 3 avril. Les Françaises ont également participé au tournoi, un peu plus d’un mois après avoir terminé à la deuxième place du Tournoi de Madrid.

Les hommes ont terminé à la deuxième place aux Émirats arabes unis, s’inclinant en finale contre l’Argentine (7-19). Lors des Jeux de Rio 2016, qui accueillaient la première épreuve olympique de rugby à 7, ces deux nations ont été éliminées en quart de finale.

Quant aux femmes, deux équipes étaient présentes. La première a terminé à la troisième place et la seconde à obtenu la cinquième place. L'équipe première des Bleues est la seule formation à avoir battu le Canada, victorieuse du tournoi et médaillée de bronze à Rio 2016.

Un tournoi qui a servi de répétition au tournoi de qualification olympique (TQO), qui se déroulera à Monaco les 19 et 20 juin prochains, où les équipes de France de rugby féminin et masculin tenteront de remporter leur billets pour Tokyo 2020.

La décla du capitaine des Bleus Jean-Pascal Barraque

[Ces tournois sont une bonne manière de se] jauger à deux mois du TQO. Avoir de la compétition avant de connaître le couperet permet de s’évaluer et de connaître les pistes à travailler avant d’aller à Monaco.

Les qualifiés français en rugby

  • Les équipes masculines et féminines tenteront de se qualifier pour Tokyo 2020 lors du TQO, les 19 et 20 juin à Monaco