PFP et Jordan Sarrou ou le triomphe du VTT français aux Mondiaux

La Française Pauline Ferrand-Prévot lors des Championnats d'Europe de VTT de Glasgow en Ecosse, en 2018.
La Française Pauline Ferrand-Prévot lors des Championnats d'Europe de VTT de Glasgow en Ecosse, en 2018.

Pauline Ferrand-Prévot et Jordan Sarrou ont tous deux été sacrés champion du monde de VTT ce week-end à Leogang en Autriche, continuant un automne incroyable pour le cyclisme tricolore.

PFP ne fait pas de détails

Le cyclisme français se porte bien, merci pour lui ! Après le titre mondial sur route de Julian Alaphilippe, les victoires d’étapes sur le Giro d’Arnaud Demarre, ce week-end l’équipe de France de VTT a tout écrasé sur son passage aux championnats du monde à Leogang en Autriche.

C’est d’abord Pauline Ferrand-Prévot qui s’est illustrée en conservant son maillot arc-en ciel ce samedi 10 octobre, gagné en 2019 au Mont Sainte-Anne (Québec). Il s’agit du troisième titre mondial pour la Champenoise, après celui d’Andorre en 2015 et donc l’an passé au Canada.

La rideuse de 28 ans n’a laissé aucune chance à la concurrence, s’échappant dès la première montée et ne cessant d’accroître son avance jusqu’au bout. Elle a terminé avec plus de trois minutes d’avance sur l’Italienne Eva Lechner et l’Australienne Rebecca McConnell.

Et maintenant le titre Olympique ?

« Ça a été une course vraiment extraordinaire. Je voulais réaliser un très bon départ pour pouvoir faire un écart en montées et en descentes, parce que je savais que ça pouvait être un peu tendu en descente si on roulait en groupe », analysait-elle après la course.

La cycliste aux six titres mondiaux (3 en VTT, 1 en cyclisme sur route, 1 en cyclo-cross et 1 en VTT marathon) est au sommet de son art. Pourtant opérée en janvier dernier pour soigner une endofibrose iliaque, la Française n’a pas mis beaucoup de temps à retrouver son meilleur niveau. Il lui reste désormais le défi olympique au Japon l’an prochain après la déception à Rio en 2016.

Nino Schurter finalement battu

Chez les garçons, on attendait évidemment le Suisse Nino Schurter ou le Brésilien Henrique Avancini pour le titre, mais l’équipe de France avait manifestement décidé que ces Mondiaux seraient les leurs. D’entrée de jeu, l’armada tricolore s’est placée en tête et Jordan Sarrou s’est envolé dès le premier tour, mettant 45 secondes entre lui et les autres. Il a ensuite parfaitement résisté à ses poursuivants, en particulier le Suisse Mathias Flückiger, qui a tout tenté.

Titouan Carod s’est lui aussi accroché jusqu’au bout, luttant pour la deuxième place avec le Suisse mais devant se « contenter » du bronze. Enfin Maxime Marotte a terminé sixième, complétant un superbe tir groupé des Bleus. Nino Schurter, qui avait remporté les cinq derniers championnats du Monde, n’a pu faire mieux que neuvième.

Premier titre français depuis Absalon

A 27 ans, Sarrou remporte son premier titre international majeur, lui qui a été champion de France juniors (2009) et espoirs (2012, 2014). Il est le premier champion du monde français depuis 2014 et un certain Julien Absalon, longtemps ogre de la discipline.

« Champion du monde… Je n'arrive pas à y croire, je n'ai pas de mots. Ce n'est pas possible. Je suis en plein rêve. C'était une course de dingue, dans des conditions que j'adore. Je veux vraiment remercier tout le monde, ma famille, mon équipe, mon coach, la fédération. Je suis vraiment fier de ce que j'ai réalisé aujourd'hui. C'est énorme. L'objectif était de partir très vite, de ne pas brusquer le matériel, j'étais vraiment concentrer sur ma course », a déclaré le Français juste après la course au micro de Red Bull TV.