Viktor Axelsen : Un danois passionné de mandarin

Le Danois Viktor Axelsen après sa victoire contre le Britannique Rajiv Ouseph lors du quart de finale du tournoi de badminton de Rio 2016.
Le Danois Viktor Axelsen après sa victoire contre le Britannique Rajiv Ouseph lors du quart de finale du tournoi de badminton de Rio 2016.

Si vous jetez un oeil sur les réseaux sociaux de Viktor Axelsen, vous verrez deux choses : ses entraînements quotidiens et des challenge de virelangues en… chinois !

Le joueur de badminton danois, qui a remporté l’Open d’Angleterre en mars dernier, a passé la plupart de son temps chez lui, à Copenhague. 

Dans le confinement, Axelsen voit une opportunité d’améliorer son niveau de mandarin. Quasiment toutes les semaines, il poste une vidéo dans laquelle il salue ses followers et tente de prononcer ces exercices d’élocution, également difficiles pour des natifs.

Axelsen a commencé son apprentissage du chinois en 2014. À l’origine, c’était pour rire. Il se disait que le mandarin pourrait l’aider à devenir meilleur en badminton. Mais finalement, il s’y est consacré avec sérieux cette langue l’a influencé, sur et en dehors du court. 

« Je ne mesure pas combien le mandarin m’a aidé sur le court. Je crois que la chose la plus importante a été de pouvoir parler avec plusieurs joueurs. Surtout les joueurs chinois, pour savoir comment il s’y prennent » a-t-il expliqué dans l’interview. 

« Et bien sûr, cela me fait penser que ce que je fais est la bonne chose. On peut apprendre des choses des joueurs chinois. »

Il reconnaît également que le mandarin lui a ouvert des portes dans certains événements et permis de décrocher des sponsors.

Viktor Axelsen (en blanc) et le Chinois Dan Lin se serrent la main après le match pour la médaille de bronze des Jeux de Rio 2016, remporté par le Danois.
Viktor Axelsen (en blanc) et le Chinois Dan Lin se serrent la main après le match pour la médaille de bronze des Jeux de Rio 2016, remporté par le Danois.
2016 Getty Images / Sean M. Haffey

Grâce à son niveau de mandarin, il a séduit beaucoup de Chinois, où le badminton est très populaire. Après sa victoire contre LIN Dan dans le match pour la médaille de bronze aux Jeux de Rio 2016, il a répondu à une interview pour China Central Television dans un mandarin limpide.

Cette vidéo est devenue virale en Chine.

Il compte désormais 436 000 followers sur la plateforme de micro-blogging chinoise Weibo. Les fans chinois lui préfèrent son nom adoptif en mandarin : An Sai Long, un surnom donné par son professeur de mandarin qui signifie « dragon calme et compétitif ».

De gauche à droite : Le médaillé d’argent malaisien Chong Wei Lee, le médaillé d’or chinois Long Chen et le médaillé de bronze danois Viktor Axelsen sur le podium de badminton aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
De gauche à droite : Le médaillé d’argent malaisien Chong Wei Lee, le médaillé d’or chinois Long Chen et le médaillé de bronze danois Viktor Axelsen sur le podium de badminton aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
2016 Getty Images / Sean M. Haffey

L’actuel numéro 4 mondial a développé des relations amicales avec plusieurs athlètes de différents pays. Il a récemment pris part à un Direct Instagram avec le joueur malaisien Lee Chong Wei. Pendant la conversation, les deux rivaux ont discuté de leur vie respective pendant le confinement, de leur famille, de leur santé et de cuisine. 

« Lorsque l’on est sur la route, on voyage beaucoup, et on entend plein de différentes langues. Je trouve ça intéressant, c’est quelque chose que l’on peut apprendre sur la route » a expliqué Axelsen, ajoutant qu’il adorait apprendre de nouvelles langues.

Consultez cette vidéo pour écouter Axelsen parler mandarin. Il parle également de son histoire avec entraîneur chinois. C

Le Danois Viktor Axelsen peut parler trois langues. Lesquelles selon vous ?