Une coupe du monde prolifique pour les Français

Windsor, ANGLETERRE - 11 août 2012 : Le Français Maxime Beaumont (en premier plan) lors de l’épreuve de kayak 200 m (K-1 200 m) des Jeux Olympiques de Londres 2012.
Windsor, ANGLETERRE - 11 août 2012 : Le Français Maxime Beaumont (en premier plan) lors de l’épreuve de kayak 200 m (K-1 200 m) des Jeux Olympiques de Londres 2012.

La ville de Szeged en Hongrie accueillait l’unique étape de Coupe du monde de canoë sprint de la saison 2020 et les équipages français ont été performants, avec notamment le vice-champion olympique Maxime Beaumont en or.

Il ne fallait pas la manquer. L’unique compétition internationale de canoë de la saison se déroulait ce week-end, sur le bassin de Szeged en Hongrie, et l’équipe de France s’est illustrée avec trois médailles dont deux en or.

Si les bateaux monoplaces n’ont pas remporté de médailles lors des premiers jours de compétition, les équipages se sont illustrés le dernier jour, ce dimanche 27 septembre.

Le changement qui paie

Maxime Beaumont, vice-champion olympique de Rio 2016 en kayak monoplace sur 200 m (K-2 200 m) faisait partie de l’équipage de kayak à quatre sur 500 m (K-4 500 m) qui a remporté la médaille d’or devant l’Ukraine. Avec Guillaume Burger, Guillaume Le Floch Decorchemont et Francis Mouget, le bateau français s’est imposé avec un peu plus d’un mètre et une demi-seconde d’avance.

L’année dernière, la même équipe disputait la Coupe du monde mais dans un ordre différent. Un choix qui a payé, selon l’entraîneur national Jean-Pascal Crochet.

« On a aligné le même équipage que l'an dernier, mais en modifiant l'ordre pour essayer d'améliorer encore un peu les choses », confie-t-il au journal l’Équipe. « L'an dernier, nous avions peut-être un peu trop orienté la préparation vers le 200 m. Cette fois, nous avons voulu corriger ça. Et puis, le travail des équipiers paye aussi. »

L’expérience et la jeunesse argentée

Chez les femmes, le K-4 500 m a également réalisé une superbe finale en terminant deuxième, une demi-seconde derrière les Russes qui ont décroché l’or. Les expérimentées Léa Jamelot et Manon Hostens emmenaient le bateau en compagnie de Margaux Maillet et de la jeune Vanina Paoletti, en l’absence de la championne d’Europe du K-2 500 m Sarah Guyot, qui ressentait des douleurs au dos.

View this post on Instagram

Coupe du monde de Szeged, dernière échéance inespérée de cette saison 2020 pleine de rebondissements ! J'ai pris énormément de plaisir à courir sur cette compétition, au sein de la grosse et belle délégation française, et je mesure la chance que nous avons eu d'avoir l'opportunité de vivre des courses internationales dans le contexte actuel. En K1 200m, je réalise trois courses pleines, pour terminer à la 8ème place de la finale, juste derrière Vanina (bravo !). Je suis satisfaite de la réalisation mentale et technique de ces courses qui dégagent des axes de progrès à travailler. En K4, après l'arrivée de Vanina et le forfait de Sarah remplacée par Margot, c'était un K4 remodelé, mais surtout un nouveau challenge de construire ensemble sur la série pour bien s'exprimer en finale. Et bordel ce que c'est bon de remonter sur un podium international et de se serrer dans les bras (oupss pour le covid) pour fêter ensemble cette belle médaille d'argent. Alors bien sur elle est à relativiser vis à vis de la concurrence en présence mais on ne va pas bouder notre plaisir ! Merci Manon, Vanina, Margot pour cette belle déchire commune. Merci Fred de nous accompagner quel que soit le challenge. Mais aussi merci Sarah, d'avoir été notre première supportrice ce week-end. Rétablis toi bien, on a besoin de toi dans la team 🤩🇨🇵 Enfin en K2 mixte, inscription de dernière minute, je me suis éclatée à courir avec et derrière Franck ! Le 200m avec un sprinter, ça envoie et faut suivre mais sensations assurées à la clé ! Pour une première, j'étais super contente qu'on parvienne à se hisser en finale et qu'on passe la ligne en 6ème position. En bref, du kiff, du bonheur et une médaille, ça fait du bien au moral ! Maintenant place à un peu de vacances avant d'attaquer la saison olympique 🤞 @jantexpaddles @plastex_boats @ceramiq_wear @ff_canoekayak @pole_france_ck_toulouse

A post shared by Léa Jamelot (@lea_jamelot) on

L’or pour Carré-Hubert

Après une médaille de bronze lors des Championnats du monde 2019, le kayak biplace composé de Cyrille Carré et Etienne Hubert a remporté la médaille d’or sur le K-2 1000 m. Un résultat plus qu’encourageant en vue des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

« Ce que Cyrille Carré et Etienne Hubert ont fait est intéressant », estime l’entraîneur des Bleus. « L'an dernier, ils s'étaient classés troisièmes aux Mondiaux. Donc on sait qu'ils ont leur place parmi les meilleurs mondiaux, mais ce très bon résultat intervient dans une saison particulièrement compliquée. »

Objectif final : « Tokyo 2020 »

Un bilan plutôt positif pour cette unique étape de Coupe du monde de la saison. Les athlètes français ont eu l’occasion de se tester contre l’élite du canoë mondial après une période compliquée. Pour Crochet, cette compétition est encourageante en vue de l’objectif final, dans un peu moins d’un an.

« On manque un peu de résultats en monoplace, mais l'équipe de France est présente », assure-t-il.

« L'objectif reste l'or aux JO de Tokyo l'an prochain. »