Retour à Rio : L'équipe féminine tennis de table japonais gagne le bronze après une défaite difficile

GettyImages-590114576-1

Le Japon a remporté un total de 41 médailles (12 en or, 8 en argent et 21 en bronze) aux Jeux olympiques de Rio 2016, mais quelles pensées ont traversé l'esprit des athlètes japonais lorsqu'ils sont apparus sur la plus grande scène du sport ? Dans cette série, nous revenons sur les incroyables moments de Rio 2016, encore frais dans la mémoire du prochain pays hôte.

Le Japon médaillé de bronze en tennis de table féminin par équipes
01:20

Résultat du match pour la médaille de bronze en tennis de table féminin par équipes :

Japon 3 - 1 Singapour

(FUKUHARA Ai 2 - 3 YU Mengyu)
(ISHIKAWA Kasumi 3 - 0 FENG Tianwei)
(FUKUHARA Ai, ITO Mima 3 - 1 YU Mengyu, ZHOU Yihan)
(ITO Mima 3 - 0 FENG Tianwei)

L'objectif principal de l'équipe féminine du Japon en tennis de table aux Jeux Olympiques de Rio 2016 était de prendre le dessus sur les Chinoises.

Pour s'imposer sur la scène mondiale, les Japonaises devaient vaincre le « pays du tennis de table ». Après avoir été battu par la République populaire de Chine lors des finales de Londres 2012 et des Championnats du monde de tennis de table de 2016, les Japonaises étaient déterminées à réaliser ce rêve de longue date de reconquérir le tennis de table aux Jeux de Rio 2016, mais elles ont dû faire face à une dure réalité.

Le Japon n'a pas atteint la finale où l'attendait l'ogre Chinois, car l'équipe s'est inclinée contre l'Allemagne 2-3 en demi-finale après un match de quatre heures.

L'honneur était toujours sauf, l'équipe pouvant atteindre son objectif secondaire, à savoir remporter une médaille.

FUKUHARA Ai, ISHIKAWA Kasumi et ITO Mima, les membres de l'équipe du Japon, se sont reprises pour mettre de côté la déception de la défaite en demi-finale.

Ce sentiment de vide après une défaite, couplé à la fatigue accumulée sur un match si long, laisse planer l’inquiétude au sein de l’équipe. Mais elles bénéficiaient tout de même d’un jour de repos avant ce match pour la médaille de bronze après cette longue et épuisante demi-finale.

La possibilité pour le Japon de remporter deux médailles consécutives dépendait de ce temps de repos et de la capacité de l’équipe a récupérer.

Arriva enfin le match pour le bronze, mais le Japon prend un mauvais départ. Fukuhara a perdu le premier set, ce qui permet à son adversaire de mener au score. Cependant, Ishikawa retourne la situation en remportant plusieurs sets consécutifs contre la championne singapourienne FENG Tianwei, qui l'avait battu dans le match pour la médaille de bronze en simple aux Jeux de Londres 2012. La joueuse japonaise s'était portée volontaire pour affronter Feng, ajoutant : « Je voulais montrer à quel point je me suis améliorée au cours des quatre dernières années. »

Les Japonaises Mima Ito, Kasumi Ishikawa et Ai Fukuhara après leur victoire contre Singapour dans le match pour la médaille de bronze par équipe aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
Les Japonaises Mima Ito, Kasumi Ishikawa et Ai Fukuhara après leur victoire contre Singapour dans le match pour la médaille de bronze par équipe aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
Photo par Mike Ehrmann/Getty Images

La victoire d'Ishikawa met l'équipe sur la bonne voie. Fukuhara et Ito remportent le match en double 3-1, plaçant le Japon à un match de la médaille de bronze. Le quatrième match oppose Ito à Feng. Ito, la plus jeune de l'équipe avec ses 15 ans, avait été battue dans le premier match de la demi-finale, et se sentait responsable d'avoir permis aux adversaires de prendre de l’avance.

Déterminée à évacuer sa frustration dans ce match pour la médaille de bronze, elle malmène son adversaire avec son style de jeu rapide caractéristique et remporte plusieurs jeux consécutifs.

« Ce sont les Jeux Olympiques les plus difficiles que j'ai jamais vécus », a déclaré Fukuhara, révélant ne plus pouvoir s’arrêter de pleurer dès que l'équipe a remporté la médaille de bronze.

En tant que doyenne de l'équipe à 27 ans, elle s'était jurée de ne pas laisser tomber : « Que je gagne ou que je perde, je ne me laisserai pas abattre. Je ne pleurerai pas ».

Malgré sa promesse de ne pas montrer son émotion, le soulagement qu'elle a ressenti après avoir remporté une médaille a été trop fort pour elle.

Ishikawa, qui était une prétendante à la médaille olympique en simple a été éliminée dès son premier match en tant que tête de série numéro 3. Dans la compétition par équipe, cependant, elle a mené l'équipe en remportant tous ses matchs.

« Pour moi, la médaille de bronze que nous avons gagnée me semblait beaucoup plus difficile à obtenir que la médaille d'argent que nous avons obtenu à Londres. J'étais un peu déprimée après avoir perdu le premier match en simple, mais c'est cette défaite qui m'a rendu encore plus déterminée à me racheter dans la compétition par équipe », dit-elle avec un sourire.

« On ne sait jamais ce qui va se passer aux Jeux Olympiques. J'ai réalisé à quel point il est difficile de gagner une médaille olympique », a déclaré Ito.

Les trois coéquipières, chacune confrontée à leurs difficultés, se sont soutenues les unes les autres et ont réussi à s'en sortir ensemble. Chaque match a consolidé la solidarité de l’équipe. Et c'est grâce à ce travail d'équipe qu'elles ont pu surmonter la déception de cette défaite en demi-finale pour finalement décrocher la médaille de bronze.

Bien que l'équipe japonaise n'ait pas réussi à vaincre la République populaire de Chine, cette médaille de bronze a autant de valeur que la médaille d'argent obtenue à Londres.