Smokin' Joe Frazier, le boxeur en or au pouce cassé

Tokyo, JAPON - 21 octobre 1964 : Le boxeur américain Joe Frazier face au Soviétique Vadim Yemelyanov en demi-finale des poids super-lourds lors des Jeux Olympiques de Tokyo.
Tokyo, JAPON - 21 octobre 1964 : Le boxeur américain Joe Frazier face au Soviétique Vadim Yemelyanov en demi-finale des poids super-lourds lors des Jeux Olympiques de Tokyo.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans ce premier épisode, revenons sur l'invraisemblable médaille d'or du boxeur poids lourds Joe Frazier.

Le contexte

Joe Frazier est une légende de la boxe. Il a détenu le titre de champion du monde des poids lourds entre 1970 et 1973 et participé aux combats les plus mémorables de l'histoire de ce sport, notamment cette trilogie contre le grand Muhammad Ali et deux combats contre le redoutable George Foreman - tous deux médaillés d'or olympiques.

Mais alors que Smokin' Joe allait poursuivre une brillante carrière, il a failli ne pas avoir la chance de profiter de ce moment de gloire olympique qui allait donner le coup d'envoi de son épopée vers le sommet du monde de la boxe.

Après avoir connu une belle carrière d'amateur qui s'est soldée par trois victoires au championnat des Golden Gloves, Frazier s'est présenté aux sélections olympiques de Tokyo en 1964 comme l'un des favoris. Mais en finale, il se frotte à Buster Mathis, 19 ans, un rude combattant de 133 kg, soit près de 45 kg de plus que Frazier.

Frazier, qui mesurait 1,80 m et continuait de grandir pour atteindre son futur gabarit, ressemblait davantage à un lourds-légers lorsqu'il est monté sur le ring contre son redoutable adversaire. Après un combat en trois rounds au cours duquel Frazier a été dépassé physiquement et techniquement, Mathis a remporté la victoire et, avec elle, une place dans l'équipe des États-Unis aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964.

Ainsi, lorsque Frazier s'est rendu à Tokyo, c'était en tant que potentiel remplaçant - en attente au cas où quelque chose arriverait à son coéquipier. Et, comme le veut le destin, l'opportunité est arrivée, puisque Mathis s'est blessé au poignet à l'entraînement.

Frazier a pris sa place dans l'équipe et le reste appartient à l'histoire, comme le veut l'expression.

Le moment clé

Tout au long de sa carrière, rien n'a été facile pour Frazier. Même son trajet pour se rendre aux Jeux Olympiques a été difficile, prenant une route alternative pour atteindre la plus grande scene sportive mondiale.

En boxe, Frazier était un compétiteur redoutable et il a commencé sa campagne olympique avec style. Il a remporté son premier combat contre l'Ougandais George Oywello premier round par KO, suivi d'une victoire en quart de finale contre l'Australien Athol McQueen, par KO également. Cependant, le combat contre McQueen n'a pas été de tout repos. Le boxeur australien a fait fait tomber Smokin' Joe pour la première fois de sa carrière au premier round du combat.

Dans une récente interview, McQueen, alors âgé de 73 ans, a déclaré : « Si j'avais su ce que je sais maintenant, je me serais assis sur lui et je ne l'aurais pas laissé se relever. »

Malheureusement pour McQueen, Frazier s'est relevé et le combat s'est transformé en une démonstration de l'Américain.

« Le seul problème était que je ne l'ai pas frappé assez fort. Il est bien revenu, et m'a donné une leçon avant de remporter la médaille d'or », a déclaré McQueen au journal l'Australian, après la mort de Frazier en 2011.

En demi-finale, Frazier a affronté un redoutable adversaire soviétique, Vadim Yemelyanov. Frazier a disposé de son adversaire dans son style dévastateur habituel, terminant le combat par une avalanche de coups de poing qui ont vu l'arbitre intervenir pour arrêter le combat.

Mais après avoir quitté le ring, Frazier a ressenti une douleur soudaine au pouce gauche. Au lieu de demander un médecin, il a plongé son pouce dans de l'eau glacé pour réduire la douleur. On a découvert plus tard que son pouce était cassé - mais pas avant que Frazier ne se batte pour l'or dans la plus grande épreuve de boxe amateur du monde - la finale des poids lourds des Jeux Olympiques.

Contrairement à ses trois premiers adversaires, et peut-être en raison de sa blessure, Frazier n'a pas gagné la finale par KO. Il a évité de lancer ses crochets du gauche, sa marque de fabrique, et s'est concentré sur la destruction de son adversaire par des crochets du droit. Finalement, il s'est débarrassé du boxeur allemand Hans Huber - un mécanicien qui voulait faire de la lutte - à la fin des trois rounds, pour finalement remporter le titre sur une victoire 3-2.

L'or olympique était pour Frazier, et seulement six ans plus tard, il devenait champion du monde des poids lourds.

Dans un combat pour le titre au Madison Square Gardens, à New York, Muhammad Ali s'incline au 15e round sur un crochet du gauche du champion du monde des poids lourds Joe Frazier, qui a conservé son titre grâce à une victoire unanime aux points.
Dans un combat pour le titre au Madison Square Gardens, à New York, Muhammad Ali s'incline au 15e round sur un crochet du gauche du champion du monde des poids lourds Joe Frazier, qui a conservé son titre grâce à une victoire unanime aux points.
Photo de Keystone/Getty Images

De 1964 à aujourd'hui

Frazier est devenu l'un des boxeurs les plus célèbres de tous les temps, et les Jeux Olympiques ont été le début de cette aventure. Après son décès en 2011 des suites d'un cancer du foie, Frazier a été décrit par l'entraîneur en chef de l'équipe des États-Unis, Joe Zanders, comme « l'un des gars qui a établi les standards de la boxe ». Sa capacité à s'élever contre l'adversité a également conduit Zanders à déclarer : « Il a boxé à une époque où les gars étaient beaucoup plus grands, plus athlétiques. Mais personne n'avait le cœur de Joe Frazier. »

En 1970, Frazier remporte le titre de champion du monde de boxe grâce à une victoire au cinquième round par TKO contre le champion de la WBA Jimmy Ellis, après que l'entraîneur de ce dernier - le légendaire Angelo Dundee - lui ait refusé de revenir sur le ring à la suite de deux assauts vicieux au quatrième round.

L'année suivante, dans un combat surnommé « le combat du siècle », Frazier offre au grand Muhammad Ali la première défaite de sa carrière en gagnant sur décision unanime après 15 rounds. Il poursuivait ainsi sa série d'invincibilité qui a atteint 29 victoires pour 0 défaites, avant de tomber en 1973 face au champion olympique de 1968, George Foreman.

Deux autres combats avec Ali ont marqué l'héritage de Frazier, dont le légendaire Thrilla à Manille - l'un des combats les plus célèbres de l'histoire de la boxe.

Frazier raccroche finalement les gants en 1976 après une deuxième défaite contre Foreman, et retourne sur le ring pour un seul combat en 1981, lorsqu'il fait match nul en 10 rounds contre Floyd « Jumbo » Cummings.

Mais tout a commencé le jour où il s'est rendu, en tant que remplaçant, sur la scène Jeux Olympiques de Tokyo 1964. Lorsqu'on lui a demandé, dans une interview réalisée en 2004, ce qu'il était advenu de sa médaille d'or, M. Frazier a répondu

« J'ai fait découper ma médaille d'or olympique en onze morceaux. J'ai donné un morceau à chacun de mes onze enfants. »