Le plus grand succès de l'île Maurice aux Jeux

Les médaillés de bronze moldovien Veaceslav Gojan et Bruno Julie reçoivent leur médaille après la finale des poids coqs (54 kg) des Jeux Olympiques de Pékin 2008.
Les médaillés de bronze moldovien Veaceslav Gojan et Bruno Julie reçoivent leur médaille après la finale des poids coqs (54 kg) des Jeux Olympiques de Pékin 2008.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

« Le magicien mauricien ». Voici le surnom de Bruno Julie. Tout à fait justifié et dûment mérité, car c'est un peu par magie qu'il a permis à l'île Maurice de remporter sa toute première médaille aux Jeux Olympiques de Pékin 2008.

Mais ce succès n'est pas sorti de nulle part. Le boxeur était loin d'être un outsider, même si le pays qu'il représentait n'avait pas encore de médailles à son actif.

L'île Maurice a participé pour la première fois aux Jeux Olympiques de Los Angeles 1984, près de dix ans après la création de son Comité National Olympique. Entre 1984 et 2008, le pays avait envoyé des athlètes à chaque édition des Jeux, mais la petite nation africaine cherchait plus qu'une simple participation aux Jeux - elle était en quête d'une médaille.

En 2008, ce moment magique est arrivé - même si il était prévisible.

Avant les Jeux Olympiques, Bruno Julie avait remporté des médailles d'argent continentales en 2001 et 2003, en plus d'une médaille d'argent aux Jeux du Commonwealth en 2006. Un an avant Pékin 2008, il avait remporté le bronze et les Jeux panafricains en 2007 - la même année où il a remporté le titre africain.

Le Vénézuélien Hector Manzanilla Rangel (en rouge) contre le Mauricien Bruno Julie lors du quart de finale poids coq (54 kg) des Jeux Olympiques de Pékin 2008.
Le Vénézuélien Hector Manzanilla Rangel (en rouge) contre le Mauricien Bruno Julie lors du quart de finale poids coq (54 kg) des Jeux Olympiques de Pékin 2008.
2008 Getty Images / Al Bello

Le moment historique

Le 18 août 2008, Julie affronte Hector Manzilla en quart de finale poids coq (51-54 kg) hommes.

Pour nombre de Mauriciens, cette rencontre est inoubliable. Ce jour-là, la nation tout entière avait la ferme conviction d'entrer dans l'histoire.

Lorsque le combat a commencé, Julie a dû revenir deux fois au score, avant de finalement remporter une victoire 13-9. Il s'était assuré une place en demi-finale, mais surtout une médaille de bronze aux Jeux Olympiques.

Son prochain adversaire était le Cubain Yankiel Leon, l'un des favoris pour atteindre la finale. Et il y est parvenu, mais seulement après un combat serré contre le mauricien, qui s'est incliné 7-5.

« Mon rêve a toujours été de gagner l'or aux Jeux », a déclaré Julie après le combat. « Et ce rêve continue. »

Cette médaille est celle du peuple mauricien.

Les conséquences

Julie n'a jamais réussi à réaliser son rêve de médaille d'or. Il ne s'est pas qualifié pour Londres 2012, même s'il y était en tant que mentor pour les autres athlètes mauriciens.

En 2011, il a remporté une médaille d'or aux Jeux All-Africa, après avoir gagné le bronze aux Jeux du Commonwealth un an avant. Ces deux médailles ont été les points forts d'une carrière historique.

Julie tient sa place dans l'histoire de son pays, même si l'or olympique lui a toujours échappé.

Il aura donné à l'île Maurice son heure de gloire.