Le nouvel espoir de Mehdy Metella

Budapest, HONGRIE - 26 juillet 2017 : Mehdy Metella lors de la demi-finale du 100 m nage libre des Championnats du monde de natation 2017, où il a ensuite obtenu la médaille de bronze.
Budapest, HONGRIE - 26 juillet 2017 : Mehdy Metella lors de la demi-finale du 100 m nage libre des Championnats du monde de natation 2017, où il a ensuite obtenu la médaille de bronze.

Opéré de l’épaule gauche en janvier dernier, le médaillé d’argent à Rio 2016 a été contraint de déclarer forfait pour les JO de Tokyo 2020. Mais le report d’un an en raison de la pandémie de COVID-19 lui offre une seconde chance d'y participer et d’obtenir une nouvelle médaille olympique.

Les nouvelles positives se font rares en cette étrange période, mais le report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (du 23 juillet au 8 août 2021) a redonné espoir à Mehdy Metella. L’espoir de participer à ses deuxièmes Jeux Olympiques et de monter à nouveau sur le podium.

« Je suis très content d’avoir de nouveau mes chances de participer aux JO » confie-t-il à Tokyo 2020. « Le contexte me fait mal au coeur, mais une moitié de moi est rassurée. »

Cet espoir s’était envolé un jour de décembre 2019. Après des douleurs persistantes à l’épaule gauche, le recordman de France du 100 m papillon a été contraint de se plier à l’avis de son médecin : opération du long biceps. Cette opération était synonyme de six mois minimum sans nager. Il avait donc dû tirer un trait sur son objectif principal, Tokyo 2020. Une décision très difficile à accepter.

« Personne n’était la pour le voir mais j’étais effondré. C’est comme si on te disait que tu as tout perdu. Tout ce que tu as construit pendant toute ta carrière s’effondre en une phrase : ‘on va devoir t’opérer, tu ne pourras pas aller aux Jeux.’ Quand on a des chances de médailles, c’est dur. Puis j’ai essayé de me relever avec le sourire. »

Chaque chose en son temps

Ces chances de médailles ont donc repris vie après l’annonce du report. Après avoir obtenu la médaille d’argent du relais 4 x 100 m nage libre des JO 2016 avec Fabien Gilot, Florent Manaudou et Jérémy Stravius, il rêve d’une médaille en individuel au 100 m nage libre ou papillon. « Pourquoi pas l’or » se demande-t-il.

Mais pas question de brûler les étapes. Pas cette fois-ci. Son objectif est désormais dans un an et quatre mois, et le nageur du Cercle des Nageurs de Marseille prendra son temps pour replonger dans les bassins. Il attendra d'être prêt.

« Auparavant, si le docteur me disait que je serai prêt dans huit mois et qu’après quatre mois, je me sentais prêt physiquement et mentalement à revenir dans l’eau, je l’aurais fait. Quand on a un esprit combatif, on est toujours pressé. Mais cette fois, je vais prendre mon temps. »

Si l’annonce du report lui a tout de même procuré beaucoup d’enthousiasme et donné envie de se « surpasser » pour revenir vite, la semaine qui s’est écoulée depuis lui a permis de se concentrer sur le moment présent.

« J’ai réussi à réduire cette envie de me surpasser pour retourner à l’entraînement le plus vite possible. J’ai mis ça dans un côté de ma tête. L’heure n’est pas à l’entraînement, mais à la rééducation. Et puis le confinement ne favorise pas le retour à l’eau non plus ! »

L’heure n’est pas à l’entraînement,

mais à la rééducation

Ne jamais perdre ses rêves de vue

Sa rééducation prendra donc plus de temps. Avant la propagation du coronavirus, il avait entamé sa rééducation au Centre Européen de Rééducation du Sportif (CERS) de Capbreton et devait y séjourner de nouveau pour entrevoir un retour dans l’eau d’ici la fin du mois de mai.

Désormais confiné à Nice, il doit effectuer ses exercices seul, avec son kinésithérapeute en appel vidéo via WhatsApp. Avec ce rythme, Mehdy Metella espère pouvoir retourner dans l’eau au mois de septembre et reprendre la compétition autour de janvier.

Les premières compétitions seront un véritable test pour le nageur français, puis viendra le temps de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. En attendant, les exercices à domicile seront de rigueur, pour lui comme pour toutes les personnes confinées chez elles, à qui il passe un message d’espoir : « Ne lâchez rien, entretenez-vous à la maison et surtout, ne perdez jamais vos rêves de vue. »