Les Bleuets, favoris pour le titre olympique à Tokyo 2020 ?

Sumqayıt, AZERBAÏDJAN - 7 septembre 2020 : Mattéo Gendouzi et ses partenaires de l'équipe de France espoir lors de la victoire contre l'Azerbaïdjan, comptant pour les qualificatifs à l'Euro U21 2021.
Sumqayıt, AZERBAÏDJAN - 7 septembre 2020 : Mattéo Gendouzi et ses partenaires de l'équipe de France espoir lors de la victoire contre l'Azerbaïdjan, comptant pour les qualificatifs à l'Euro U21 2021.

L’équipe de France espoir vient de se qualifier brillamment pour l’Euro 2021 en terminant première de son groupe, un peu plus d’un an après avoir décrocher son billet pour Tokyo 2020. Elle confirme ainsi le talent d’Odsonne Edouard et consorts pour tenter de faire de grands JO, 25 ans après sa dernière apparition olympique.

Et si c’était l’année des Bleuets ? En l’espace de quatre mois et demi, l’équipe de France espoirs de football masculin disputera le Championnats d’Europe U21 (24 mars - 31 mars puis 31 mai - 6 juin) et les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (23 juillet - 8 août). De quoi se frotter les mains pour le sélectionneur Sylvain Ripoll.

Un quart de siècle après leur dernière apparition aux Jeux, l’équipe de France olympique de football, composée des espoirs ainsi que de trois joueurs de plus de 23 ans, arrivera à Tokyo 2020 avec une équipe prometteuse et redoutable. Depuis 2017 et sa prise de fonction, Ripoll n’a connu la défaite qu’à 5 reprises en 38 rencontres. Une série impressionnante, tant sur le plan du résultat que du jeu.

Qualifiés pour l’Euro 2021 avec brio

Le parcours olympique des Bleuets a démarré lors des Championnats d’Europe 2019, où ils ont obtenu leur qualification pour Tokyo 2020 en accédant aux demi-finales, ne s’inclinant que face futurs aux champions espagnols (4-1). Mais ce jour-là, l’équipe de France espoir validait un retour olympique, 25 ans après leurs ainés d’Atlanta 1996 qui avaient atteints les quarts de finale. Depuis, la bande d'Odsonne Edouard et Mattéo Guendouzi a remporté 11 rencontres sur 12 possibles.

Dernière en date, la victoire contre la Suisse le 16 novembre dernier (3-1) où, déjà qualifiée pour l’Euro 2021, les Bleuets devaient remporter le match avec deux buts d’écart pour terminer en tête de leur groupe et bénéficier du statut de tête de série pour le tirage au sort.

Alors que la Suisse avait réduit la marque à la 88e minute (2-1) et que les Français jouaient à 10 après l’expulsion du défenseur du PSG Colin Dagba, ils sont parvenus à inscrire le troisième but salvateur par l’intermédiaire du Nantais Randal Kolo Muani.

« On prend beaucoup de plaisir sur le terrain »

Mais plus que le score, c’est la manière qui a marqué les esprits et en particulier l’esprit collectif des Bleuets. Alors que Mattéo Guendouzi a bien senti le coup en récupérant un ballon au milieu de terrain, il s’est engagé dans une course folle, seul vers le but, et aurait pu conclure mais le milieu du Hertha Berlin a préféré passer au dernier moment à son partenaire nantais Kolo Muani pour assurer le coup.

Une action symbolique de la bonne entente d’un groupe olympique.

« On rigole tous, on est content de se revoir quand on vient en sélection. On prend beaucoup de plaisir sur le terrain », assurait le milieu de l’OGC Nice Jeff Reine-Adélaïde sur le site de la FFF, lui qui connaît déjà la Ligue des Champions avec huit matchs disputés sous le maillot de l’Olympique Lyonnais.

Un collectif de classe mondiale

Cette équipe est composée de joueurs occupant tous des rôles importants dans leurs équipes respectives, à commencer par le co-meilleur buteur de l’histoire des Bleuets Odsonne Edouard (15 buts), qui évolue au Celtic Glasgow en Écosse avec déjà 5 buts inscrits en 9 matchs cette saison en Scottish Premier League.

En défense, les buts gardés par le Nantais Alban Lafont sont en sécurité, et la défense notamment composée de Wesley Fofana, qui fait sensation dans sa nouvelle équipe de Leicester en Premier League et du Parisien Colin Dagba affiche une solidité de haut niveau. Ajoutez à cette liste non exhaustive le Marseillais Boubacar Kamara et l’ailier du Bayer Leverkusen Moussa Diaby… La formation française a de quoi impressionner.

Le sélectionneur Sylvain Ripoll ne peut qu’être satisfait de son groupe actuel, mais il sait cependant que rien n’est gagné d’avance.

« Tout est question de régularité », prévenait-t-il au journal l’Équipe après le match contre la Suisse. On sait que les choses sont fragiles. Il faut maintenir le cap qu'on se fixe. Si les joueurs sont aussi investis, avec les qualités qui sont les leurs, il est évident qu'on peut faire quelque chose de bien. Pour cet été, je suis très content d'avoir un programme aussi chargé. C'est le résultat du travail des joueurs. »

Mbappé ou Camavinga dans le groupe ?

Des joueurs qui pourraient, en plus, être accompagnés de stars du football mondial. Et même pas besoin de chercher les footballeurs de plus de 23 ans que Ripoll pourrait sélectionner. Le champion du monde Kylian Mbappé (21 ans) affiche depuis longtemps son désir de disputer les Jeux, même si ce sera compliqué en raison de l’Euro 2020, reporté à 2021, qui aura lieu un mois avant les Jeux (11 juin - 11 juillet), où l’équipe de France A ira chercher le double Coupe du monde/Euro. 

Mais pourquoi pas rêver du talentueux milieu défensif rennais Eduardo Camavinga, déjà buteur chez les A, ou encore du Lyonnais Houssem Aouar, dont « les courses dans l'axe, la capacité à créer des occasions et des espaces, et l’aptitude à évoluer sur l'aile gauche » sont louées par la FIFA ? L’éventualité est bien probable.

Des affiches de gala

Pour tenter de rêver de décrocher la première médaille d’or olympique depuis 1984, où la France avait triomphé devant le Brésil à Los Angeles, il faudra tout de même s’opposer aux meilleures nations mondiales. En premier lieu, l’Espagne et sa génération dorée, championne d’Europe en titre avec les espoirs, qui compte le défenseur de Valence Hugo Guillamon ou encore Pedri du FC Barcelone.

L’Allemagne, finaliste à l’Euro 2019, sera aussi un concurrent sérieux côté européen. Outre atlantique, le Brésil sera toujours très attendu, quatre ans après son sacre à Rio 2016, tout comme l’Argentine, médaillée d’or à Athènes 2004 et Beijing 2008.

Une liste de prétendants au titre qui laisse rêveur à huit mois des JO de Tokyo 2020. On rappellera, pour les superstitieux, que la dernière et seule fois que la France a gagné l'Or olympique, elle a également remporté l'Euro (en 1984). Un signe peut-être...