Le water-polo croate prêt à reconquérir le titre olympique

Le Croate Maro Jokovic célèbre son but contre la Hongrie lors du match pour la médaille de bronze aux Championnats du monde 2019.
Le Croate Maro Jokovic célèbre son but contre la Hongrie lors du match pour la médaille de bronze aux Championnats du monde 2019.

Le water-polo a une grande et belle histoire dans ce petit pays des Balkans qu'est la Croatie.

À l'époque de la République fédérale de Yougoslavie, sept joueurs nés en Croatie faisaient partie de la première équipe à remporter une médaille d'or olympique aux Jeux de Mexico 1968. Plusieurs décennies plus tard, la Croatie a remporté sa première médaille d'or olympique en water-polo à Londres en 2012, cette fois en tant que nation indépendante.

L'équipe masculine de water-polo a été l'équipe nationale la plus titrée de Croatie, avec de nombreux titres de champion du monde et d'Europe. Elle est devenue la deuxième équipe nationale, après l'or du handball masculin à Atlanta 1996 et à Athènes 2004, à remporter l'or par équipe aux Jeux Olympiques.

Alors que la Croatie a raté de peu la médaille d'or à Rio 2016 contre son voisin et rival serbe, les Jeux de Tokyo 2020 leur offriront une chance de revenir sur la plus haute marche du podium.

Les médaillés d'argent croates sur le podium du water-polo aux Jeux olympiques de Rio 2016
Les médaillés d'argent croates sur le podium du water-polo aux Jeux olympiques de Rio 2016
Ryan Pierse / Getty Images

Le livre d'or de l'histoire du water-polo croate

Pour Maro Jokovič, qui fait partie de l'équipe nationale en place depuis 2006, cela signifie viser l'or.

« Comme toujours, non seulement nous mais aussi toutes les équipes nationales qui vont aux Jeux Olympiques ont une chose en tête, c'est de se battre pour une médaille et viser l'or », a-t-il déclaré.

Le littoral croate étant situé sur la magnifique mer Adriatique, il est courant que les enfants passent leurs étés au bord de l'eau et participent activement aux sports nautiques, en particulier au water-polo. En descendant la côte, il n'est pas rare de voir des terrains de water-polo se dresser sur l'eau.

Ayant commencé à jouer au water-polo à l'âge de sept ans au club de Gusar, près de sa ville natale de Dubrovnik, Jokovič, qui a aujourd'hui 32 ans, se souvient de la façon dont il a été initié.

« En été, il était normal d'aller à la piscine qui se trouvait dans la mer et de jouer au water-polo », dit-il. « Ce jeu d'été est devenu plus important lorsque, cet automne-là, je me suis inscrit dans un club en tant que jeune joueur et ce fut le début d'une longue et fructueuse carrière ».

Les Jeux de Tokyo 2020 seront les quatrièmes pour Jokovič, qui a fait ses débuts il y a plus de dix ans à Pékin en 2008. Il est très fier de son parcours et des souvenirs qu'il en a gardés.

« Je ne pouvais même pas imaginer que j'arriverais à disputer quatre Jeux Olympiques », a-t-il déclaré.

« Au cours des 12 années qui se sont écoulées depuis, il y a eu des changements de joueurs et j'ai eu l'occasion de jouer avec toute une génération qui a changé dans l'équipe ».

« C'était génial d'en faire partie et d'être ami avec tout le monde et les coéquipiers. Ce sont des gens formidables et d'excellents sportifs qui ont mérité leur place dans le livre d'or de l'histoire du water-polo croate ».

Londres, ANGLETERRE - 12 août 2012 : Le Croate Maro Jokovič se réjouit d'avoir remporté l'or après le match entre la Croatie et l'Italie.
Londres, ANGLETERRE - 12 août 2012 : Le Croate Maro Jokovič se réjouit d'avoir remporté l'or après le match entre la Croatie et l'Italie.
Al Bello/Getty Images

La fierté de l'or retrouvé

L'un des plus grands moments dont Jokovič a participé, et qui restera dans l'histoire sportive croate avec la finale de la Coupe du monde de la FIFA 2018, a peut-être été la médaille d'or aux Jeux de Londres 2012.

Ils avaient manqué de peu la médaille d'or aux Jeux d'Atlanta 1996, après s'être inclinés 7-5 face à l'Espagne en finale. C'était également les premiers Jeux Olympiques pour l'équipe de water-polo de la Croatie, qui n'avait pas pu se qualifier quatre ans auparavant en raison de la situation politique de la Yougoslavie.

La Croatie aurait dû attendre encore 16 ans avant de pouvoir à nouveau prétendre à l'or olympique et elle n'allait pas laisser passer cette chance.

Jokovič a joué un rôle déterminant tout au long du match pour la Croatie, en inscrivant trois buts.

Alors que la dernière sirène retentit dans la salle de water-polo du Parc olympique, les joueurs et les entraîneurs croates sautent dans la piscine, certains entièrement habillés pour fêter leur victoire sur la puissante Italie. Au milieu des célébrations, ils ont renversé les cages et se sont posés dessus.

Même aujourd'hui, Jokovič n'arrive pas à trouver les mots exacts pour décrire les émotions qu'il a ressenties à ce moment-là.

« Il est très difficile de trouver les mots justes en croate pour exprimer exactement le sentiment et le bonheur que nous avons ressenti ainsi que la fierté de remporter la première médaille d'or olympique en water-polo que nous désirons depuis si longtemps », a-t-il expliqué.

« Nous avons eu une chance en 1996 mais elle ne s'est pas concrétisée et nous avons dû attendre près de 20 ans. Je suis heureux d'avoir fait partie de la génération olympique dorée ».

Le Croate Maro Jokovic célèbre son but lors du match entre la Croatie et l'Italie aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
Le Croate Maro Jokovic célèbre son but lors du match entre la Croatie et l'Italie aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
Adam Pretty / Getty Images

« Continuer à construire sur ce que nous avons »

Pour l'instant, la Croatie ne s'est pas encore qualifiée pour Tokyo 2020. Elle a manqué de peu la qualification aux Championnats du monde de la FINA et à la Ligue mondiale de la FINA, où elle a respectivement terminé troisième et deuxième.

Elle aurait pu avoir une dernière chance de se qualifier pour les Jeux Olympiques lors du Tournoi de Qualification Olympique mondial qui devait se tenir à Rotterdam en mars de cette année. La Croatie ainsi que la Grèce et le Monténégro étaient les favoris pour se qualifier pour Tokyo 2020.

Cependant, en raison de la propagation de COVID-19, le tournoi a été reporté sans qu'aucune nouvelle date ne soit en vue pour le moment. Mais comme de nombreux athlètes et équipes dont les qualifications et les événements ont été reportés ou annulés dans le monde entier en raison de la pandémie, Jokovič pense que cela donnera à la Croatie le temps de continuer à se préparer.

« Les Jeux Olympiques étaient à portée de main et nous nous étions pleinement préparés sur le plan tactique, physique et mental », a-t-il déclaré.

« Nous considérons cela comme une opportunité de continuer à construire sur ce que nous avons ».

« Cela a donc légèrement modifié notre préparation, mais nous pensons que cet période de coronavirus nous rendra plus intelligents et mieux préparés pour ce qui nous attend dans un an ».

L'esprit d'équipe

Malgré les récents résultats, notamment le fait d'avoir manqué de peu une médaille aux Championnats d'Europe de water-polo masculin en janvier 2020, la Croatie est restée positive. En effet, la Croatie a atteint au moins les demi-finales des trois tournois majeurs au cours des 12 derniers mois et reste la deuxième meilleure équipe du monde.

Cependant, l'équipe estime que quel que soit le résultat, elle doit rester soudée et se faire confiance.

« C'est seulement avec les personnes en qui vous avez confiance que vous gagnerez des médailles. Quand nous avons perdu, il n'y a pas eu d'accusation... nous avons compris en tant que groupe que nous avons perdu une médaille de championnat européen », a déclaré Jokovič.

« En tant qu'équipe, nous étions également satisfaits de la médaille de bronze (aux Championnats du monde). Avec un jeu de meilleure qualité, nous aurions pu faire mieux et atteindre la finale, mais un manque de concentration ce jour-là nous a coûté cette occasion ».

Les joueurs croates fêtent leur victoire contre la Hongrie aux Championnats du monde de la FINA 2019.
Les joueurs croates fêtent leur victoire contre la Hongrie aux Championnats du monde de la FINA 2019.
Quinn Rooney / Getty Images

« Le travail portera ses fruits »

La Serbie, championne olympique en titre, l'Italie, championne du monde, la Hongrie, championne d'Europe, et l'Espagne, vice-championne du monde, devraient se disputer le podium aux Jeux de l'année prochaine.

Les nations européennes ont longtemps dominé aux Jeux, les États-Unis étant le seul pays non européen à avoir remporté une médaille chez les hommes.

Toutefois, après avoir atteint la finale lors des deux dernières éditions des Jeux, Jokovič estime que la Croatie peut à nouveau atteindre le sommet comme pour Londres 2012.

« Nous sommes optimistes, nous travaillons au plus haut niveau et nous le maintenons depuis les Jeux Olympiques de Rio, et nous sommes sûrs que cela portera ses fruits l'année prochaine ».