Le plus beau but du Paraguay

Thessalonique, GRÈCE - 24 août 2004 : Le footballeur Julio Cesar Enciso célèbre la victoire du Paraguay en demi-finale des Jeux d'Athènes 2004 contre l'Irak.
Thessalonique, GRÈCE - 24 août 2004 : Le footballeur Julio Cesar Enciso célèbre la victoire du Paraguay en demi-finale des Jeux d'Athènes 2004 contre l'Irak.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Le Paraguay a fait sa première apparition aux Jeux Olympiques de Mexico 1968, mais il a fallu attendre Athènes 2004 pour que le pays remporte une médaille. Vingt-trois athlètes paraguayens ont participé à Athènes, faisant de cette délégation la deuxième plus grande jamais envoyée par le pays, après celle de Barcelone 1992 qui en comptait vingt-sept.

Étonnamment, le Paraguay a gagné sa première et unique médaille dans une discipline qui nécessite de nombreux athlètes : le football.

Avant d’atteindre le match pour la médaille d’or à Athènes 2004, le Paraguay en a remportés quatre, contre une seule et unique défaite.

En phase de poules, l’Albirroja a vaincu le Japon (4-3) et l’Italie (1-0), mais a perdu face au Ghana (1-2).

Malgré cette défaite, l’équipe du Paraguay est arrivée en quarts de finale, où elle s’est imposée face à la Corée du Sud (3-2).

Une fois parvenu en demi-finale, le Paraguay était pour la première fois de son histoire en bonne position pour décrocher sa première médaille olympique.

Une nouvelle page dans l’histoire

L’équipe du Paraguay s’est vu affronter l’Irak pour une place en finale. Et lorsqu’elle a gagné 3-1, celle-ci a marqué l’histoire.

Elle n’était désormais plus qu’à un pas de la gloire olympique, mais cette équipe avait d’ores et déjà réussi ce qu’aucun représentant du Paraguay n’avait accompli jusqu’alors : décrocher une médaille olympique.

En finale, l’Albirroja a dû jouer contre l’une des plus grandes équipes du tournoi : l’Argentine, soit la même équipe qui avait gagné le Tournoi de qualification olympique d’Amérique du Sud, et qui comptait parmi ses rangs des joueurs d’exception comme Roberto Fabián Ayala, Javier Mascherano, Javier Saviola et Carlos Tévez, entraînés de surcroît par le légendaire Marcelo Bielsa.

Les outsiders du Paraguay allaient-ils pouvoir faire face ?

L’équipe a réalisé une performance héroïque malgré les assauts constants de l’Argentine. Cependant, son rêve de médaille d’or a pris fin quand l’Argentin Carlos Tévez parvint finalement à marquer.

Mais, cette défaite face à l’Argentine ne retirait rien à la victoire historique du Paraguay. Cette médaille d’argent était la toute première médaille de la nation.

Finale du Football masculin d’Athènes 2004
04:00

Un héritage qui perdure

Les noms des héros du Paraguay sont : Diego Barreto, Rodrigo Romero, Emilio Martínez, Julio Manzur, Carlos Gamarra, José Devaca, Celso Esquivel, Pedro Beníte, Ernesto Cristaldo, Édgar Barreto, Diego Figueredo, Aureliano Torres, Julio César Enciso, Osvaldo Díaz, Pablo Giménez, Fredy Bareiro, Julio González Ferreira et José Cardozo.

Chacun d’entre eux a été un héros pour les Paraguayens. Lorsqu’ils sont rentrés chez eux, ils ont été accueillis en tant que tels, et à juste titre.

Personne au Paraguay n’a oublié ce que ces joueurs ont accompli ce jour-là. Quinze ans après l’obtention de cette médaille, le jour de l’anniversaire de la finale, les médias du pays ont même publié une série d’articles sur ces héros. Et l’équipe s’est réunie pour se remémorer cet instant de gloire.

« Il va falloir du temps avant que le Paraguay ne remporte une autre médaille », déclare Carlos Gamarra.

« Nous formions un groupe formidable. Nous y sommes allés avec beaucoup d’espoir, et le rêve s’est mis à grandir. Finalement, nous avons accompli quelque chose de grand pour le football de notre pays », ajoute Fredy Bareiro.

À l’approche de Tokyo 2020, le Paraguay va de nouveau avoir une chance de rêver de répéter son exploit du passé.