Max Whithlock a activé le mode olympique 

Glasgow, ÉCOSSE - 12 mars 2016 : Le Britannique Max Whitlock à la barre fixe lors de la Coupe du monde de gymnastique artistique à l’Emirates Arena.
Glasgow, ÉCOSSE - 12 mars 2016 : Le Britannique Max Whitlock à la barre fixe lors de la Coupe du monde de gymnastique artistique à l’Emirates Arena.

Le champion olympique britannique admet que les choses ont beaucoup changé avant sa troisième apparition olympique pour Tokyo 2020.

Le double champion olympique Max Whitlock a accéléré le rythme de sa préparation pour les Jeux de Tokyo 2020. Dans une chronique écrite pour le journal Metro, il a confié que depuis sa première apparition aux JO 2012, chez lui à Londres, les cartes ne sont plus les mêmes : « La récupération est plus compliquée qu’auparavant. Mon corps n’absorbe plus autant. »

Max Whitlock : Mes temps forts de Rio
01:01

L’âge se fait ressentir

À Rio 2016, Max Whitlock a remporté l’or en cheval d’arçons et au sol. Il avait 23 ans. Quatre ans plus tard, il doit ajuster son corps à la charge d’entraînement : « À 27 ans, je me dis que prendre un jour de repos supplémentaire n’est pas une mauvaise idée. C’est beaucoup plus dur qu’avant. J’essaye de comprendre ce qui est le mieux pour mon corps. »

S’il est sélectionné pour les Jeux de Tokyo 2020, Max Whitlock sera le gymnaste le plus vieux de l’équipe de Grande-Bretagne.

Son avenir

En revanche, le double champion olympique britannique n’a pas encore l’intention de prendre sa retraite sportive : « Je sens que je peux encore faire de belles choses en gymnastique, et ce sera toujours le cas après Tokyo » a-t-il écrit. « Je veux continuer jusqu’à Paris 2024 et ainsi participer à quatre Jeux Olympiques. Mais je sais que je devrai couper pendant six mois après Tokyo. »

« Lorsque j’ai débuté le sport, je n’ai toujours fait que penser à l’instant présent. Mais c’est différent maintenant. Mes yeux sont rivés sur l’objectif des quatre JO. »

À court terme, Max Whitlock participera aux Championnats d’Angleterre et de Grande-Bretagne. Ces compétitions détermineront le choix de sélection pour le Jeux Olympiques de Tokyo.

Il pense qu’il fera l’impasse sur les Championnats d’Europe de Paris (30 avril – 3 mai) : « C’est une année très intense et je dois conserver de la fraîcheur pour les Jeux de Tokyo » a-t-il conclu.

Par Olympic Channel.