Les souvenirs contrastés du tireur Matthew Emmons aux Jeux Olympiques

Londres, ANGLETERRE - 30 juillet 2012 : L'Américain Matthew Emmons lors des qualifications en 10 m carabine à air aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
Londres, ANGLETERRE - 30 juillet 2012 : L'Américain Matthew Emmons lors des qualifications en 10 m carabine à air aux Jeux Olympiques de Londres 2012.

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous vous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires. Cette fois, le champion olympique de tir américain ?atthez Emmons, plus connu pour les médailles d'or qu'il n'a pas gagnées.

Le contexte

Né en 1981, Matthew Emmons est l'un des meilleurs tireurs de l'histoire du tir américain. En 23 ans de carrière, l'athlète aux quatre participations olympiques a remporté de nombreux titres, dont l'or, l'argent et le bronze aux Jeux Olympiques, ainsi qu'une médaille d'or et une de bronze aux Championnats du monde.

Mais il est peut-être plus connu pour les médailles d'or olympiques qu'il n'a pas gagnées que pour celles qu'il a remportées. Son étonnante performance en finale de trois Jeux Olympiques consécutifs lui a fait admettre en plaisantant qu'il est « peut-être plus célèbre en Chine qu'aux États-Unis ». Mais pourquoi ?

Athènes, GRÈCE - 20 août 2004 : Matthew Emmons et sa médaille d'or à la carabine 50 m couché à Athènes 2004.
Athènes, GRÈCE - 20 août 2004 : Matthew Emmons et sa médaille d'or à la carabine 50 m couché à Athènes 2004.
Photo de Friedemann Vogel/Bongarts/Getty Images

Les finales

En 2004, Emmons seulement âgé de 23 ans, foule pour la première fois un terrain de tir olympique. Au début, tout se passe bien. Même s'il connaît des problèmes avec son arme, il remporte quand même la médaille d'or à la carabine 10 m couché, avec une arme empruntée à son coéquipier. Lorsqu'il évoque cette expérience dans une interview accordée au Alaska’s Capital City Online Newspaper en 2016, Emmons en plaisante : « Je n'ai jamais découvert qui était le saboteur, mais j'aimerais le savoir pour pouvoir lui serrer la main et le remercier. »

Cependant, cette expérience inédite semble avoir anéanti toute les futures chances de médaille d'or d'Emmons aux Jeux Olympiques.

Deux jours après avoir remporté cette médaille d'or, Emmons s'est présenté à la finale de la carabine à 50 m 3 positions, au cours de laquelle il prend un avantage considérable grâce à une performance remarquable, avec 3 points d'avance sur le deuxième athlète avant le dernier tir.

Puis, l'improbable se produit. Emmons ne marque aucun point en se trompant de cible. Malgré ses trois points d'avance, il descend à la huitième place et le titre revient au tireur chinois JIA Zhanbo. Ce n'est que le début de sa malédiction aux Jeux Olympiques.

À Pékin 2008, Matthew Emmons participe de nouveau à la finale du 50 mètres carabine 3 positions après avoir remporté la médaille d'argent en carabine 50 m couché. Les choses se déroulent de la même manière que quatre ans auparavant. Après le 9e tir, son avantage sur le deuxième est de 4 points. S'il fait 6,7 points sur le dernier tir, Emmons est champion olympique. Un athlète de son niveau peut facilement atteindre ce score. Cependant, Emmons appuie accidentellement sur la gâchette au moment de viser et offre ainsi la médaille d'or à un autre athlète chinois, QIU Jian.

Le fait de rater deux médailles d'or olympiques si prêt du but a profondément perturbé Emmons. Il a alors consulté un psychologue pour retrouver son calme et un esprit serein. Mais le pire était à venir.

En septembre 2010, Emmons a été diagnostiqué d'un cancer de la thyroïde. Fort heureusement, après un traitement, il a vaincu la maladie et repris la compétition.

À Londres 2012, Emmons participe à la finale du 50 m carabine 3 positions aux Jeux Olympiques, pour la troisième fois consécutive. Après le 9e tir, il devance encore son plus proche adversaire d'un point. Mais le dernier tir d'Emmons ne vaut que 7,6 points, et l'Américain repart malheureusement avec une médaille de bronze.

Pékin, Chine - 15 août 2008 : L'Américain Matthew Emmons et son épouse Katerina Emmons après avoir remporté la médaille d'argent lors de la finale Carabine à 50 m couchée aux Jeux Olympiques de 2008.
Pékin, Chine - 15 août 2008 : L'Américain Matthew Emmons et son épouse Katerina Emmons après avoir remporté la médaille d'argent lors de la finale Carabine à 50 m couchée aux Jeux Olympiques de 2008.
Photo de Streeter Lecka/Getty Images

Les conséquences

Emmons a participé à Rio 2016, ses quatrièmes Jeux Olympiques. Mais cette fois-ci, il n'a fini qu'à la 19e place en qualification, en carabine 50 m 3 positions et ne s'est pas qualifié pour le reste de la compétition.

Même si ses expériences olympiques peuvent être qualifiées d'amères en termes de scénario, pour le reste, les Jeux Olympiques lui ont apporté beaucoup : une famille heureuse.

Après avoir manqué la médaille d'or à Athènes 2004, Emmons s'est arrêté dans un bar près du stand de tir pour tenter d'oublier l'un des plus grands loupés de l'histoire olympique lorsqu'il a senti une tape sur son épaule.

La tireuse tchèque Katerina Kurkova (désormais Katerina Emmons) et son père lui ont exprimé leur empathie et lui ont donné un porte-clés en forme de trèfle à quatre feuilles, en lui souhaitant bonne chance pour la suite. La graine de l'amour était semée.

Ces deux olympiens, tous deux champions olympiques et médaillés d'argent et de bronze, se sont mariés en juin 2007. Ils ont eu trois enfants après leur mariage.

Le 11 septembre 2019, Matthew Emmons a annoncé sa retraite sur Instagram, confirmant qu'il mettrait officiellement fin à sa carrière sportive en mars 2020.

Avec le recul, Matthew Emmons a vu la pression et les frustrations des Jeux Olympiques s'envoler. Lors d'une interview accordée à USA Today, il a déclaré : « Si je n'avais pas fait cette erreur, peut-être que je me serais arrêté, peut-être que je n'aurais pas épousé Katy. Ces échecs, ces mésaventures, les choses que j'ai apprises au cours de ces expériences ont rendu ma vie et ma carrière sportive tellement plus riches, tellement plus satisfaisantes que tout ce que j'aurais pu faire si j'avais gagné ces médailles. »

View this post on Instagram

The time has come to announce my retirement from sport shooting as an athlete. I actually decided in March, but only now was I able to get my family together and do it the way I wanted. The picture here not only shows all of my international medals, but more importantly, my family. These are the people who helped make it happen. Thanks mom and dad for, well, everything! I can never thank you enough for your guidance, encouragement, teaching me good morals and habits, support, and love. I hope I can be half the parent to my kids as you were to me. My wife, Katy, and my children - for always believing in me, encouraging me, and certainly giving me some good advice along the way. I also must thank a ton of other people. Shooting is mainly an individual sport, but success does not come alone. I may miss some people, but here’s the short list: my coaches: Paul Adamowski, Ed Shea, Randy Pitney, Dave Johnson, and Dan Durben. All of them helped shape me as an athlete and person. Thank you! My teammates and competitors. It was fun and you all helped make it that way. My sponsors: Anschutz, Bleiker, Pardini, Walther, Eley, RWS, Champion, AHG, Kustermann, Hitex, Shaklee, Salon Samui, among others. USA Shooting and the USOPC. Without those two organizations, none of this would have happened. The University Of Alaska Fairbanks. Drs. Hana Grégrová, Yuman Fong, and Ashok Shaha - these three saved my life and helped me get back to competing when I had thyroid cancer. Heather Linden and the staff at Sports Med in Colorado Springs - they put me back together after some serious physical issues before and after London. Because of them, my career not only continued, but got even better. Per Sandberg - my best friend. You’ve always been there in every situation and you’ve had such a positive impact on my life. The world needs more people like you. Lastly, thanks to all the fans out there! So why retire a year before the next Olympics? Simply put, it’s time. Sure, there’s logic to it, but it’s also a feeling. It’s time to move on to other things, to exercise other talents and grow as a person. I’m ready and excited for it. I had a great run. I shot for 23 years, 22 of which were

A post shared by Matt Emmons (@mattemmonsusa) on