Michael Parris : L'unique médaillé olympique du Guyana

Les athlètes du Guyana lors de la parade des délégations de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Moscou 1980.
Les athlètes du Guyana lors de la parade des délégations de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Moscou 1980.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Le Guyana ne compte qu'un seul médaillé olympique : le boxeur Michael Parris.

Né le 4 octobre 1957, Parris a grandi dans la capitale du pays, Georgetown.

« La vie était un peu difficile avec beaucoup de hauts et bas. Ma famille n'était pas riche, alors nous devions nous contenter du peu que nous avions, mais nous en étions reconnaissants », a déclaré Parris à Kaieteur News, la principale agence de presse du Guyana.

Il est issu d'une longue lignée de boxeurs. Son père et ses oncles pratiquaient la boxe. C'est une tradition familiale qui lui a été transmise, ainsi qu'à quelques-uns de ses frères.

« Mes frères et moi, ainsi que des amis, nous pratiquions la boxe et un jour, nos talents ont attiré l'attention d'un ancien du village qui nous a dit : "Pourquoi ne pas vous inscrire dans un club?" ».

« Alors, mes frères et moi avons suivi son conseil et nous avons rejoint un club, et à partir de là, j'ai commencé comme boxeur amateur ».

En 1972, Parris a remporté le championnat amateur junior dans la catégorie poids plume à l'âge de 15 ans.

Il a continué à participer à diverses compétitions de boxe, enchaînant les victoires mais aussi des défaites. Finalement, il a été sélectionné pour représenter le Guyana dans le cadre d'un programme d'échange avec les États-Unis, où il a fini par faire des tournées mondiales pour représenter son pays.

En 1978, à 21 ans, il participe aux Jeux du Commonwealth, perdant en quart de finale. Il a également été sélectionné pour représenter Le Guyana aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, en République dominicaine, où il a remporté une médaille de bronze.

Enfin, il a été sélectionné pour aller aux Jeux Olympiques.

Le moment historique

En 1980, Parris a 23 ans.

Cette année-là, les États-Unis boycottent les Jeux Olympiques de Moscou pour protester contre l'invasion soviétique de l'Afghanistan de 1979.

Au total, 65 nations ont refusé de participer, mais 80 pays ont envoyé des athlètes pour participer aux Jeux, dont le Guyana, qui a envoyé une équipe de huit athlètes comprenant quatre boxeurs, deux cyclistes, un coureur et un haltérophile.

« Les conditions climatiques à Moscou étaient différentes de celles auxquelles nous étions habitués, mais en raison de mon ambition et de ma détermination à gagner les Jeux Olympiques, je n'ai pas laissé cela m'affecter », a-t-il rappelé.

Dans la catégorie des poids coqs (-54 kg), Parris a battu le Nigérian Nureni Gbadamosi et le Syrien Fayez Zaghloul avant de s'imposer en quart de finale face au Mexicain Daniel Zaragoza. En revanche, en demi-finale, il a été battu par le Cubain Juan Hernandez dans un combat très serré.

Malgré cette défaite, Parris a remporté une médaille de bronze, la première et unique médaille olympique du Guyana. Il demeure le seul médaillé olympique du pays.

« Le sensation de monter sur le podium était inexplicable (sic.). C'était une grande réussite. Mes émotions fusaient. Je me sentais très fier d'être le premier médaillé olympique de mon pays, le Guyana ».

Les conséquences

Malheureusement, la télévision n'en était qu'à ses débuts au Guyana, si bien que très peu de Guyanais ont pu assister à cet exploit historique et partager l'exaltation du boxeur de monter sur le podium pour recevoir sa médaille.

Lorsqu'il est finalement rentré au Guyana, Parris, ainsi que Patrick Forde, qui avait remporté un titre au Commonwealth, ont défilé dans la capitale. Le gouvernement a également récompensé Parris en lui offrant une maison.

Après cela, il est devenu boxeur professionnel. Il a fait 48 combats amateurs entre 1972 et 1982. Il a ensuite participé a 29 combats professionels, avec un total de 17 victoires dont quatre par KO, 10 défaites et deux nuls, entre 1982 à novembre 1995.

« Je m'entrainais pour les Jeux Olympiques de 1984, mais on m'a dit que j'étais trop vieux. Ils ont finalement choisi un boxeur plus jeune qui a perdu aux Jeux Olympiques, c'est donc la raison pour laquelle je suis passé pro », a-t-il expliqué.

Aujourd'hui, Parris a 62 ans. Il est père de huit enfants et gagne sa vie comme chauffeur de taxi dans son pays d'origine.

En 2018, la Guyana Boxing Association a baptisé son tournoi de boxe U-16 "le Pepsi Mike Parris". En 2019, il s'est rendu à Moscou, en Russie, où il a été honoré par l'Association mondiale olympique et le Comité olympique russe pour avoir remporté la seule médaille du Guyana.

Parris, qui a connu de nombreux hauts et bas et de nombreuses déceptions dans sa vie, ne pense pas avoir été correctement récompensé pour avoir apporté ce moment de gloire au Guyana. Et il espère toujours que le gouvernement de son pays lui rendra hommage pour ce qu'il a accompli à Moscou il y a quatre décennies.