Simone Biles veut écrire l’histoire des Jeux de Tokyo

Simone Biles réagit après sa prestation en finale du saut de cheval lors des Championnats du monde de Stuttgart 2019, où elle a remporté 5 médailles d’or.
Simone Biles réagit après sa prestation en finale du saut de cheval lors des Championnats du monde de Stuttgart 2019, où elle a remporté 5 médailles d’or.

La superstar américaine révèle ses plans pour aller de l’avant. Si les dates des Jeux ont changé, les objectifs de Simone Biles n’ont pas bougé.

Très active sur les réseaux sociaux, Simone Biles a été inhabituellement silencieuse à la suite de l’annonce du report des Jeux Olympiques, car elle a pris le temps de prendre du recul sur son ressenti.

Mais la quadruple championne olympique, qui détient également 19 titres de championne du monde, a mis fin à ce silence sur le plateau de l’émission américaine Today Show sur NBC, en affirmant qu’elle continuait à s’entraîner pour les Jeux Olympiques au Japon.

« Physiquement, je n’ai aucun doute sur la capacité de mes entraîneurs pour me remettre en condition physique » a-t-elle expliqué. « Mais c’est mentalement qu’une année supplémentaire va faire la différence, pour moi et pour toutes les autres gymnastes. Nous devons rester en forme autant mentalement que physiquement. »

Elle ajoute : « Je suis en contact par message et FaceTime avec mes entraîneurs pour prendre les bonnes décisions et déterminer un plan d’action pour l’année prochaine. »

Cela inclut notamment des exercices à faire à la maison, comme beaucoup de personnes. La championne américaine a également confié avoir réalisé une session de « twerk » sur YouTube en début de semaine.

Elle reste en lien avec sa famille via FaceTime et des appels téléphoniques, avec sa mère Nellie qui continue la tradition du dîner dominical en famille en lui déposant les repas devant chez elle.

« Les dîners dominicaux sont très importants dans la famille. Alors elle assure la livraison à domicile le dimanche. »

Simone Biles parle de ce que cela serait ferait de concourir contre soi-même

L’avenir

La gymnaste aura 24 ans lors de l’ouverture des Jeux en juillet 2021. Si elle parvient à conserver son titre olympique en concours général, ce qu’elle a bien l’intention de faire, ce sera la plus « vieille » femme à remporter ce titre, devant la Tchécoslovaque Věra Čáslavská, âgée de 26 ans en 1968 lorsqu’elle a obtenu son second titre olympique. Čáslavská est également la seule femme à avoir conservé son titre en concours général.

Simone Biles avait prévu de lancer sa saison 2020 ce week-end, le 4 et 5 avril, lors de la finale de la Coupe du monde de concours général à Tokyo. Mais la compétition a été reportée en raison de la pandémie de coronavirus.

Son entraîneure Cecile Landi, qui a également participé aux JO en 1996 à Atlanta, a fait part de sa peine à l’annonce du report mais elle a également promis un retour en force en 2021.

« Nous allons nous retrouver et établir de nouveaux plans pour revenir fort en 2021 » avait-elle posté sur son compte Twitter le 24 mars. « Une nouvelle histoire débute ».

Simone Biles sera bien évidemment le personnage principal de cette histoire. Faisant partie des plus grandes athlètes des Jeux Olympiques, Simone Biles domine son sport depuis presque une décennie. Elle n’a pas perdu une compétition depuis 2013.

La native de Houston a le potentiel pour remporter cinq médailles d’or aux Jeux Olympiques. Elle sera aussi d’une aide capitale dans la conquête d’une troisième médaille d’or consécutive par équipe pour les USA. Puis elle tentera monter sur la plus haute marche du podium en concours général, saut de cheval, en poutre et au sol.

Créatrice d’histoire

Lors des derniers Championnats du monde de gymnastique artistique de Stuttgart en Allemagne, en octobre dernier, Simone Biles a écrit l’histoire à quasiment chaque jour de compétition. Elle est devenue la gymnaste la plus médaillée des Championnats du monde avec 25 médailles. De nouvelles figures ont même été nommées en son honneur en poutre et au sol.

Mais ce n’est pas ce qu’elle retient.

« J’ai l’impression de ne pas trop connaître l’histoire de la gymnastique, alors à chaque fois que j’établis un nouveau record ou que je gagne une autre médaille, je ne connais pas l’histoire derrière cela » a-t-elle expliqué à Olympic Channel en janvier. « Je n’en tiens pas compte… Je crois que c’est 25 (le nombre de médailles remportées, NDLR), mais je ne suis pas sûre ».

Elle sait que ce sont ces performances en gym que tout le monde se souviendra le plus, mais elle espère que sa contribution dépassera le sport, notamment à propos des agressions sexuelles dans le sport, dont elle a été victime. 

« La gymnastique sera ce dont tout le monde se souviendra en premier. Ensuite, peut-être, ce sera mon courage d’avoir dénoncé certaines choses. »

Ce courage sera sans aucun doute bien visible en juillet prochain lors des Jeux Olympiques de Tokyo, où elle a de nombreux rêves à réaliser.

Exclusif ! Nadia Comaneci sur Simone Biles: "Personne ne s'approche d'elle"
01:10