Que va devenir son tatouage « Tokyo 2020 » ?

Lima, PÉROU - 27 juillet 2019 : Le Paraguayen Derlys Ayala participe au marathon au Parc Kennedy.
Lima, PÉROU - 27 juillet 2019 : Le Paraguayen Derlys Ayala participe au marathon au Parc Kennedy.

L'athlète paraguayen Derlys Ayala a fait la une des journaux après le report des Jeux Olympiques, en raison d'un article publié sur son tatouage « Tokyo 2020 ». Va-t-il le changer maintenant que les dates ont été déplacées ?

Derlys Ayala a les Jeux Olympiques dans la peau.

Littéralement.

L'athlète paraguayen a participé aux Jeux de Rio 2016 et a réservé en septembre dernier son billet pour Tokyo 2020. À ces deux occasions, il s'est fait tatouer le nom de cette édition des Jeux Olympiques sur les jambes, dès sa qualification.

« Quand on se qualifie, c'est l'un des moments les plus importants pour un athlète. Je marque ces moments sur ma peau. Je suis si heureux de ma qualification. C'est l'une des meilleures choses qu'une personne puisse vivre. Quand tu te qualifies, tu ne dors pas pendant trois ou quatre jours », explique le coureur, qui s'est qualifié en septembre dernier pour le marathon de Tokyo 2020 après avoir remporté le championnat sud-américain avec un nouveau record paraguayen de 2:10:31.

View this post on Instagram

Paipa Querido 🌎

A post shared by Derlys Ayala OLY (@derlysrun) on

Cependant, lorsque la pandémie de Covid-19 a provoqué le report de Tokyo 2020 à 2021, Ayala a affiché en plaisantant la photo suivante sur les réseaux sociaux, avec la phrase : « Quelqu'un pourrait-il m'aider à écrire 2021 ? ».

Il ne pouvait pas s'attendre à ce qu'il se produirait ensuite. L'image a suscité un énorme intérêt dans le monde entier. « Même une page web en Corée du Nord m'a écrit pour me demander la permission de publier la photo », a déclaré l'athlète stupéfait.

« Je n'aurais jamais pensé que cela pourrait créer un tel émoi. Beaucoup de gens m'ont demandé si le tatouage est réel ou non, et ils veulent que je le leur montre, sinon ils n'y croient pas ».

« Dans chaque pays, sur chaque site web, même s'ils plaisantent, cela a un fort impact. Cependant, tout le monde ne comprend pas la plaisanterie. Je l'ai mise en ligne pour rire, mais après, j'ai dû dire aux gens de ne pas s'énerver autant, parce que beaucoup de gens m'ont écrit pour me demander comment je pouvais penser à faire enlever un tatouage pendant une pandémie. C'était une blague, mais tout le monde ne l'a pas comprise », explique le Paraguayen.

« Les autres me jugent en me disant que je ne devrais pas mettre la charrue avant les bœufs », dit Ayala, en référence aux critiques qu'il a reçues pour avoir fait le tatouage avant les Jeux. « C'est ce que le tatouage signifie, donc je ne le regrette pas ».

À ce moment-là, en septembre 2019, personne n'aurait pu imaginer ce qui se passerait dans les mois suivants. « Quand j'ai eu le tatouage, personne n'aurait jamais pensé que nous allions souffrir d'une pandémie et que les Jeux Olympiques seraient reportés. C'est quelque chose qui ne pouvait se produire qu'en cas de guerre. En fin de compte, nous sommes dans une sorte de guerre. Une guerre très meurtrière que nous ne pouvons pas facilement combattre ».

Mais la question demeure : Derlys Ayala va-t-il enfin changer son tatouage ?

« Pas du tout, mais je vais me faire un autre tatouage après les Jeux. Mais c'est sûr, à partir de maintenant, je vais attendre (il rit). Je pense que je vais être le seul athlète à avoir déjà un tatouage, parce que normalement les gens le font après les Jeux. Mais je me suis qualifié si tôt ».

« Beaucoup de tatoueurs m'ont écrit pour me proposer de le changer. Je ne m'attendais pas à cela, même si je leur en suis reconnaissant. Ils m'ont envoyé des suggestions et j'aime beaucoup certaines d'entre elles, donc je pourrais modifier le tatouage en y ajoutant quelques détails. Mais je ne changerai pas le 0 pour un 1 », dit-il.

Après tout, le nom officiel des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 restera le même. Le tatouage de Derlys Ayala est donc plus que précis, même s'il doit attendre un an de plus pour le montrer sur la plus grande scène sportive du monde.