MUROFUSHI Koji : « Ne gâchez donc pas les chances que vous avez. Relevez de nombreux défis. »

Le Japonais Koji Murofushi après sa médaille de bronze au lancer du marteau aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
Le Japonais Koji Murofushi après sa médaille de bronze au lancer du marteau aux Jeux Olympiques de Londres 2012.

Ecouter les athlètes de haut niveau et leur histoire, c'est faire un pas en avant vers une vie meilleure. En surmontant de nombreux défis pour atteindre leur objectif, les athlètes élite peuvent prendre différents chemins mais doivent toujours choisir la meilleure option.

MUROFUSHI Koji est médaillé d'or au lancer du marteau chez les hommes. Il est devenu le premier athlète japonais à remporter cette épreuve, lors des Jeux Olympiques d'Athènes 2004. Il a ensuite remporté une médaille de bronze à Londres 2012 à l'âge de 37 ans. Koji est actuellement directeur des sports du Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo (Tokyo 2020), contribuant à la formation de jeunes athlètes en tant que professeur à l'Université médicale et dentaire de Tokyo.

Koji est une légende de l'athlétisme japonais, et ses sages paroles vous aideront dans ces moments difficiles provoqués par l'épidémie mondiale de COVID-19 à laquelle nous sommes tous confrontés aujourd'hui.

Trouver de nouveaux challenges dans d'autres sports

Koji possede un CV impressionnant. Il est médaillé d'or aux Jeux Olympiques et champion du monde. Il a également remporté 20 victoires consécutives lors des Championnats d'athlétisme au Japon. Son record de 84,86 m et date de 2003. C'est la quatrième meilleure performance de tous les temps.

Koji a participé avec succès à des compétitions internationales de haut niveau grâce à son talent naturel et à ses efforts incessants pour s'améliorer, suivant un entraînement sous la direction de son entraîneur, et père, Shigenobu. Koji est également chercheur universitaire (avec un doctorat en biomécanique) qui lui a permis d'auto-évaluer ses propres mouvements.

Koji était sur le point d'avoir 38 ans lorsqu'il a remporté le bronze à Londres en 2012, et l'année précédente, il avait remporté l'or aux championnats du monde. Il a continué la compétition jusqu'à l'âge de 41 ans.

En lancer du poids, les athlètes lancent un boulet métallique pesant 7,26 kg (hommes) ou 4 kg (femmes) aussi loin que possible et d'une seule main. Une balle lancée à 80 m de distance se déplace à une vitesse de plus de 29 m/sec, et la force exercée sur le fil atteint plus de 350 kg. Le lancer de marteau requiert non seulement de la force, mais aussi de l'agilité et de l'explosivité. Naturellement les capacités physiques diminuent avec l'âge, il n'est donc pas facile d'accomplir ce que Koji a fait pour son âge.

Quel est son secret? Koji s'est confié à Tokyo 2020 sur ce moment charnière, devenu un tournant dans sa carrière.

« Après avoir participé aux Jeux Olympiques [à Athènes et à Pékin], j'ai pris un an de repos l'année suivante, en 2005 et 2009. Je n'ai participé qu'aux Championnats d'athlétisme du Japon. J'étais un peu anxieux de ne pas participer à la compétition, mais vers 30 ans, les effets de longues années de lancer de marteau continu ont commencé à se faire sentir, et j'ai eu besoin de faire une longue pause. Mais cela ne voulait pas dire que je ne faisais rien. Je sentais qu'il était important d'expérimenter autre chose pour me remettre des efforts physiques et mentaux répétitifs après de nombreuses années de lancer. »

« Les défis que j'ai relevés m'ont aidé à découvrir et à développer de nouvelles méthodes d'entraînement. Cette pause s'est avérée très enrichissante pour la suite de ma carrière. »

Le Japonais Koji Murofushi lors de la finale du lancer du marteau aux Jeux Olympiques d'été d'Athènes en 2004.
Le Japonais Koji Murofushi lors de la finale du lancer du marteau aux Jeux Olympiques d'été d'Athènes en 2004.
Photo par Michael Steele/Getty Images

La clé de la réussite : faire les choses pas à pas

Koji s'est lancé dans diverses activités sportives qui stimule différents muscles associés au lancer du marteau, notamment le cyclisme sur route, la course de fond et la natation. De plus, Koji a découvert de nouvelles compétences et approches pour perfectionner sa technique de lancer. Comme le lancer de filet et l'apprentissage de techniques ninja tels que le maniement des makibishi (chausse-trappe) et des shuriken (étoile japonaises à lancer).

« Tout n'était que découverte. Mais on retrouve les mêmes bases. Par exemple, en natation, la position du corps et une bonne posture sont la clé pour s'améliorer. Vous pouvez vous améliorer plus rapidement si vous comprenez ces bases. Ca semble évident, mais il y a toujours un ordre à suivre pour s'améliorer. Si vous partez sur de mauvaises bases, c'est difficile de les gommer. Cela m'a rappelé combien il est important de s'entraîner correctement. »

De nouvelles perspectives pour sortir de la routine

Il est noble de maîtriser une seule discipline. Cependant, si vous vous fixez trop sur une seule composante, vous finissez souvent par devenir trop étroit d'esprit. La vie de Koji tourne autour du lancer du marteau, mais il s'est ouvert à d'autres perspectives pour fortifier ce pilier central de sa vie.

« Au bureau par exemple, vous passez tellement de temps à faire la même tâche que cela devient une routine, et votre esprit se referme. "C'est comme ça qu'il faut faire" Vous n'aurez jamais de nouvelles idées avec cet état d'esprit. Vous vous fixez sur : "Il faut faire comme ça, sinon je ne serai progresserai jamais," et toute nouvelle idée se perd et s'oublie. J'ai appris cela en faisant de la compétition pendant une longue période. Lorsque les choses n'avancent pas ou sont bloquées, il est important d'essayer quelque chose qui sort de l'ordinaire ou de remplacer votre routine par quelque chose de totalement différent. Dans mon cas, j'ai pris une pause d'un an, mais je me suis dit que si je consacrais mon énergie à autre chose qu'au lancer du marteau pendant cette période, cela me bénéficierait lorsque je reviendrais à la compétition. J'ai donc relevé de nombreux défis différents. »

« Si vous êtes trop focalisé, vous n'aurez jamais d'idées créatives » - MUROFUSHI Koji
« Si vous êtes trop focalisé, vous n'aurez jamais d'idées créatives » - MUROFUSHI Koji
Tokyo 2020 / Shugo TAKEMI

S'analyser pour combattre ses points faibles

En parallèle à la compétition, Koji a fait ses études à la Chukyo University Graduate School et a obtenu son doctorat en 2007. Il a mené des recherches universitaires en biomécanique du sport, ce qui lui a permis de porter un regard objectif sur son propre sport et ses compétences.

« À cette époque, très peu d'athlètes actifs suivaient des études supérieures. Il était trop difficile de se focaliser sur son sport, il fallait réduire le temps d'entraînement pour la recherche et les études. Mais on ne sait jamais quand sa carrière d'athlète va se terminer, alors j'ai décidé de voir plus loin que ce qui est devant moi et j'ai choisi de poursuivre les deux. Dans le sport, vous avez des bons et des mauvais jours. Lorsque j'avais une mauvaise journée, je travaillais sur mes recherches et j'essayais de réfléchir à ce que je pouvais faire pour obtenir de meilleurs résultats. De ce fait, mon esprit changeait et je m'entrainais à nouveau. Avoir un point de vue objectif signifie que vous devez porter attention a ce côté négatif. Si vous voulez changer, vous devez surmonter vos faiblesses. Il est important de s'analyser, c'est pourquoi mes recherches pendant mes études supérieures m'ont été extrêmement utiles. »

Se donner des opportunités pour la suite

Koji insiste également sur la gestion de son temps, qui est primordial. En raison de la pandémie de COVID-19, les entreprises encouragent le travail à distance et cette tendance devrait changer notre mode de vie et notre façon de travailler. Comment devrions-nous utiliser notre temps de manière efficace ?

« Je dis toujours aux jeunes athlètes de ne pas penser pas que le sport est la seule chose à faire. Personne ne sait ce qui se passera dans dix ans. Le monde peut changer de manière inattendue, comme cela s'est produit récemment, ou peut-être que votre situation va changer. Dans dix ans, il vaut mieux avoir le choix entre trois options plutôt que d'en avoir qu'une seule. Il faut du temps pour maximiser votre potentiel - un ou deux ans ne suffisent pas. Même lorsque vous avez une vingtaine d'années, vous ne savez pas quel chemin prendre. Dans ce genre de situation, il est préférable d'avoir plus d'options. Ne gâchez donc pas les chances que vous avez. Relevez de nombreux défis. »

Londres, ANGLETERRE - 5 août 2012 : Le japonais Koji Murofushi lors de la finale du lancer de marteau aux Jeux Olympiques de 2012.
Londres, ANGLETERRE - 5 août 2012 : Le japonais Koji Murofushi lors de la finale du lancer de marteau aux Jeux Olympiques de 2012.
Reinhard Krause - IOPP Pool /Getty Images

De l'importance de faire preuve de créativité dans un environnement donné et dans des délais impartis

Koji a obtenu son doctorat et s'est donné la possibilité de devenir professeur d'université. Il a multiplié ses opportunités en essayant quelque chose de nouveau qui pourrait lui être utile après sa retraite sportive. Selon Koji, il est « important de faire preuve de créativité dans un environnement donné et dans des délais impartis ».

« Lorsque votre temps est restreint, vous essayez d'être efficace et de penser à la manière la plus efficace de faire les choses. Avoir beaucoup de temps libre n'est pas nécessairement une bonne chose. Il en va de même pour votre environnement. Dans mon cas, si je n'avais pas eu accès à des équipements de qualité, je serais le premier à aller dans un magasin de bricolage pour construire mon propre équipement fait maison. Vous ne vous améliorerez pas seulement en vous entraînant et en vous confrontant à votre environnement existant. C'est amusant d'être créatif, et c'est ainsi que l'on se développe et que l'on s'améliore vraiment. Vous ne gagnerez rien à vous plaindre de votre environnement ou du fait que votre temps est restreint. Vous devez réfléchir à quoi faire dans ces circonstances. »

La fin justifie les moyens, et le dur labeur qui l'accompagne

En tant que directeur des sports de Tokyo 2020, Koji travaille sans relâche sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020, été reportés d'un an.

Le report des Jeux est inédit, et personne n'a jamais connu pareille difficulté. Relever ce défi s'inscrit dans l'idée One Intention - itto ichinen (se concentrer sur chaque lancer) qui est son fil conducteur.

« Je pense qu'il est important de mettre tout son esprit dans chaque tâche et de donner le meilleur de soi-même. Vous irez de l'avant et vous trouverez le bon chemin. C'était mon objectif lorsque j'étais en compétition, et je vis toujours selon ce principe directeur. Les Jeux Olympiques et Paralympiques n'ont jamais été reportés, mais je suis sûr que nous pouvons donner de l'espoir à beaucoup de personne si nous pouvons réussir l'organisation de ces Jeux. Et j'espère pouvoir y contribuer par tous les moyens possibles. »

Les paroles de cet athlète qui a atteint le sommet ont un puissant effet. Bien que nos vies et nos réalités soient différentes, ces paroles prononcées, basées sur l'expérience, ont une réelle et profonde signification.

En tant que directeur sportif de Tokyo 2020, Koji travaille dur pour promouvoir les Jeux de Tokyo 2020.
En tant que directeur sportif de Tokyo 2020, Koji travaille dur pour promouvoir les Jeux de Tokyo 2020.
Tokyo 2020 / Shugo TAKEMI