Retour vers le passé : Dans l'ombre de Mark Spitz

Under the shadow of Mark Spitz

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous vous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires. Aujourd’hui, l'histoire de la finale du 100 m nage libre de Munich 1972 avec la légende de la natation Mark Spitz avec sa septième médaille d'or, qui a failli ne jamais être remportée.

Credit: © 1972 / Kishimoto/IOC

Le contexte

Mark Spitz a été l'athlète le plus titré de Munich 1972, remportant un total de sept médailles d'or - un exploit que Michael Phelps n'a brisé que 36 ans plus tard, à Pékin 2008, lorsqu'il en a remporté huit.

Mais en 1972, tous les yeux étaient tournés vers Spitz. Il avait déjà six médailles d'or, mais il hésitait à participer à la finale du 100 m nage libre qui lui permis de décrocher une septième médaille d'or.

La raison : L'Australien Mike Wenden l'avait déjà battu lors des préliminaires et en demi-finale, et Spitz craignait que sa défaite en finale ne ternisse son impeccable performance en or.

Lorsque Spitz est arrivé à Munich en 1972, il avait beaucoup à prouver. Quatre ans plus tôt, il avait été moins bon que ses propres prédictions. En 1968, à Mexico, Spitz a annoncé qu'il pouvait remporter six médailles d'or, mais il n'est rentré qu'avec deux médailles d'or, une d'argent et une de bronze qui ont été critiquées par les médias par la suite.

En remportant des médailles d'or dans toutes les épreuves à Munich en 1972, il a eu l'occasion de faire taire ses détracteurs. Mais être battu par Wenden en demi-finale a fait douter Spitz.

L'Australien Wenden, double médaillé d'or aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968, n'avait pas autant de pression que Spitz. Il était ravi de se retrouver face à face avec la légende de la natation, prêt à se battre pour une médaille.

Qu'est-ce qui a fait changer Spitz d'avis pour retourner dans l'eau ? Lorsque Spitz a appris par l'entraîneur de natation américain Peter Daland que cette épreuve était la plus importante et que le vainqueur sera couronné nageur le plus rapide de la planète. Il était dès lors retour sur la ligne de départ.

Les sept médailles d'or et les sept records mondiaux de Spitz
00:59

Des finales et des médailles

Lorsque Spitz a décidé de participer à la finale du 100 mètres, il savait que, de toutes les épreuves, celle-ci était la plus importante. Cela pouvait consolider ou briser sa réputation. Spitz avait bien l'intention d'aller décrocher la victoire. Wenden, en revanche, avait un regain de confiance et avait également sa chance.

Finalement, Spitz a utilisé ses jambes puissantes et sa technique de nage exceptionnelles pour rester en tête. Il a finalement battu non seulement Wenden mais aussi Jerry Heidenreich (USA) et Vladimir Bure (Union soviétique) pour terminer en un temps record de 51,22 s, tandis que Wenden a terminé à la cinquième place.

Les victoires de Spitz à Munich en 1972 - et ses sept victoires pour sept médailles d'or - resteront dans les mémoires comme l'un des plus grands moments de l'histoire des Jeux Olympiques.

« Under the shadow of Mark Spitz »
« Under the shadow of Mark Spitz »
Credit: © 1972 / Kishimoto/IOC

La suite

Spitz a pris sa retraite après Munich 1972 à l'âge de 22 ans seulement. Il a ensuite conclu des contrats de sponsoring et s'est également retrouvé présentateur sportif pour certaines chaînes. En 1977, il a été intronisé au Temple de la renommée de la natation (International Swimming Hall of Fame, en anglais) en tant que membre d'honneur.

Il a également tenté de faire son retour lors des essais pour les Jeux Olympiques de Barcelone 1992, mais n'a pas réussi à se qualifier. Néanmoins, ses nombreuses performances en natation sont inscrites dans les livres d'histoire des Jeux Olympiques et son nom ne sera jamais oublié. Avec Michael Phelps, il est une source d'inspiration pour les futures générations de nageurs.

Cependant, Spitz a voulu clarifier la rumeur de 1972.

Dans un article paru sur Olympic.org, Spitz a évoqué les finales de l'épreuve du 100 mètres : « J'ai toujours voulu y aller », a déclaré Spitz en riant.

« Nous avons laissé cette histoire se répandre un peu. Nous en avons parlé avec quelques autres entraîneurs et je suppose que le mot s'est répandu. Mais ce n'était pas tout à fait vrai, pour être honnête. »

Quant à Wenden, il n'a peut-être pas réussi à battre Spitz pour cette médaille d'or tant convoitée, mais il chérira tout autant cette expérience olympique. Il a également repris les techniques de nage de Spitz deux ans après les Jeux.

« Je remercie sincèrement Mark Spitz de m'avoir permis de copier sa technique de nage », a déclaré Wenden dans la vidéo Under the shadow of Mark Spitz de Olympic Channel ORIGINALS.

En 1979, Wenden a été intronisé au Temple de la renommée de la natation. Il était l'un des huit porte-drapeaux de Sydney 2000.