La gymnastique artistique japonaise, un art qui rapporte de l'or

Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : Le Japonais Yukio ENDO  en gymnastique artistique, barres parallèles hommes.
Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : Le Japonais Yukio ENDO en gymnastique artistique, barres parallèles hommes.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans cet épisode, comment le Japon a réécrit l'histoire olympique sur son propre sol.

Le contexte

Tout le monde ne le sait pas forcément, mais la gymnastique est l’un des sports olympiques les plus prolifiques du Japon : 98 médailles ont été remportées dont 31 d’or, 33 d’argent et 34 de bronze.

Aux côtés de noms comme Nadia Comaneci, Simone Biles, Věra Čáslavská et Larisa Latynina, un Japonais du nom de UCHIMURA Kohei fait lui aussi partie de l'histoire de la discipline, avec ses sept médailles olympiques remportées entre 2008 et 2016.

D'aucuns pourraient penser que l'avènement de la gymnastique masculine au Japon a commencé aux Jeux de Tokyo 1964.

En réalité, à Rome 1960, le Japon avait déjà remporté neuf médailles, dont quatre en or en gymnastique masculine. Quatre ans plus tard, les Japonais n'ont fait que confirmer une domination grandissante.

Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : Le Japonais Yukio ENDO  en gymnastique artistique, barres parallèles hommes.
Jeux Olympiques de Tokyo 1964 : Le Japonais Yukio ENDO en gymnastique artistique, barres parallèles hommes.
© 1964 / Kishimoto/CIO

Tokyo 1964

ENDO Yukio et ONO Takashi ont mené les Japonais à Tokyo 1964, et ils ont dû faire face à une concurrence féroce dans les épreuves individuelles, notamment des Soviétiques Boris Shakhlin et Viktor Lisitsky. Un Shakhlin qui avait coiffé Ono au poteau pour l'or au concours général individuel quatre ans auparavant.

Malgré une compétition réussie à Rome, le Japon n'avait pas encore remporté la médaille d'or olympique au concours général individuel. À Tokyo, Endo a décidé de changer la donne.

Les gymnastes masculins japonais se sont entraînés comme jamais pour battre l'URSS, l'ancien olympien UESAKO Tadao révélant même que le but était d'aller au-delà de la note "C" - alors considéré comme le plus haut niveau en gymnastique.

Endo était sans doute le fer de lance de l'équipe nipponne. En 1960 il avait remporté l'or par équipe, et en individuel, l'athlète a commencé à imposer sa marque aux Championnats du monde de 1962, où il a remporté l'or au sol.

Deux ans plus tard à Tokyo, face au champion olympique en titre Shakhlin et au nouveau venu Lisitsky, Endo a produit une performance époustouflante pour remporter l'or au concours général individuel. Les deux athlètes soviétiques ont dû se contenter de l'argent avec Shuji Tsurumi car, fait surprenant, aucune médaille de bronze n’a été décernée.

Après cette toute première médaille d'or au concours général individuel pour le Japon, Endo a remporté l'or aux barres parallèles avant d'aider l'équipe à remporter l'or dans la compétition par équipes.

Le pays hôte a remporté cinq médailles d’or sur huit potentielles en gymnastique masculine.

HAYATA Takuji et YAMASHITA Haruhiro ont été les autres médaillés d’or individuels, réduisant comme peau de chagrin la domination de l’URSS. Au final, les Soviétiques ont remporté plus de médailles, notamment grâce aux performances des femmes, mais le Japon est resté devant au classement avec plus de médailles d'or et un total de 10 médailles.

La gymnastique artistique masculine à Tokyo 1964

La suite de l'histoire

La performance de Tokyo 1964 a fait décoller la popularité de la gymnastique au Japon et élevé Endo à un statut de légende dans l'archipel nippon. Ses performances à Tokyo et aux Championnats du monde en 1966 (deux médailles d'argent en individuel) lui ont valu l'honneur d'être le porte-drapeau du Japon pour les Jeux de 1968 à Mexico.

Les gymnastes masculins japonais ont depuis continué sur la lancée de leurs prédécesseurs dans les années 1960 et ont connu le succès dans plusieurs éditions des Jeux.

Fort de sept médailles olympiques et 10 médailles d'or aux Championnats du monde, Uchimura Kohei est considéré par beaucoup comme l'un des plus grands gymnastes masculins de de l'histoire.

Mais ce succès doit beaucoup à l'héritage laissé par l'équipe des années 1960 et en particulier celle de Tokyo 1964. Reste à savoir si l'équipe de 2021 pourra elle aussi laisser une trace indélébile au Japon...