La Hongrie perd deux légendes du water-polo Gyorgy Karpati et Tibor Benedek

Gyorgy Karpati
Gyorgy Karpati

Le monde du sport est triste d'apprendre le décès de deux triples champions olympiques de water-polo après la disparition de Gyorgy Karpati et Tibor Benedek. 

La Hongrie est en deuil après le décès du triple champion olympique de water-polo Gyorgy Karpati, à l'âge de 84 ans.

L'Association des athlètes immortels hongrois (Association of Immortal Hungarian Athletes) a annoncé son décès le 17 juin.

Karpati était un pionnier du water-polo, ayant remporté trois médailles d'or à Helsinki 1952, Melbourne 1956 et Tokyo 1964, qui ont toutes contribué au record de neuf médailles d'or de la Hongrie aux Jeux Olympiques.

Il a également remporté le bronze aux Jeux de Rome en 1960, mais Karpati est surtout connu pour avoir fait partie de l'équipe hongroise qui a écrasé l'équipe de l'Union soviétique aux Jeux de Melbourne 1956, dans un contexte politique tendu entre les deux pays.

Le match de demi-finale a été baptisé le « Bain de sang de Melbourne » après que le joueur hongrois Ervin Zador soit sorti en sang. Dans ce difficile combat, le jeune Karpati a marqué un but contre les Soviétiques, et l'équipe hongroise a terminé le match à 4-0. La Hongrie a ensuite battu la Yougoslavie 2-1 en finale.

En se remémorant ce fameux match, Karpati a déclaré à AP en 2002 : « Je dois admettre que je suis convaincu que même l'arbitre était pour nous. Nous venions d'un petit pays qui luttait contre l'énorme Goliath soviétique. »

En 2006, Karpati l'a encore réaffirmé avec le Chicago Tribune : « Nous partagions le sentiment que si nous pouvions battre les Russes, ce serait une sorte de revanche, une victoire psychologique pour la Hongrie. »

Karpati était le dernier membre survivant de cette équipe hongroise de 12 membres.

Karpati est né à Budapest en 1935. Il a été champion national de natation avant de passer au water-polo à l'âge de 15 ans. Il n'a que 17 ans lorsqu'il remporte l'or aux Jeux de 1952.

Sa dernière participation aux Jeux Olympiques a eu lieu à Tokyo en 1964, où il a disputé six matchs, aidant son pays à remporter sa cinquième médaille d'or en water-polo.

Après sa retraite en 1964, Karpati a obtenu son diplôme de droit, mais a continué à être investi dans le water-polo comme entraîneur en Hongrie et en Australie. Il a fait partie du staff de l'équipe hongroise qui a remporté une autre victoire aux Jeux de Montréal en 1976.

La Hongrie étant une puissance mondiale en matière de water-polo, la mort de Karpati, une légende de ce sport, a touché tout le pays.

« Le Pelé du water-polo nous a quitté », a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban sur sa page Facebook.

Tibor Benedek, décédé jeudi 18 juin à l'âge de 47 ans, avant été diagnostiqué d'un cancer du pancréas et s'était écarté de son rôle d'entraîneur du club de Budapest en mai pour raisons personnelles.

La légende hongroise était considérée comme l'un des meilleurs joueurs de water-polo de tous les temps avec trois médailles d'or consécutives à Sydney 2000, Athènes 2004 et Pékin 2008.

Après une carrière de joueur auréolée de succès avec notamment des médailles d'or mondiales et européennes, Benedek a été nommé entraîneur principal de l'équipe nationale de Hongrie en 2013. Dès la première année, il a mené son équipe vers le titre mondial.

Benedek était le deuxième meilleur buteur de l'histoire olympique, avec 65 buts. Il était également le co-meilleur buteur des JO de Barcelone 1992 avec 22 buts et le meilleur buteur à Atlanta 1996 avec 19 buts. Il a participé à cinq Jeux Olympiques, une performance que seuls neuf joueurs de water-polo ont réalisé dans l'histoire.

La Fédération hongroise de water-polo a annoncé le décès de Tibor Benedek via un article sur son site internet, avec ce message : « Pour sa famille, coéquipiers, toute la société de water-polo et ses fans, il laisse un vide incompréhensible qui ne peut être rempli. »

La FINA rend également hommage à la légende du water-polo, avec ces mots : « Un exemple pour beaucoup pour ses valeurs éthiques, son dévouement et sa vision de jeu - Tibor Benedek manquera non seulement aux Magyars mais également à tout le monde du water-polo. »