Rudisha est de retour pour sceller sa légende

LONDON, ENGLAND - AUGUST 09:  David Lekuta Rudisha of Kenya celebrates with his country's national flag after winning gold and setting a new world record of 1.40.91 in the Men's 800m Final on Day 13 of the London 2012 Olympic Games at Olympic Stadium on August 9, 2012 in London, England.  (Photo by Mike Hewitt/Getty Images)
LONDON, ENGLAND - AUGUST 09: David Lekuta Rudisha of Kenya celebrates with his country's national flag after winning gold and setting a new world record of 1.40.91 in the Men's 800m Final on Day 13 of the London 2012 Olympic Games at Olympic Stadium on August 9, 2012 in London, England. (Photo by Mike Hewitt/Getty Images)

Le coureur kenyan de 800 m, double champion olympique et détenteur du record du monde, veut revenir à Tokyo 2020 après deux années compliquées passées à l’écart du sport.

David Rudisha est l’un de ces athlètes qui représente à lui seul sa discipline. Lorsque le 800 m est évoqué, c’est Rudisha qui vient à l’esprit. Double champion olympique en titre, double champion du monde, détenteur du record du monde : impossible d’occulter ce que le Kenyan a fait pour sa discipline.

Sebastian Coe, président de la Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF) et double champion olympique du 1 500 m, avait déclaré que sa performance aux Jeux de Londres 2012 était « probablement la scène de running la plus extraordinaire » jamais vue. 

Lors d’une finale explosive, menée du premier mètre à la ligne d’arrivée, Rudisha a remporté son premier titre olympique en établissant le nouveau record du monde : 1 min 40 s 91. Pendant ce 800 m de haute voltige, le champion kenyan n’a placé aucune attaque. Il a simplement attaqué pendant toute la course. Lorsque la majorité de ses concurrents luttait pour suivre le rythme, Rudisha avait l’impression de voler. Une course de toute beauté.

Confirmation à Rio

Les Jeux Olympiques de Rio 2016 ont offert un scénario différent, mais le résultat était le même. Nouvelle médaille d’or.

Pendant les 500 premiers mètres, Rudisha donnait l’impression de faire son footing dominical. Puis il a changé de rapport (jetez un oeil à 2:40 de la vidéo ci-dessous). Comme si l’aire de lancer symbolisait la fin de limitation de vitesse, Rudisha a placé une accélération dévastatrice pour annihiler le reste de la course et franchir la ligne d’arrivée auréolé d’un nouveau titre olympique. -

C’est la dernière fois que l’athlète de 31 ans a remporté un 800 m. 

Rudisha a ensuite terminé 4ème du 800m du meeting de Shanghai, comptant pour la Ligue de diamant avant de déclarer forfait pour les Championnats du monde 2017 en raison d’une blessure. Si sa blessure l’a empêché de faire son métier, elle est pourtant devenue le cadet de ses problèmes.

Finale 800m (H) | Replay de Rio 2016
07:27

Période difficile

La vie peut parfois présenter des épreuves compliquées. Mais pour Rudisha, cela a été un enchaînement d’événements difficiles à vivre. Il a du gérer la séparation avec sa femme avant d’apprendre le décès de son père Daniel, l’année dernière (athlète médaillé d’argent en 4 x 400 m aux Jeux de Mexico 1968, NDLR). Rudisha a du faire face à l’une des périodes les plus délicates de sa vie et le sport a disparu de son quotidien.

« Pour décompresser, je sortais beaucoup. Je faisais trop la fête » a-t-il confié à Spike Magazine. « Ce n’était pas vraiment volontaire mais parfois, pendant des périodes comme celle-ci, on cherche à se détruire pour trouver un moyen de se divertir. »

Puis Rudisha a connu un nouvel événement dramatique. Un grave accident de voiture lorsqu’il était sur la route de la maison familiale, une collision frontale avec un bus, l’a traumatisé psychologiquement même s’il n’a miraculeusement eu aucune séquelles. Il pense désormais que la vie lui a offert une « seconde chance ».

Ne jamais abandonner

« C’était horrible et terrifiant » a-t-il déclaré à la BBC. « Sortir de cet accident sans blessure était un miracle. Cela arrive parfois. C’était si spécial que j’ai l’impression que Dieu m’aime toujours. »

Le coureur kenyan n’a jamais abandonné l’athlétisme et en décembre 2019, il est revenu à l’entraînement. « J’ai toujours quelque chose en moi. Si vous m’aviez vu quelques mois auparavant, j’avais plusieurs kilos en trop. Je les perds aujourd’hui et mon corps répond plutôt bien. La routine est de retour. Lorsque vous vous écartez de l’entraînement et de la compétition pendant deux ans, ce n’est jamais facile. »

Il n’a pas envie de brûler les étapes. Il sait qu’après deux ans d’inactivité, la condition physique ne revient pas instantanément : « Je ne force pas, j’essaie simplement d’être discipliné. De faire les bonnes choses au bon moment. Si le corps réponds positivement… »

Une légende toujours en construction

Pour récupérer la meilleure condition possible, il a rejoint le camp d’entraînement du plus grand marathonien de l’histoire, Eliud Kipchoge, dans la vallée du grand rift kenyane. Un groupe de 30 athlètes qui vit sans aucune distraction, avec le sport comme unique but. Ils dorment dans des dortoirs du lundi au samedi, à l’écart de leur famille, afin de se concentrer uniquement sur leurs objectifs. « La discipline d’Eliud est exceptionnelle » confie Rudisha. Exactement ce dont il avait besoin pour retrouver les chemins de la course à pied.

Rudisha est actuellement en train de construire les bases de travail pour reprendre l’entraînement dans les meilleures conditions possibles, sans blessure : « Je sais que j’ai manqué certaines de mes meilleures années et les blessures m’ont freiné. Mais j’ai hâte d’être de retour » explique-t-il.

Pour le moment, il considère son périple vers les Jeux Olympiques jour après jour : « Si je parviens à rejoindre l’équipe kenyane, aller à Tokyo et me qualifier pour la finale alors oui, je pourrais dire que je pourrais de nouveau être champion olympique, ou au moins figurer sur le podium. Mais avant cela, je n’envisage pas ces choses-là, je ne suis pas encore prêt. »

Plus de quatre mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, Rudisha a encore le temps de se remettre en condition. Mais l’incertitude inhérente à deux années hors du circuit est inévitable. C’est cela qui fait la beauté du sport, même pour un maître comme Rudisha. Un maître qui pourrait bien devenir une légende en remportant un troisième titre olympique consécutif, mercredi 5 août aux alentours de 20h30.

Retenez votre respiration et revivez la finale du 800 m de Londres 2012
09:39