Nijel Amos, l'athlète qui a surgis sur 800 m pour remporté la première médaille olympique du Botswana

Le Botswanais Nijel Amos remporte l'argent à Londres 2012 sur 800 m, au côté du Kényan David Lekuta Rudisha qui établit un nouveau record du monde.
Le Botswanais Nijel Amos remporte l'argent à Londres 2012 sur 800 m, au côté du Kényan David Lekuta Rudisha qui établit un nouveau record du monde.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d’athlètes, pour 24 nations, c’est un rêve qui ne s’est réalisé qu’une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l’impact qu’ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Le Botswana a fait ses débuts olympiques à Moscou en 1980. Cependant, il a fallu 24 ans pour que ce pays d'Afrique australe remporte une médaille aux Jeux. À Athènes en 2004, l'équipe du relais 4 x 400 m a atteint la finale avant qu'Amantle Monsho ne se qualifie pour la finale du 400 m à Pékin en 2008. Dans les deux cas, les athlètes du pays n'ont pas réussi à monter sur le podium.

Il a fallu attendre un jeune adolescent que personne n'attendait pour que le Botswana obtienne ce qu'il cherchait depuis sa première participation : une médaille olympique.

Élevé par ses grands-mères, Nijel Amos a grandi dans la campagne de Marobela où il devait marcher 7 km pour se rendre à l'école. Malgré tout, il trouvait toujours le temps de jouer au football et de courir. Et c'est là que se trouvait son vrai talent, en athlétisme.

« J'ai commencé à faire de l'athlétisme à la fin de mes études secondaires en 2011 », a-t-il déclaré à World Athletics. « Mon entraîneur au lycée, M. Mafefe, a décidé que je devais privilégier le 800 m. À 17 ans, je courrais en 1 min 47 s. C'est là que tout a commencé. À la fin de mes études secondaires, j'ai décidé que je pouvais passer professionnel. »

Amos a excellé en prenant la troisième place au Championnat d'Afrique d'athlétisme junior avant de participer au Championnat du monde d'athlétisme junior, où il a terminé cinquième du 800 m.

Un an plus tard, le jeune homme de 18 ans remportait le titre mondial junior sur 800 mètres à Barcelone. Mais c'est lors de ses débuts à Londres 2012 qu'il connaîtra son plus grand succès.

Le Botswanais Nijel Amos à Londres 2012 se contente de l'argent après que le Kényan David Lekuta Rudisha ait remporté l'or sur 800 m à Londres 2012.
Le Botswanais Nijel Amos à Londres 2012 se contente de l'argent après que le Kényan David Lekuta Rudisha ait remporté l'or sur 800 m à Londres 2012.
Photo de Cameron Spencer/Getty Images

Le moment historique

Amos était inconnu lorsqu'il est arrivé à Londres et l'on s'attendait à ce qu'il ne participe que pour acquérir de l'expérience.

Bien que nouveau venu, il affrontait les meilleurs athlètes du monde, dont le Kenyan David Rushida, qui était l'une de ses idoles. Rushida, qui détient le record du monde établi lors du meeting de la Ligue de diamant de Rieti (Italie) en 2010, était non seulement l'homme à battre, mais aussi le favori du public.

Mais cela n'a pas perturbé le jeune homme de 18 ans. Dans l'esprit d'Amos, il avait déjà dépassé les attentes en atteignant la finale du 800 m.

« Quand je suis arrivé à Londres, j'étais confiant, car c'était seulement quelques semaines après les Championnats du monde junior, où j'avais couru mon deuxième 800 m en 1 min 43 s en un peu plus d'un mois, donc j'étais confiant », déclarait Amos.

« Je savais que si je pouvais rester près des autres, je pouvais obtenir quelque chose. Mon but n'était pas de gagner, ni de remporter une médaille. Mon objectif était d'être en finale. Donc, après être arrivé en finale, j'étais heureux et je n'avais rien à perdre. J'avais atteint mes objectifs, Dieu merci. Mon entraîneur m'a dit de me rappeler que je n'avais rien à perdre et d'en profiter. »

Au départ, Rushida était au couloir n° 3 tandis qu'Amos était à côté de lui au couloir n° 4. Le maître et l'apprenti se tenant l'un à côté de l'autre.

Comme prévu, après le départ, Rushida a pris les devants de la course. Le Soudanais Abubaker Kaki était juste derrière lui, avec Amos pas loin. Aux 600 mètres, Rushida avançait toujours. Mais à la moitié du dernier tour, l'athlète botswanais est sorti de nulle part pour passer devant.

Le favori kenyan a remporté la médaille d'or avec un nouveau record du monde (1 min 40 s 91) tandis qu'Amos a surpris tout le monde en prenant l'argent en 1 min 41 min 73 s, nouveau record du monde junior.

Après avoir franchi la ligne d'arrivée, Amos s'est affalé sur la piste et s'est effondré. Il a même quitté la piste sur une civière pour rejoindre le centre médical.

Après trois décennies de participation aux Jeux Olympiques, le Botswana a finalement remporté une médaille grâce à ce jeune athlète.

Les conséquences

Après les Jeux, Amos est rentré chez lui, où il a été accueilli en héros. Il y a reçu des fonds en cadeau du gouvernement, ainsi que six vaches.

Après Londres 2012, l'athlète Botswanais est non seulement devenu un rival de Rushida, mais il a réussi à le battre à plusieurs reprises.

En 2014, Amos, 20 ans, a battu Rushida aux Jeux du Commonwealth et de nouveau en 2015 lors du meeting de la Ligue de diamant au stade olympique, au même endroit où ils se sont rencontrés pour la première fois en face à face en 2012.

À ce jour, Amos a remporté six des sept courses contre Rushida.

Bien qu'Amos n'ait pas réalisé une bonne performance à Rio 2016, manquant les demi-finales sur 800 m, sa carrière a continué sur les même bases. En 2018 lors de lu meeting de la Ligue de diamant de Monaco, Amos a couru en 1 min 42 s 14, sa meilleure performance depuis 2012. Il a ensuite enregistré un temps de 1 min 41 s 89 dans la même compétition l'année suivante, montrant qu'il peut encore faire la différence.

« Nijel Amos nous a déjà apporté une médaille olympique, nous espérons donc qu'il en apportera d'autres », a déclaré le président de l'association d'athlétisme du Botswana, Oabono Theetso, pour The Patriot Sport.

L'athlète réside actuellement dans l'Oregon, aux États-Unis. Il a 26 ans et s'est déjà qualifié pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

« Ce n'est pas facile d'avoir un programme d'entraînement clair avec la situation causée par le coronavirus. Pour le moment, je garde une énergie et une attitude positive, et je me prépare pour les Jeux Olympiques », a déclaré Amos pour le site mmegi.bw.

L'année prochaine, le 800 m sera disputé par les meilleurs athlètes du monde. Amos compris, qui n'est plus un jeune athlète mais un champion expérimenté à la conquête de l'or pour son pays.