Un héros de l'ombre : Nico Kanning, partenaire d'entraînement de Teddy Riner

Rio de Janeiro, BRÉSIL - 12 août 2016 : Teddy Riner lors d’un combat contre l’Israélien Or Sasson dans la catégorie +100 kg des Jeux Olympiques de Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL - 12 août 2016 : Teddy Riner lors d’un combat contre l’Israélien Or Sasson dans la catégorie +100 kg des Jeux Olympiques de Rio 2016.

Ce Berlinois d'origine travaille avec le champion olympique français de judo depuis 2014.

Comment un multiple champion olympique et mondial de judo tel que Teddy Riner peut-il encore s'améliorer ?

Derrière chaque athlète se trouve une équipe de héros méconnus, et dans le cas du judoka français, elle comprend son partenaire d'entraînement à plein temps, Nico Kanning.

Ce Berlinois de 36 ans et s'entraîne avec Teddy Riner à Paris, et voyage avec lui lors pour les compétitions.

« Nous nous voyons plus souvent que nos familles respectives », a déclaré Nico Kanning au quotidien allemand Maarkische Allgemeine.

Un pied dans le rugby

Kanning a mis un terme à sa carrière de judoka de haut niveau en 2009, à l'âge de 25 ans, en décidant de s'installer à Paris pour rejoindre sa compagne Lucie Louette, elle-même championne de France qui remportera l'or européen en 2013.

Il a fini par pratiquer ce sport une ou deux fois par semaine dans sa nouvelle ville, tout en jouant au rugby semi-professionnel comme pilier. Il a été sélectionné deux fois en sélection allemande pour en 2010 et 2011, et il semblait avoir laissé derrière lui son ancienne vie de judoka.

Mais Riner, déjà quadruple champion du monde, avait besoin de quelqu'un avec qui s'entraîner. « Il n'avait pas de partenaire de randori, se rappelle Kanning, utilisant le terme japonais pour les combats d'entraînement. « Je n'étais là que pour tomber, mais c'était une occasion unique que je ne pouvais pas refuser », a déclaré Kanning.

Au début, le duo faisait des séances techniques deux fois par semaine, mais « ça a tellement bien marché qu'il voulait m'avoir avec lui en permanence », et Kanning a rejoint l'équipe Riner à plein temps en 2014.

Lors de ces séances de randori, Kanning, qui pèse environ 120kg, est projeté par Riner au tapis jusqu'à 70 fois par séance. Et les choses deviennent compétitives. « Peu importe que ce soit un Uno (le jeu de cartes), du foot ou un blind-test. Il est extrêmement ambitieux et veut toujours gagner ».

La défaite, une affaire personnelle

Riner, qui a remporté l'or olympique à Londres 2012 et à Rio 2016, ambitionne de devenir le premier judoka à remporter trois tournois olympiques poids lourds d'affilée.

Cependant, cette longue série d'invincibilité a été interrompue en février lorsque le Français a finalement été battu après 154 victoires consécutives en dix ans. Un résultat qui a laissé Kanning se remettre en question, lui aussi.

« Je me suis demandé si j'avais tout bien fait dans la préparation, si j'étais assez en forme. Ma compétition est en quelque sorte la séance d'entraînement. Si je ne suis pas assez en forme, je ne peux pas suivre Teddy et je ne peux pas l'aider ».

Dans ce but, Kanning guette également les adversaires de Riner pour les imiter lors des séances d'entraînement et de combat, allant jusqu'à devenir ambidextre, et laisse Teddy pratiquer sur lui ses techniques de projection.

« Je le fais, de manière à ce qu'il ne remarque rien, afin qu'il puisse prendre confiance en lui. Si cela est payant en compétition, c'est encore mieux ».

Ce sport représente l'avenir de Kanning, puisque l'Allemand a créé un club de judo à Paris. Il a l'intention de devenir entraîneur.

« Je connais la routine de Teddy sur le bout des doigts. C'est incroyable ce que j'ai appris de lui au fil des années ».