Les précurseurs : KITAJIMA Kosuke réalisé le double-doublé

Pékin, CHINE - 11 août 2008 : Le Japonais Kosuke Kitajima célèbre sa victoire en finale du 100 m brasse masculin lors des Jeux Olympiques de Pékin 2008.
Pékin, CHINE - 11 août 2008 : Le Japonais Kosuke Kitajima célèbre sa victoire en finale du 100 m brasse masculin lors des Jeux Olympiques de Pékin 2008.

Aucun athlète n'était parvenu à remporté l'or sur 100 m et 200 m brasse lors de deux Jeux Olympiques consécutifs. 

Dans tous les domaines et dans toutes les époques, il a fallu des pionniers pour explorer les territoires inconnus. Dans cette série, nous revenons sur les athlètes qui ont montré la voie au Japon en apportant des succès jamais réalisés. Focus sur KITAJIMA Kosuke, qui a réalisé le doublé 100 m / 200 m brasse à Athènes 2004 et Pékin 2008. C’est le premier nageur japonais à remporter deux médailles d’or consécutives dans deux épreuves.

KITAJIMA Kosuke remporte l'or sur 100 m et 200 m à Athènes 2004 et Pékin 2008

C’est un sentiment fantastique !

Je n'ai pas de mots !

L’auteur de cette déclaration est le quadruple champion olympique lors de son interview d’après-course, après s’être libéré de l’immense pression dont il faisait l’objet. Kitajima les a prononcés en souriant, encore sous le choc de l’émotion, les larmes au yeux. Un peu plus tard, il a de nouveau réagi, de manière plus poétique : 

« Je ne peux être compétitif que lorsque le plus profond de mon coeur brûle de passion. »

Kitajima débute la natation à l’âge de 5 ans. C’est sa rencontre avec HIRAI Norimasa, son entraîneur, qui lui permet de devenir un nageur de classe mondiale. Lorsqu’il n’a que 18 ans, il prend part à ses premiers Jeux Olympiques, à Sydney 2000, terminant 4e du 100 m brasse. Il réalise ensuite l’exploit aux Jeux Asiatiques 2002, en battant le record du monde du 200 m brasse en 02:09.97. Cela faisait 10 ans que le nageur américain Mike Barrowman avait établi cette marque. Avec cette performance, Kitajima devient le premier nageur de l’histoire à descendre sous la barre des 2 min 10 s. 

Les progrès spectaculaires de Kitajima on ensuite continué. 

Il passe professionnel en 2003 et établi deux nouveaux records du monde lors des Championnats du monde de natation 2003 à Barcelone : 59,78 s sur 100 m brasse et 02:09.42 sur 200 m brasse. Mais juste avant les Jeux Olympiques d’Athènes 2004, son rival américain Brendan Hansen reprend possession de ses deux records.

Cela annonce la couleur pour les Jeux.

En finale du 100 m à Athènes, Hansen mène la course au moment du demi-tour du 50 m. Mais Kitajima repasse devant lorsque les deux nageurs sortent la tête de l’eau. En donnant tout ce qu’il peut, Kitajima parvient à décrocher l’or.

Lors des Jeux de Pékin 2008, le nageur prometteur norvégien Alexander Dale Oen fait forte impression sur 100 m brasse. Il termine premier du tour préliminaire avant d’établir un nouveau record olympique sur 100 m brasse en demi-finale, où Kitajima termine second.

La déception de Kitajima réveille sa passion et sa ferme détermination à gagner. C’est un homme de challenge. Il répond en finale, en récupérant le record du monde en 58,91 s. Il devient par la même occasion le premier homme à passer sous la barre des 59 s. 

Kitajima remporte l’argent sur le relais masculin 4 x 100 m 4 nages lors des Jeux Olympiques de Londres 2012, montant sur le podium lors de trois Jeux consécutifs. Si Kitajima est dévoué à ses coéquipiers, ses coéquipiers le sont tout autant : « On ne laissera pas Kosuke-san rentrer les mains vides. »

Kitajima est non seulement devenu le premier nageur japonais à remporter l’or sur la même épreuve lors de deux JO consécutifs depuis la légende TSURUTA Yoshiyuki qui a remporté l’or sur 200 m brasse lors des Jeux d’Amsterdam 1928 et Los Angeles 1932, mais il a également réalisé l’exploit sans précédent de glaner l’or sur deux épreuves de brasse de deux JO consécutifs. Il est également monté sur le podium olympique de trois jeux successifs. 

Un exploit qui n’aurait jamais été possible sans que « le plus profond de son coeur brûle de passion ».