Metella, Manaudou et Van Niekerk voient une seconde chance dans ce report

Hangzou, CHINE - 12 décembre 2018 : Le nageur français Mehdi Metella aux Championnats du monde de natation en petit bassin 2018, lors du 100 m papillon.
Hangzou, CHINE - 12 décembre 2018 : Le nageur français Mehdi Metella aux Championnats du monde de natation en petit bassin 2018, lors du 100 m papillon.

Certains athlètes voient du positif dans le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 malgré la déception générale qu’il a engendrée.

Dans tout événement difficile, il y a toujours des éléments positifs. Et pour certains athlètes, ces contours positifs sont plus faciles à entrevoir que d’autres. C’est notamment le cas du nageur français Mehdi Metella.

Le médaillé d’argent à Rio 2016 avec le relais 4 x 100 m français avait du renoncer aux Jeux de Tokyo en raison d’une blessure à l’épaule qui avait nécessité une opération début janvier. Aujourd’hui, il a de nouveau l’espoir d’obtenir une médaille aux Jeux, comme il l’a expliqué à Tokyo2020.org :

« Vu le contexte d’aujourd’hui ça fait mal au coeur, mais je suis quand même content d’avoir de nouveau mes chances de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et d’obtenir une médaille. Ma motivation s’est encore plus endurcie et je suis plus costaud qu’avant. »

Manaudou et van Niekerk sur la même longueur d’onde

Son partenaire du relais et champion olympique 2012 du 50 m nage libre Florent Manaudou partage le même sentiment : « Bien sûr, c'est un petit peu une déception parce qu'on s'était mis dans l'idée que 2020 serait une année olympique mais ce virus s'est propagé si vite qu'on ne pouvait pas faire autrement. » a-t-il déclaré au journal l’Équipe. 

Je m'estime même chanceux parce que ça me permet d'avoir un peu plus de temps.

Le recordman du monde du 400 m et champion olympique Wayde van Nierkerk rejoint également les deux nageurs français. La décision du report des Jeux Olympiques à 2021 en raison de la pandémie du coronavirus a été un coup du pour le Sud-Africain de 27 ans, mais il veut désormais se concentrer sur les côtés positifs de la situation.

« J’essaie d’y voir du positif » explique-t-il au journal sud-africain the Daily Maverick. 

Celui qui devait reprendre la compétition dans les prochains mois relativise : « Admettre que les Jeux ne vont pas se dérouler cette année est dur à encaisser, mais ils vont avoir lieu. C’est une autre opportunité pour nous en tant qu’athlètes de démontrer notre talent. »

« Je vois cela comme du temps supplémentaire pour se préparer, plus de temps pour travailler et plus de temps pour m’investir dans ma carrière. Tokyo est une nouvelle pierre à tout l’héritage que je veux laisser derrière moi. »

View this post on Instagram

We gon be alright 🙏🏽 #QuietStorm

A post shared by Wayde van Niekerk (@waydedreamer) on

Le temps d’essayer de nouvelles choses pour Schooling

Pour le Singapourien Joseph Schooling, cette année supplémentaire est également très bénéfique. Celui qui a battu Chad Le Clos, Michael Phelps et Mehdi Metella en finale du 100 m papillon de Rio 2016 pour glaner l’or a pris quelques kilos en trop et son coach estime que ce report a des bénéfices sur son athlète : 

« Cette année supplémentaire aura des effets positifs » assure le coach en chef des nageurs de Singapour Stephan Widmer au journal The Straits Times.  

« Il y a encore du travail. Mais en se basant sur ce qu’il a fait ces deux ou trois derniers mois et sur son enthousiasme, je pense qu’il fait partie de ceux qui se disent : ‘Ok, j’ai un an de plus pour faire du bon boulot avant de démarrer mes blocs d’entraînement pour Tokyo 2021’. »

« Au lieu de s’affûter pour les JO en juillet et août, nous pourrons essayer de nouvelles choses lorsque nous serons de retour à l’entraînement. »

Pau Gasol est plus tranquille

Le basketteur Pau Gasol a été l’un des acteurs principaux dans l’obtention des trois médailles olympiques de l’Espagne (deux en argent et une en bronze), et ce report d’un an augmente ses chances de disputer ces cinquièmes Jeux Olympiques.

« Nous sommes tous impliqués dans cette crise et tous ensemble nous remporterons la médaille d’or contre le coronavirus » a déclaré le porte-parle du basketteur de 39 ans.  

« La décision du CIO me donne un peu plus de tranquillité et plus de temps pour me rétablir de ma blessure au pied. » 

Ce sentiment a eu un écho au Kosovo via la championne olympique de judo Majlinda Kelmendi, qui poursuit actuellement sa ré-éducation.

Au Nigéria, Mike Brown aura plus de temps pour prendre l’équipe en main

Mais ce report donnera également la chance à d’autres athlètes de se préparer davantage, même si aucune blessure n'était d’actualité. Comme l’équipe de basketball du Nigéria, dont le coach Mike Brown estime que ce report d’un an sera une chance pour mieux se préparer :

« Évidemment, c’est décevant. Tout cette période est triste. Pas uniquement d’un point de vue olympique, mais de manière plus générale en raison de toutes les vies affectées dans le monde » a expliqué l’entraineur américain qui a rejoint le Nigéria en février, avant d’ajouter le côté positif du point de vue sportif.

« Une année supplémentaire est un avantage pour moi, en tant que nouvel entraîneur. Je vais avoir plus de temps pour donner une direction à l’équipe et m’assurer d’être dans les meilleures conditions pour les Jeux » a-t-il déclaré au journal The Undefeated.

Au Japon également

Malgré le sentiment général de deception au Japon, la nation hôte pourrait aussi bénéficier de ce report sur le terrain sportif.

Le double champion du monde de badminton japonais KENTO Momota a été victime d’un accident de voiture le 6 mars, ce qui a avorté sa préparation pour les Jeux. Cette année supplémentaire lui donne de l’espoir dans sa quête olympique :

« Je prie pour que la situation relative au coronavirus se calme le plus rapidement possible. Personnellement, je chérie chaque jour qui passe et je m’entraîne plus dur que jamais » a déclaré l’athlète de 25 ans sur Twitter après l’annonce du CIO.

Le report des Jeux Olympiques reste un coup dur pour toutes les personnes impliquées. Mais pour certains athlètes, cela donne également une seconde chance pour récupérer la meilleure condition physique possible.