Les Super Eagles du Nigéria ont séduit le monde entier

Le Nigérian Jay-Jay Okocha lors de la finale de football aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.
Le Nigérian Jay-Jay Okocha lors de la finale de football aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.

Au cours de l’histoire des Jeux Olympiques, certaines équipes ont tellement marqué leur sport de leur empreinte qu'elles peuvent être décrites comme invincibles. Tokyo 2020 revient sur les histoires de ces équipes inoubliables, ainsi que sur les joueurs qui les composent. Dans cet épisode : l'équipe masculine de football du Nigeria qui a pris d'assaut le monde entier aux Jeux Olympiques de 1996.

Les origines

Aujourd'hui, les noms de nombreux membres de l'équipe de football nigériane qui ont brillé aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996 sont connus dans le monde entier : le talent de Jay-Jay Okocha, le génie d'1,97 mètre Nwankwo Kanu ; les salto arrières de célébration de Célestine Babayaro. Et la liste est encore longue.

Mais avant cette performance historique à Atlanta, le monde ignorait presque tout du talent que possédaient les Super Eagles, surnom de la formation.

Cela ne signifie pas pour autant que l'équipe n'avait pas déjà montré ses capacités. La plupart des amateurs de football avaient remarqué les incroyables performances de l'équipe senior qui avait remporté la Coupe d'Afrique des Nations en 1994, avant de s'incliner en huitièmes de finale de la Coupe du monde 1994 face aux futurs finalistes italiens (2-1).

Les fans de football les plus avisés avaient également pu remarquer que, le football olympique étant essentiellement un tournoi pour les moins de 23 ans, les membres de l'équipe nigériane qui avait remporté la Coupe du monde des moins de 17 ans en 1993 seraient les futurs représentant pour les Jeux.

Mais même si il s'agissait des Jeux Olympiques, les favoris habituels, comme l'Argentine et le Brésil, étaient également prétendants au titre.

L'Argentine comptait des légendes comme Hernán Crespo, Javier Zanetti et Matías Almeyda.

Le Brésil, quant à lui, disposait d'une équipe étoilée avec notamment Roberto Carlos, Rivaldo et un attaquant de 19 ans qui allait remporter trois fois le titre de Joueur de l'année de la FIFA : Ronaldo.

Comment les jeunes Nigérians réagiraient-ils face à ces grandes nations du football mondial ?

Le Nigérian Nwanko Kanu contre l'Argentin Javier Zanetti lors de la finale de football aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.
Le Nigérian Nwanko Kanu contre l'Argentin Javier Zanetti lors de la finale de football aux Jeux Olympiques d'Atlanta 1996.
Photo de Henri Szwarc/Bongarts/Getty Images

Une importante victoire

La plus grande victoire du Nigeria a incontestablement été la finale des Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.

Mais avant ce match, ils ont dû relever faire face à l'une des plus grandes équipes de l'histoire du football olympique.

En demi-finale contre le Brésil, le Nigeria a dû se remettre du choc d'un but encaissé dès la première minute pour finalement l'emporter 4-3, grâce à un but de Kanu dans le temps additionnel pour l'égalisation, avant d'inscrire le but en or en prolongations et d'envoyer son équipe en finale olympique.

Cela a mis fin au parcours de Ronaldo, Rivaldo, Bebeto et Roberto Carlos, puisque c'est le Nigeria qui a atteint la finale.

Le 3 août 1996, 86 117 spectateurs ont rempli le Sanford Stadium dans l’État de Géorgie pour assister au match pour la médaille d'or, entre l'Argentine et le Nigeria.

L'Argentine a pris le contrôle du match avec une avance de 2-1 grâce aux buts de Claudio López et Hernán Crespo. Mais les Super Eagles n'avaient pas prononcé leur dernier mot.

Dans un nouveau retour incroyable, l'équipe nigériane a réussi à égaliser à la 74e minute grâce à un but de Daniel Amokachi, avant qu'Emmanuel Amunike n'inscrive un but à la dernière minute du match.

Le Nigeria est ainsi devenu la première nation africaine à remporter une médaille d'or au tournoi olympique de football. Ave style.

L'équipe de football nigériane après sa victoire lors du match pour la médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.
L'équipe de football nigériane après sa victoire lors du match pour la médaille d'or aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.
Photo de Ruediger Fessel/Bongarts/Getty Images

Des joueurs clés

La Dream Team, comme l'équipe nigériane a été surnommée après son triomphe à Atlanta, comptait de nombreuses stars en 1996. Mais les plus grands étaient sans doute le duo d'attaque composé de Jay-Jay Okocha et du capitaine Nwankwo Kanu.

Okocha, quant à lui, a remporté le prix du footballeur nigérian de l'année à sept reprises entre 1995 et 2005, et ses incroyables performances ont fait de lui une légende au Nigeria et dans le monde entier. Il a même donné son nom à un dribble, le « Okocha flick ».

Le joueur de l'année du Nigeria en 1996 était pourtant le grand attaquant Nwankwo Kanu, depuis considéré comme l'un des plus grands joueurs de l'histoire africaine. Kanu a ensuite remporté la Ligue des champions de l'UEFA et deux prix de joueur africain de l'année au cours d'une carrière riche en trophées.

Mais il serait impossible de parler de la médaille d'or des Super Eagles sans une mention spéciale pour Emmanuel Amunike - le joueur qui, par son héroïsme de dernière minute, a offert au Nigeria la victoire dans le match le plus important de son histoire.

Football masculin, Finale, Atlanta 1996
51:59

Le Nigéria peut-il se défaire de l'Argentine, nation mythique, pour devenir le premier pays africain à remporter un tournoi majeur de foot ?

La suite de l'histoire

Quatre ans plus tard, aux Jeux de Sydney 2000, le Nigeria a de nouveau participé à la compétition. Ils sont arrivés jusqu'en quart de finale, où le Chili les a battus 4-1. Mais si le Nigeria a été la première nation africaine à remporter l'or olympique, Sydney 2000 a prouvé que ce ne serait pas la dernière.

L'équipe qui a remporté l'or en Australie est le Cameroun, qui a battu l'Espagne 5-3 aux tirs au but après avoir fait match nul. Depuis, les pays latins ont dominé la compétition, grâce aux victoires de l'Argentine (Athènes 2004 et Pékin 2008), du Mexique (Londres 2012) et du Brésil (Rio 2016).

Mais toutes ces équipes n'ont pas autant séduit le public que les Super Eagles du Nigeria lorsqu'ils ont impressionné le monde entier à Atlanta 1996.