Tcheuméo et Buchard réussissent leur retour à Budapest

La Française Audrey Tcheuméo (à gauche) est opposée à sa compatriote Fanny-Estelle Posvite en finale de la catégorie -78 kg du Grand Slam de Budapest 2020.
La Française Audrey Tcheuméo (à gauche) est opposée à sa compatriote Fanny-Estelle Posvite en finale de la catégorie -78 kg du Grand Slam de Budapest 2020.

Le Grand Slam de Budapest symbolisait le retour du World Tour de judo ce week-end, et les Français ont terminé avec sept médailles dont deux en or. Audrey Tcheuméo a remporté la catégorie -78 kg et Amandine Buchard a survolé les -52 kg. Chez les lourds, la Fédération de Russie a fait forte impression en l’absence de Teddy Riner.

Une délégation de 21 judokas français avait fait le déplacement en Hongrie pour participer au Grand Slam de Budapest, après huit mois sans compétition. L’équipe de France, qui avait terminé deuxième au classement des médailles en judo à Rio 2016, derrière le Japon, est repartie avec 7 médailles.

« On est bien-sûr satisfaits des résultats de notre Equipe de France, a déclaré le directeur des équipes de France Stéphane Traineau, double médaillé de bronze chez les -100 kg à Atlanta 1996 et Sydney 2000. « C’est un bon bilan niveau comptable avec 2 médailles d’or, 3 en argent et 2 en bronze. »

Un résultat très honorable dans ce tournoi de haut niveau, où la Fédération de Russie a terminé avec 10 médailles dont cinq en or alors que le Japon, la République populaire de Chine et la République de Corée n’étaient pas représentées ce week-end à Budapest.

L’ensemble des participants et des dirigeants ont par ailleurs souligné la qualité de l’organisation qui a oeuvré à respecter les conditions de sécurité pour que le tournoi se déroule correctement dans ce contexte de crise sanitaire.

Buchard au dessus

Côté français, les filles ont une nouvelle fois fait forte impression, avec notamment Amandine Buchard qui a survolé sa catégorie des -52 kg. La médaillée de bronze aux Championnats du monde 2018 a remporté ses trois combats par ippon, ne laissant aucune chance à ses adversaires. Elle décroche sa troisième médaille d’or en Grand Slam, après Bakou et Osaka en 2019, et retrouve la place de numéro 1 mondiale.

« Je suis très heureuse d’avoir pu remporter le Grand Slam de Budapest », a-t-elle déclaré sur son compte Instagram. « Ce n’était pas une journée facile, je n’avais pas combattu depuis huit mois et j’avais perdu mes habitudes de voyage, de préparation de sac et mes sensations en compétition. »

Voir cette publication sur Instagram

• I’m very happy to have been able to win the Grand Slam in Budapest. 🇭🇺🥇 • It was not an easy day, I haven't fought internationally since 8 months, I had lost my travel habits, bag preparation, feelings in competitions... 🛩🧳🥋 It was a new way to prepare and fight with all this Covid protocol, with a lot of stress... 🦠 And a big thought for my friends from the Italian team too... 🇮🇹🙏🏽 I would like to thank the International Judo Federation and Hungary for having managed to organize this Grand Slam, it was not an easy challenge with the current situation. Thank you for allowing me to fight and feel safe despite this pandemic. I hope we can participate in other competitions in the coming months. 👏🏽👍🏽 I was very happy and nostalgic to see again some of my friends and people from my judo world, it gave me hope and a second wind. 🥰 Finally, I would like to thank all the people who have supported me and support me everyday, you are a big strength for me. Thank you again and again and see you very soon on the international tatami mats, I hope. 🙏🏽❤️

Une publication partagée par Amandine Buchard - 52kg 🇫🇷 (@buchardamandine_52) le

Tcheuméo revient dans la course

Chez les -78 kg, en l’absence de la championne du monde et numéro 2 mondiale Madeleine Malonga, blessée au genou, les Françaises ont démontré qu’elles dominaient la catégorie au niveau mondial. La finale a en effet opposé Audrey Tcheuméo, vice-championne olympique à Rio 2016, à Fanny-Estelle Posvite, numéro 3 mondiale.

La victoire est revenue à Tcheuméo grâce à un waza-ari, qui remporte ainsi sa treizième médaille d’or sur le l’IJF World Tour et revient dans la course à la qualification pour les Jeux de Tokyo 2020, où un seul athlète par Comité National Olympique est autorisé à participer dans chaque catégorie.

Après une médaille de bronze à Londres 2012, une médaille d’argent à Rio 2016, la judokate de 30 ans pourrait donc rebattre les carte de la sélection pour Tokyo 2020.

Pinot monte à la deuxième place mondiale

Hélène Receveaux a quant à elle décroché l’argent chez les -57 kg, s’inclinant en finale contre la Canadienne Jessica Klimklait, tout comme Margaux Pinot chez les -70 kg qui a perdu contre la Croate Barbara Matic. Mais grâce à cette finale, Pinot grimpe à la deuxième position au classement mondial, derrière sa compatriote Marie-Ève Gahié, qui a été défaite dans le match pour la médaille de bronze par l’Autrichienne Michaela Polleres. 

Chez les hommes, Luka Mkheidze remporte le bronze chez les -69 kg, tout comme Nicolas Chilard chez les -81 kg. 

« Ces résultats sont de très bon augure avant les championnats d’Europe qui se dérouleront le mois prochain ! », a conclut Traineau, évoquant la compétition continentale prévue du 19 au 21 novembre prochain.

Les Russes dominent chez les lourds

Les podiums des catégories de poids lourds masculines, en l’absence du double champion olympique Teddy Riner chez les +100 kg, ont été monopolisés par les judokas russes. Mikhail Igolnikov a dominé les -90 kg, alors que figuraient les trois derniers champions du monde, le Serbe Nemanja Majdov (2017), l’Espagnol Nikoloz Sherazadishvili (2018) et le Néerlandais Noel Van ’t End (2019). Le Russe de 24 ans s’est imposé par ippon en finale contre le Mongol Altanbagana Gantulga après seulement 21 secondes de combat.

Son compatriote Niyaz Ilyasov a fait de même chez les -100 kg, battant le champion du monde en titre portugais Jorge Fonseca en demi-finale avant de s’imposer contre son homologue russe Arman Adamian en finale.

Chez les +100 kg, c’est Inal Tasoev qui a fait sensation en remportant la finale, contre un autre Russe une nouvelle fois, Tamerlan Bashaev. À 21 ans, il se place en prétendant sérieux à la victoire finale dans la catégorie de Teddy Riner.

Finale Judo +100kg (H) | Rio 2016 | Grands Moments Olympiques
13:38