Let’s 55 : une expérience en réalité virtuelle de water-polo avec ARAI Atsushi

let55-waterpolo-thumb

Lorsque les athlètes olympiques et paralympiques sortent le grand jeu, à quoi cela ressemble-t-il ? Beaucoup d'entre vous se demandent probablement comment s'entrainent ces athletes à être performants dans les plus grandes compétitions. Tokyo 2020 vous présente "Let's 55 Virtual Experience" (C'est parti ! l'expérience de réalité virtuelle, en français), un projet qui permet aux fans du monde entier de voir et d’expérimenter les 55 sports des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020.

Water-polo

Le meilleur buteur du Japon, Arai Atsushi, a participé à Rio 2016 et son objectif est de participer à ses deuxièmes Jeux Olympiques consécutifs à Tokyo. Nous lui avons demandé d'où venait son attrait pour ce sport et ses espoirs de Tokyo 2020.

Avec l’expérience de réalité virtuelle de Tokyo 2020, mettez-vous dans la peau d’Arai !

Tirer tous les avantages de son propre physique

« Le water-polo est le seul sport de ballon qui se joue dans l’eau. L’aspect le plus excitant est la vitesse et les actions dynamiques des joueurs qui doivent jouer sans que leurs pieds touchent le fond de la piscine. J’avais l’habitude de jouer au football, mais mon frère aîné m’a fait entrer dans le water-polo. Ayant connu les deux sports, j’ai réalisé que le water-polo est plus un "jeu de ballon" que "de nage". C’est un autre point qui le rend intéressant. »

« Ma taille est de 168 cm, ce qui est plutôt petit pour un joueur de water-polo - mais c’est en fait mon arme secrète. J’utilise mon petit gabarit pour tromper mes adversaires avec des mouvements rapides avant de tirer. Mon équipe compte sur moi pour que je marque des buts sur mon côté gauche. L’équipe nationale du Japon est rapide et nous sommes pointilleux et précis. Nous travaillons dur constamment, ce qui est typiquement japonais. Il y a des systèmes défensifs que seule notre équipe utilise dans ce sport. Nous sommes meilleurs que les autres équipes nationales dans ces domaines ! »

« Personnellement, j’aime affronter des joueurs d’autres pays qui mesurent environ 2 m de haut. Je pense à la façon de jouer contre eux pour les battre. Nous recevrons beaucoup d’attention aux Jeux de Tokyo 2020. J’espère que nous pourrons gagner et démontrer à quel point le water-polo est un excellent sport. J’aimerais gagner une médaille, mais je veux aussi montrer qu’un petit joueur comme moi peut battre de plus grands joueurs. »