Maggie Steffens, vers l'or et au-delà

Maggie Steffens célèbre la victoire de la médaille d'or du water-polo féminin contre l'Italie aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
Maggie Steffens célèbre la victoire de la médaille d'or du water-polo féminin contre l'Italie aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

On ne peut nier la force de l'équipe féminine de water-polo des États-Unis.

Elles ont remporté les trois derniers Championnats du monde et les Jeux Olympiques, et n'ont pas perdu un seul titre de la Ligue mondiale de la FINA depuis 2014. En fait, ce n'est qu'en janvier de cette année que leur série de 69 victoires a pris fin.

« Ce n'est pas un secret, ce n'est pas une recette magique, c'est vraiment le groupe que nous avons et que nous continuons à développer. Ce sont les gens, l'équipe et notre façon de travailler, de nous entraîner », a déclaré la capitaine des États-Unis Maggie Steffens à Olympic Channel.

« Honnêtement, nous travaillons dur, nous sommes motivées, nous n'abandonnons jamais et nous avons un groupe de femmes formidable ».

Il n'est donc pas étonnant qu'à l'approche des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, elles soient les grandes favorites pour conserver leur couronne olympique. Mais pour Steffens, ce n'est qu'un des objectifs qu'elle s'est fixés dans son sport favori.

View this post on Instagram

WORLD CHAMPIONS!!! 🥇🇺🇸🏆 #3peat

A post shared by Maggie Steffens (@maggie.steffens) on

Le sport dans la peau

En quelque sorte, l'implication de Steffens dans le water-polo était inéluctable.

Son père Carlos a été initié à ce sport dès son enfance à Porto Rico avant d'être recruté plus tard à l'université de Californie, Berkeley, où il est devenu trois fois champion des États-Unis. Carlos a également rencontré sa femme, Peggy, grâce au water-polo, tandis que les trois frères et sœurs aînés de Maggie sont eux-mêmes des joueurs de water-polo.

C'était donc tout naturel.

« Je me souviens d'être allée aux matchs de water-polo avec mon père et mes frères et sœurs pour regarder les matchs de Cal (Berkley) et nous avions des ballons de water-polo dans notre jardin », explique Steffens.

« Je ne savais pas quel était ce sport, nous n'en avions pas dans notre région, mais je savais ce qu'était un ballon de water-polo. Je jouais au foot avec, au basket, donc je connaissais bien ce ballon jaune ».

Maggie Steffens: « Nous sommes des femmes qui n'abandonnons jamais »
03:00

Cependant, à l'âge de huit ans, lors des premiers Jeux Olympiques de Sydney 2000 - qui ont vu apparaître le water-polo féminin - la médaillée d'argent Maureen O'Toole est venue dans sa ville natale de Danville, en Californie, pour fonder le premier club de water-polo.

Après avoir vu pendant des années ce ballon jaune chez elle, Steffens a voulu essayer ce sport. Mais comme il n'y avait pas d'équipes de moins de 12 ans ou de moins de 14 ans, Steffens, qui n'avait que neuf ans à l'époque, s'est retrouvée à jouer contre des moins de 18 ans.

« Je ne dirais pas que je jouais, j'étais plus simplement là », a-t-elle admis.

Pouvoir se confronter à des athlètes plus rapides, plus forts et plus intelligents est devenu une expérience précieuse pour la jeune fille, qui a réalisé l'importance d'être mise au défi, que l'échec n'était pas grave et qu'elle devait continuer à s'améliorer. L'année suivante, les groupes d'âge se sont élargis à mesure que de nouveaux joueurs rejoignaient le club, et Steffens a continué à jouer.

« Je savais que si je continuais, je m'améliorerais ».

Rêves olympiques et liens fraternels

Après la sélection de Jessica, la sœur aînée de Maggie, dans l'équipe américaine de water-polo pour Pékin 2008, toute la famille est allée la soutenir. Cela a non seulement donné à Maggie, alors âgée de 15 ans, la chance de vivre l'expérience des Jeux Olympiques, mais cela lui a aussi fait comprendre qu'elle pourrait peut-être, elle aussi, être un jour une athlète olympique.

« C'était une expérience incroyable. Je savais que je voulais être une athlète olympique depuis que j'étais enfant », a déclaré Maggie, qui a maintenant 26 ans, « je voulais être Mia Hamm. Je voulais être footballeuse, mais une fois que j'ai découvert le water-polo, je me suis dit que je pourrais peut-être faire ça dans le water-polo ».

« J'ai vraiment cru que je pouvais y arriver. Et je pense que pour moi, c'était de regarder ma sœur et l'équipe et de savoir que je voulais être à ses côtés. Je savais qu'ensemble, nous serions plus fortes ».

Un an plus tard, à l'âge de 16 ans, Steffens a fait ses débuts en équipe nationale senior avant de jouer dans les équipes qui ont remporté la médaille d'or lors de la Super Finale de la Ligue mondiale de la FINA 2010 et de la Coupe du monde de la FINA.

À Londres en 2012, Maggie et Jessica ont fait leur entrée sur la scène olympique ensemble, aidant les Etats-Unis à remporter leur toute première médaille d'or olympique en water-polo grâce à une victoire 8-5 sur l'Espagne. Maggie a réalisé un tournoi exceptionnel, en tête du classement des buteuses avec un record olympique de 21 buts. Elle a également été nommée meilleure joueuse.

Cependant, la plus jeune des sœurs minimise sa performance au profit de sa sœur.

« Je lui dis toujours (Jessica) qu'elle était comme un super pouvoir quand je jouais en 2012, parce qu'elle m'a évité d'avoir trop de pression et m'a permis d'être moi-même et de jouer à fond », a déclaré Steffens.

« J'avais une confiance et un respect total pour toute mon équipe, mais sachant qu'elle était là, j'ai senti une sorte de superpuissance en moi ».

Tokyo 2020, le report et la suite

Après avoir remporté l'or à Rio il y a quatre ans, Steffens et ses coéquipières devront attendre un an de plus avant de commencer à défendre leur titre.

« Au début, c'était difficile à gérer », a commenté Steffens à propos du report des Jeux de Tokyo 2020, « mais [j'ai] complètement accepté et je continue à m'entraîner pour l'année suivante ».

« Bien sûr, pour nous, nous voulons être la meilleure équipe, nous voulons être capables de ramener une médaille d'or pour notre pays ».

Les États-Unis ont dominé le water-polo féminin, elles n'ont pas perdu un seul match aux Jeux Olympiques depuis leur médaille d'argent à Pékin en 2008. Cependant, Steffens reconnaît que le sport féminin n'est pas facile avec des nations comme l'Espagne, la Hongrie, la Chine, l'Australie, l'Italie, le Canada, la Russie et la Grèce, qui sont dans le top 3 de n'importe quel tournoi.

« Je pense que c'est ce qui rend l'aspect féminin du water-polo si intéressant car c'est une compétition très élevée entre tous les pays, il faut donc être prête à chaque match », a-t-elle déclaré.

Cependant, en dehors de l'eau, Steffens a ses propres objectifs, notamment celui de développer le water-polo féminin tout en aidant les jeunes joueuses à reconnaître ces femmes comme des modèles à suivre.

« Je suis très reconnaissante envers toutes les femmes qui ont été les pionnières de ce sport pour nous, avant 2000, afin que nous, en tant que femmes, puissions aider ce sport à se développer encore davantage et le rendre plus accessible aux femmes, [donner] plus d'opportunités, avoir de meilleurs salaires... afin que même quand je ne serai plus la, ce sport soit plus accessible aux femmes », a déclaré Steffens.

« J'ai l'impression que je veux juste donner ce que j'ai appris et j'espère être un modèle a mon tour pour ces jeunes filles ».

USA v ESP - Finale (F) | Replay de Londres 2012
01:20:50