Michel Bourez, le « spartiate » tahitien qui rêve de l’or olympique

Lemoore, CALIFORNIA - 20 Septembre 2019 :   Le Français Michel Bourez lors de la compétition Freshwater Pro-WSL 2019 à Lemoore, en Californie.
Lemoore, CALIFORNIA - 20 Septembre 2019 : Le Français Michel Bourez lors de la compétition Freshwater Pro-WSL 2019 à Lemoore, en Californie.

Le surfeur professionnel de 35 ans représentera la France aux Jeux Olympique de Tokyo 2020. Il nous parle de sa notion d'équipe qui s'est développée grâce l'introduction de son sport aux JO à Tokyo 2020 et de l'épreuve olympique de surf de Paris 2024, programmée à l'autre bout du globe.

Ne vous laissez pas avoir par son sourire étincelant et son attitude décontractée. Michel Bourez, l’un des meilleurs surfeur au monde, est connu pour son style tout en puissance, son approche sans pitié des compétitions et son physique impressionnant, qui lui ont même valu le surnom de Spartiate.

Le Tahitien est l’un des trois surfeurs qui représentera la France au Jeux Olympiques de Tokyo 2020, avec Jérémy Florès et Johanne Defay , et figure régulièrement dans le top 20 du Championship Tour de la World Surf League, le circuit international de l'élite mondiale.

L’histoire de Bourez commence à Rurutu, une petite île de moins de 2 500 habitants dans l’archipel de Tuamotu à Tahiti. À 17 ans, il entre dans le circuit professionnel et fait rapidement parler de lui. Il intègre le Championship Tour de surf en 2009.

Même après une dizaine d'années remplie de voyages à travers le monde et de compétitions, il reste dans son cœur un enfant de l’île et voue un profond respect pour ses origines tahitiennes.

« Les Tahitiens sont des gens simples, nous n’avons pas besoin de beaucoup de choses pour vivre, » déclare-t-il à la fédération internationale de surf, la ISA. « La vie est facile ici. Nous aimons partager nos repas, nos connaissances et un tas d’autres choses, mais pas nos vagues tu comprends ? »

« Durant la journée je suis un homme simple et facile à vivre. Mais quand les compétitions commencent, je change complètement, je deviens quelqu’un d’autre. C’est comme une bataille. Je me transforme en guerrier ou quelque chose comme cela. Je suis prêt à sortir et à faire mon boulot. Je vais gagner quoi qu’il arrive. »

Le goût du travail d’équipe aux ISA Surf Games

La vie de surfeur professionnel peut être une vie de solitude, mais quand on regarde sa participation aux ISA Surf Games en 2019, cette expérience a changé la donne.

« En tant que surfeur professionnel, je voyageais seul et et je ne faisais les choses que pour moi. Mais maintenant, nous faisons partie d'une équipe. Nous étions l’équipe qui représentait la France. Tu ne surfais plus seulement pour toi mais pour tout ton pays. C’était la première fois en dix ans que je devais passer mon temps avec des gens que je ne connaissais même pas. J’ai appris à les connaitre durant la compétition et ce sentiment d’appartenance à une équipe était vraiment génial. »

Les rêves de Paris 2024

Quand Paris a obtenu les Jeux Olympiques pour 2024, la grande question était de savoir où l’épreuve de surf allait avoir lieu.

La France métropolitaine dispose de plus de cent kilomètres de côtes, mais seule une petite portion est propice au surf et les vagues y sont meilleures durant le saison automne/hiver.

À l’été 2019, le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 a commencé à prospecter outre-mer. C'est à ce moment que ses membres ont reçu une invitation de Michel Bourez pour découvrir la pépite des spots tahitiens, Teahupo’o.

Ils ont été très impressionné par ce qu’ils ont vu sur cette petite île de la collectivité d’outre-mer de Polynésie française.

Comme le dit Bourez : « Ils peuvent avoir les meilleurs compétitions et les meilleurs spectacles, mais en terme de surf, c'est probablement ici à Tahiti qu'ils peuvent avoir le plus grand spectacle de l'histoire du sport. »

« En tant que Tahitien, je veux que les gens se souviennent qu’intégrer le World Tour était quelque chose de faisable. Peu importe d’où vous venez, si vous avez cette bonne mentalité de ne jamais abandonner, de vous relever quand vous tombez, cela n’a pas d’importance. Du moment que vous continuez d’aller de l’avant et de visez vos objectifs. »