Les volleyeuses légendaires de Cuba aux trois médailles d'or consécutives

La Cubaine Marleny Costa sourit après avoir battu la République populaire de Chine et remporté la médaille d'or en volleyball féminin aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.
La Cubaine Marleny Costa sourit après avoir battu la République populaire de Chine et remporté la médaille d'or en volleyball féminin aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.

Au cours de l’histoire des Jeux Olympiques, certaines équipes ont tellement marqué leur sport de leur empreinte qu'elles peuvent être décrites comme invincibles. Tokyo 2020 revient sur les histoires de ces équipes inoubliables, ainsi que sur les joueurs qui les composent. Dans cet épisode, nous vous proposons de revenir sur l'équipe féminine de volleyball cubain qui a remporté trois médailles d'or et deux titres mondiaux en moins d'une décennie.

Le contexte

L'équipe féminine cubaine de volleyball avait déjà enchanté ses fans lors de ses débuts olympiques avec une sixième place à Munich en 1972. Elles ont terminé à la même place lors des deux éditions suivantes, mais le véritable âge d’or du volleyball cubain a commencé en 1978, lorsqu’elles ont remporté les Championnats du monde.

Le monde entier a été impressionné par le charisme de cette équipe et les a ainsi surnommé Las Morenas Del Caribe (Les filles des Caraïbes).

Suite à cette glorieuse victoire, le gouvernement cubain a décidé de sponsoriser l’équipe qui était à présent sur le chemin vers la gloire.

Cependant, comme Cuba n’a envoyé aucun sportif aux Jeux Olympiques de 1984 et 1988, leur vraie période de domination n’a pu commencer qu’à Barcelone 1992.

Les volleyeuses cubaines célèbrent leur victoire contre la Fédération de Russie 3-2 en finale des Jeux Olympiques de Sydney en 2000.
Les volleyeuses cubaines célèbrent leur victoire contre la Fédération de Russie 3-2 en finale des Jeux Olympiques de Sydney en 2000.
Photo de Scott Barbour/ALLSPORT

Leur plus grandes victoires

Sur le terrain, l’équipe déployait un jeu agressif avec un fort tempérament. Mais surtout, elles détestaient perdre. C’était la combinaison parfaite pour créer une équipe invincible qui allait remporté trois médailles d’or olympiques d’affilée.

« Notre motivation pour gagner, c’était notre pays. Les Cubains adorent le sport et nos victoires leur ont procuré beaucoup de joie », explique Regla Torres, membre de Las Morenas Del Caribe, en repensant à cet exploit.

Avec la volonté d'être la fierté de leur pays, l’équipe est arrivée à Barcelone en 1992 armée d'une envie de gagner à toute épreuve. Perdre n'était pas une option.

Et elles ont accompli cette mission avec brio. Elles ont remporté le tournoi sans perdre un seul match, y compris la finale en quatre sets contre les États-Unis.

Atlanta 1996

Après leur victoire à Barcelone, Cuba a dominé le volleyball féminin, remportant l’or aux Championnats du monde 1994 et la Coupe du monde 1995.

Elles sont donc arrivées aux Jeux Olympiques d’Atlanta avec le statut d’équipe à battre. Le noyau dur de l’équipe était identique à la formation victorieuse de Barcelone, mais avec plus de maturité.

Toutefois, les Cubaines n’ont pas eu le départ fluide qu’elles espéraient. Elles se sont successivement inclinées face à la Fédération de Russie et au Brésil en phase de poule.

Mais elles voulaient prendre leur revanche.

Elles croiseront de nouveau les brésiliennes lors des demi-finales, un match qui avait tour l'air d'une finale. « Ce match est devenu plus important que la finale. Vingt ans après, les gens en parlent encore. C’était un match très compliqué parce que les deux équipes étaient au coude à coude » se souvient Regla Torres.

Mais finalement, Cuba l'a emporté, s’offrant une place en finale contre la République populaire de Chine. Leurs adversaires n'ont pas réussi à mettre fin à l'histoire d'amour entre Las Morenas del Caribe et la médaille d'or olympique.

Les incroyables 'Filles des Caraïbes' de Cuba | Arriba Cuba
13:13

La sélection nationale de volley a dominé la dernière décennie du 20ème siècle jusqu'à devenir un symbole des femmes cubaines.

Sydney 2000

Une fois encore, les Cubaines ont battu toutes les équipes qui se sont présentées face à elles sur la route qui les menait aux Jeux Olympiques.

Néanmoins, Sydney 2000 n’a pas été un long fleuve tranquille pour Cuba.

Menées sur les deux premiers sets de la finale face à la Fédération de Russie, Las Morenas del Caribe ne pouvaient pas perdre. Elles avaient rendez-vous avec l’histoire. Après avoir remporté une troisième médaille d'or, elles ont été rebaptisées les Filles spectaculaires des Caraïbes.

Les joueuses clés

« J’ai fini par connaître chacune d’entre elles si profondément. Je rêvais d’elles. Je pleurais et je riais avec elles. Il n’y a pas de mot pour décrire ce que j’ai ressenti en tant que capitaine de cette équipe », avoue Mireya Luis, en faisant remarquer qu'elles formaient une famille et que tous ses membres étaient importants.

Cependant, Luis était l’une des joueuses les plus remarquables. Aujourd'hui encore, la capitaine des Filles des Caraïbes est considérée comme l'une des plus grandes attaquantes de tous les temps.

Luis est l’une des huit volleyeuses ayant participé aux trois conquêtes olympiques. À ses côtés, Ana Ibis Fernández, Idalmis Gato, Lily Izquierdo, Marlenis Costa, Regla Torres, Regla Bell et Raisa O’ Farril.

Regla Torres a également été une joueuse décisive pour Cuba. Avec une attaque incroyable et des blocs fulgurants, elle représentait la joueuse parfaite. En 2001 la Fédération internationale de volleyball l'a même sacrée meilleure joueuse du XXe siècle.

Une autre volleyeuse de l’équipe a reçu un titre similaire. Eugenio George a été nommée meilleure entraîneure du siècle, pour avoir mené cette équipe à Barcelone, Atlanta et Sydney avec son assistant Ñico Perdomo.

George est décédé en 2014 des suites d’une longue maladie. Surnommé « le Professeur », il est considéré comme un pionnier, à l’origine du développement du volleyball à Cuba et son héritage ne sera jamais oublié.

La joueuse cubaine Regla Bell #8 en pleine action lors du tournoi olympique de volleyball féminin à Sydney 2000.
La joueuse cubaine Regla Bell #8 en pleine action lors du tournoi olympique de volleyball féminin à Sydney 2000.
Photo de Doug Pensinger/Getty Images

La suite de l’histoire

Les Filles des Caraïbes sont devenues le symbole de la force de Cuba et de l’émancipation des femmes. « Nous sommes devenues des modèles en tant que femmes et en tant qu’équipe, » explique la triple championne olympique Marlenis Costa.

Cette force se voyait au travers de toute la férocité qu’elles déployaient sur le terrain. Elles faisaient clairement comprendre à leurs adversaires qu’elles allaient gagner, comme s’il n’y avait pas d’autre option et qu’aucuns rivaux n’étaient suffisamment forts pour les battre. Et Cuba continue de transmettre cet esprit de combat aux jeunes générations.

Cependant, depuis cette époque, l'équipe nationale féminine de Cuba n'a plus jamais été la même.

Bien qu'elle ait remporté la médaille de bronze à Athènes 2004, elle n'a plus gagné de médaille olympique depuis et n'est pas parvenue à se qualifier pour Londres 2012, Rio 2016 et Tokyo 2020.

Mais si leur héritage ne se reflète plus sur la scène olympique, l'influence qu'elles exercent est intangible. Las Morenas Del Caribe vivront à jamais dans l'histoire des Jeux Olympiques.

« Cette équipe devrait vivre dans le cœur de tous ceux qui aiment le volleyball. Nous voulons juste qu'on se souvienne de nous comme les Filles des Caraïbes - les grandes championnes que nous sommes devenues. »