Quand Bob Hayes a réalisé le meilleur 100 m enregistré... à ce jour

L'Américain Robert Hayes remporte le 100 m aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964.
L'Américain Robert Hayes remporte le 100 m aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans cet épisode, nous nous intéressons à Bob Hayes, la légende américaine qui a établi un record de vitesse à Tokyo, toujours invaincu à ce jour.

Le contexte

À l'approche des Jeux Olympiques de Tokyo en 1964, Bob Hayes était déjà détenteur du record du monde. Un an auparavant, le sprinteur de Jacksonville, Floride, avait réalisé le meilleur temps jamais enregistré sur 100 m en 9,1 secondes, qui ne sera battu que 11 ans plus tard.

Encore junior, Hayes avait fait preuve d'un talent impressionnant dès le début de sa carrière. Lors de sa première compétition d'athlétisme au lycée, il a remporté pas moins de sept épreuves (100, 220, 440 et 880 mètres, relais, saut en hauteur et saut en longueur). S'il n'a jamais eu l'intention de devenir sprinteur - son premier amour étant le football américain - il nourrit néanmoins le désir d'aller aux Jeux Olympiques et de ramener l'or à la maison.

« Je ne me suis pas fixé d'objectifs, mais je savais que je voulais être un champion olympique », a déclaré Hayes en revenant sur ses débuts de carrière.

« Je voulais participer aux Jeux Olympiques. »

Dans la même veine que certains autres grands sprinteurs comme Michael Johnson, qui semblent défier les techniques conventionnelles de course, le style de sprint de Hayes était loin d'être traditionnel. Il était souvent lent à la sortie des blocs, mais lorsqu'il se lançait, il dépassait inévitablement le reste du groupe pour remporter la victoire.

Son style de sprint peu orthodoxe aurait-il des conséquences négatives pour la plus grande course de sa vie, aux Jeux Olympiques de Tokyo 1964 ?

Tokyo 1964

Les préparatifs pour la finale du 100 m à Tokyo ne se sont pas déroulée sans heurts pour Hayes. Avant les Jeux, il s'était reposé dans la chambre du médaillé d'or de boxe poids lourd Joe Frazier, qui avait utilisé son sac de sport. Lorsque Hayes est arrivé au stade olympique, il s'est rendu compte que Frazier avait égaré une de ses chaussures de course.

Il a alors commencé à demander ses compatriotes américains quelle était leur taille de chaussure. Son sauveur sera Tom Farrell, qui attendait le départ de son 800 m et qui lui a proposé à Hayes de lui prêter ses pointes.

Mais le pire était encore à venir pour Hayes. Avant le début de la course, le sprinter américain s'est vu attribuer le couloir n° 1. La finale devait se dérouler sur une piste cendrée - la dernière à être utilisée pour les Jeux Olympiques - et le couloir n° 1 avait été laissé dans un état déplorable après le 20 km marche qui s'était déroulé la veille.

Hayes était tout de même déterminé, quelles que soient les conditions.

« Je regarde chaque sprinteur dans les yeux et je vois si je peux gagner ou non », a déclaré Hayes, se souvenant des moments précédant la finale. « Tout m'a traversé l'esprit. Je me suis dit : "Je dois gagner cette course". »

Au pistolet, Hayes a pris un départ étonnamment rapide. À 30 mètres, il était déjà en tête du groupe. Quand Hayes a franchi la ligne d'arrivée, les autres coureurs étaient loins derrière lui alors qu'il égalisait le record du monde de 10,06 secondes, pour s'assurer une médaille d'or.

Mais le meilleur allait arriver pour Hayes.

Six jours plus tard, lors de la finale du relais 4 x 100 m, l'équipe des USA était désemparée. Deux des membres de l'équipe - Mel Pender et Trent Jackson - se sont blessés. Ils ont dû être remplacés juste avant la course.

Au passage de témoin, l'athlète américain s'est retrouvé derrière la moitié du groupe de coureurs. Ce qui suivit fut une éblouissante démonstration de vitesse.

Hayes a rattrapé le reste des coureurs pour remporter l'or, dans un chrono qui est toujours considéré comme la course la plus rapide jamais enregistrée :

8,60 secondes.

Son chrono sur 100 m est plus rapide qu'Usain Bolt, plus rapide que Carl Lewis, et plus rapide que quiconque dans la longue et riche histoire de l'athlétisme.

Bob Hayes à Tokyo 1964

La suite de l'histoire

Après cette victoire, la première chose que Hayes a eu en tète a été de de se frotter à son ami Frazier - ce même Frazier qui allait devenir champion du monde des poids lourds, mais qui a égaré la chaussure de course de Hayes un peu plus tôt dans la journée.

« Je suis devenu un peu arrogant », a déclaré Hayes en plaisantant. « Je suis retourné voir Frazier pour lui dire que je savais qu'il était boxeur de classe mondiale, mais que s'il égarait encore une de mes chaussures, je l’assommais. »

Après avoir remporté deux médailles d'or, Hayes est retourné aux États-Unis où il a été sélectionné par l'équipe de football américain des Dallas Cowboys. Il a ensuite joué pour les Cowboys pendant 11 saisons, devenant le premier et le seul athlète à cumuler un titre olympique et le Super Bowl.

Après avoir pris sa retraite, Hayes a vécu une vie difficile, avec notamment un séjour en prison. Le légendaire sprinter est mort à l'âge de 59 ans en 2002, après une longue lutte contre un cancer de la prostate.