Une cérémonie d'ouverture gravée dans l'histoire des Jeux

Yoshinori Sakai, né à Hiroshima le jour où la première bombe atomique a dévasté la ville, avec la flamme olympique dans le stade principal de Tokyo lors de l'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo 1964.
Yoshinori Sakai, né à Hiroshima le jour où la première bombe atomique a dévasté la ville, avec la flamme olympique dans le stade principal de Tokyo lors de l'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo 1964.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans cet épisode, revenons sur la cérémonie d'ouverture, qui a eu lieu ce jour-là, le 10 octobre 1964.

Il y a 56 ans jour pour jour (le 10 octobre 1964), la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 a eu lieu - la toute première fois que les Jeux se sont déroulés dans une ville asiatique. Une cérémonie particulière de Jeux particuliers, symboliques de l'avant et l'après d'une nation qui renaissait des cendres de la Seconde Guerre mondiale pour devenir une grande puissance économique.

Ce fut également les premiers Jeux Olympiques télévisés en couleur et diffusés en direct, par satellite, pour le public nord-américain et européen, permettant à des dizaines de milliers de personnes de profiter du spectacle.

Sous un magnifique ciel bleu d'automne, la cérémonie a été riche de moments palpitants.

« Les préparatifs de la cérémonie d'ouverture se sont achevés à 13h30 et le prélude olympique a commencé à 13h50 : le drapeau olympique, et ceux des nations participantes ont été hissés sur les hampes entourant le stade », lit-on dans le rapport officiel.

« Accompagné par de la musique électronique, Sa Majesté impériale est arrivée au stade pour s'installer dans la loge royale, restant un moment debout alors qu'était joué l'hymne national du Japon. »

La nageuse britannique Anita Lonsbrough, médaillée d'or, porte le drapeau de l'Union Jack lors de la cérémonie d'ouverture au stade national des Jeux Olympiques de Tokyo 1964.
La nageuse britannique Anita Lonsbrough, médaillée d'or, porte le drapeau de l'Union Jack lors de la cérémonie d'ouverture au stade national des Jeux Olympiques de Tokyo 1964.
Photo de Keystone/Getty Images

93 pays représentés

L'un des moments forts de la cérémonie a été le défilé des nations. À 14 heures, la première délégation - la Grèce - a foulé la piste du stade olympique pour le plus grand plaisir des 83 000 spectateurs.

La plupart des athlètes portaient des uniformes ordinaires ; les délégations africaines portaient leur tenue traditionnelle, et les délégations allemandes, américaines et soviétiques se sont distinguées par leur taille, les États-Unis et l'URSS entrant dans le stade l'un après l'autre (par ordre alphabétique). La délégation japonaise, entièrement vêtue de rouge, est arrivée en dernier sous un tonnerre d'applaudissements.

Au total, quelque 5 700 athlètes et officiels se sont alignés sur la pelouse au centre du stade, représentant 93 nations dont 16 pays faisaient leur première apparition aux Jeux Olympiques.

Debout sur un podium blanc en face de la tribune officielle, le président du comité d'organisation de Tokyo 1964, YASUKAWA Daigoro, a prononcé un discours de bienvenue et évoqué le 70e anniversaire du Comité International Olympique.

Le président du CIO, Avery Brundage, s'est ensuite adressé au monde entier : « Le Mouvement olympique, avec ses 118 comités olympiques nationaux, a maintenant jeté un pont sur tous les océans et les Jeux Olympiques sont enfin ici en Asie, prouvant qu'ils appartiennent au monde entier. »

Il a conclu son discours en japonais : « Je suis honoré d'inviter Sa Majesté impériale l'Empereur du Japon à déclarer ouverts les Jeux de la XVIIIe Olympiade », et l'Empereur Hirohito a officiellement ouvert les Jeux.

Sakai Yoshinori à Tokyo 1964

Le bébé d'Hiroshima

L'hymne olympique a été interprété alors que le drapeau blanc et ces cinq anneaux emblématiques a été porté dans le stade par les membres de la force d'autodéfense maritime japonaise. Le drapeau a ensuite été hissé sur un mât de 15,21 m de haut.

Le maire de Rome - ville hôte des précédents Jeux Olympiques en 1960 - s'est tenu devant le podium avec un drapeau olympique brodé avant de le remettre au gouverneur de Tokyo. Une salve de canons a été tirée et des milliers de ballons multicolores ont été lâchés dans le ciel.

Parmi les moments les plus mémorables, on peut citer l'allumage du chaudron olympique, geste symbolique de paix et d'espoir.

Le dernier porteur de la flamme était SAKAI Yoshinori, un coureur japonais né le 6 août 1945 et surnommé le « bébé d'Hiroshima », entré dans le stade en portant la flamme. Les athlètes qui s'étaient rassemblés sur la pelouse du stade se sont écartés pour former une haie d'honneur.

Sakai a couru les 163 marches jusqu'au chaudron olympique, qu'il a allumé, avec un sourire radieux, à 15 heures 3 minutes et 3 secondes exactement.

Yoshinori Sakai, porteur de la flamme olympique, monte les marches pour allumer le chaudron olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'été au Stade national olympique de Tokyo, le 10 octobre 1964.
Yoshinori Sakai, porteur de la flamme olympique, monte les marches pour allumer le chaudron olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'été au Stade national olympique de Tokyo, le 10 octobre 1964.
Photo de Keystone/Hulton Archive/Getty Images

Les anneaux olympiques dans le ciel d'automne

La star japonaise de gymnastique artistique ONO Takashi, 12 fois médaillé olympique et quatre fois champion (entre Helsinki 1952 et Rome 1960), a prononcé le serment olympique au nom des athlètes, après l'envol de 8 000 pigeons dans le ciel, Les mots « Citius, Altius, Fortius » ont été affichés sur le tableau d'affichage ultramoderne pour l'époque qui dominait les tribunes.

La cérémonie s'est terminée par le survol du stade par cinq avions de chasse pour former les anneaux olympiques dans le ciel d'automne.

Après une cérémonie émouvante, deux semaines d'action et d'émotion - pour le Japon et le monde entier - ont suivi.

Tokyo, JAPON - 10 octobre 1964 : Le président du Comité International Olympique Avery Brundage aux côtés du président du Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo Daigoro Yasukawa lors de la cérémonie d'ouverture des XVIIIe Jeux Olympiques.
Tokyo, JAPON - 10 octobre 1964 : Le président du Comité International Olympique Avery Brundage aux côtés du président du Comité d'organisation des Jeux Olympiques de Tokyo Daigoro Yasukawa lors de la cérémonie d'ouverture des XVIIIe Jeux Olympiques.
Photo de Central Press/Getty Images