Première historique pour l’équipe de saut d’obstacle marocaine

Genève, SUISSE - 11 décembre 2016 : Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar sur Quickly de Kreisker lors du Concours hippique international de Genève, qui fait partie des Grands Chelem de saut d’obstacles.
Genève, SUISSE - 11 décembre 2016 : Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar sur Quickly de Kreisker lors du Concours hippique international de Genève, qui fait partie des Grands Chelem de saut d’obstacles.

L’équipe de saut d’obstacle marocaine est officiellement qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Une première pour l’équitation marocaine.

C’est une nouvelle historique qui est tombée le 1er décembre 2020 : l’équipe marocaine de saut d’obstacles participera aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Les quatre cavaliers de l’équipe nationale - Abdelkebir Ouaddar, Ghali Boukaa, Ali Al Ahrach et Samy Colman – se sont classés 7e lors de l’épreuve Coupe des Nations du 28 novembre dernier au Concours de saut international officiel trois étoiles (CSIO 3*) de Vejer de la Frontera en Espagne. Un résultat suffisant pour valider leur billet pour le Japon, a confirmé la Fédération royale marocaine des sports équestres (FRMSE).

Ce n’est cependant pas la première fois que le Maroc est représenté aux Jeux en équitation puisque Abdelkebir Ouaddar avait participé en individuel aux Jeux de Rio en 2016, où il avait été éliminé au deuxième tour de qualification. À Tokyo 2020, un cavalier marocain sera également présent au concours de saut individuel. 

«À travers cette nouvelle participation, le sport équestre marocain confirme le très haut niveau de ses cavaliers sur la scène internationale et entend relever le challenge que représentent aujourd’hui les prestigieux Jeux Olympiques dans cette discipline», se félicite la Fédération marocaine d’équitation sur son site.

L’équipe est entraînée depuis le 1er septembre dernier par le Belge Philippe Lejeune, ancien champion du Monde (en 2010) et dont les ambitions ne s’arrêtent pas à une qualification pour Tokyo, comme il le détaillait pour Studforlife.com après la compétition.

Mettre la barre plus haut

« Je peux vous dire qu’ils étaient tellement contents de cette qualification pour Tokyo après la première manche, qu’ils se sont laissés aller pour la suivante. […] Je suis encore bien plus exigeant qu’eux mais j’étais tout de même content de chaque couple, et je n’ai pas manqué de leur dire ! S’ils veulent parler de haut niveau, il faut mettre la barre plus haut, devenir encore plus professionnel, travailler et se perfectionner. C’est ça que je souhaite qu’ils comprennent, ils sont très bons, je n’ai aucun doute », assénait-il.

Invités en Espagne pour cette Coupe des Nations, les Marocains ont terminé à la septième place avec 14 points au compteur, deux petits points derrière les cinquièmes ex-aequo égyptiens et suédois (12 points), tandis que le Brésil, quatrième, comptait 10 points.

La victoire s’est logiquement jouée entre les médaillés de bronze de Rio 2016 allemands (1ers , 4 points), les Danois (2e, 6 points) et les Irlandais (3e, 8 points), trois nations importantes dans la hiérarchie du jumping mondial.

Les Marocains ont donc désormais leur place assurée à Tokyo et Lejeune a bien l’intention de faire progresser sa formation d’ici l’été prochain. « En février prochain, j’aimerais qu’ils passent quelques semaines au Sunshine Tour pour courir les CSI 4* afin d’être remis en route. Mis à part Abdelkebir Ouaddar, les autres n’ont tout de même pas beaucoup d’expérience sur des épreuves types 4 et 5. Un CSI 3 n’a quand même rien à voir avec les Jeux Olympiques ! », explique le technicien. 

L’équipe a donc quelque huit mois pour progresser et espérer, pourquoi pas, accrocher un podium lors des épreuves de saut d’obstacles, qui se tiendront du 4 au 8 août au Parc équestre de Setagaya.